share_book
Envoyer cet article par e-mail

Critique du Théâtre : De l'utopie au désenchantement

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Critique du Théâtre : De l'utopie au désenchantement

Critique du Théâtre : De l'utopie au désenchantement

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Critique du Théâtre : De l'utopie au désenchantement"

La dernière idée que nous nous étions faite du théâtre et, singulièrement, de la création entre la scène et le spectateur, nous la tenions des années cinquante, de Vilar et de Brecht. La leçon de Barthes, de Dort, de la revue Théâtre populaire - d'Althusser également - nous avait convaincu que le théâtre devait assurer le " Grand commentaire " de la société... Or on entend dire que cette utopie d'un " théâtre critique " et d'un " spectateur actif " a vécu ; qu'elle est morte en même temps que la religion de la " fable " et que quelques autres croyances " modernes "... Contribution au débat actuel sur la fonction du théâtre, sa dimension civique, ses pouvoirs, sa " nécessité ", le livre de Jean-Pierre Sarrazac fait l'archéologie de cette idée d'un théâtre critique. Façon d'amorcer ce que les philosophes appellent la palinodie, l'histoire d'un changement d'idée. De choisir la contradiction plutôt que l'amnésie. De reprendre la toujours nécessaire critique du théâtre. Tout en poursuivant le rêve amoureux d'un théâtre qui " se situerait en dehors du jugement, dans le jeu des possibles ", qui " ne punirait ni ne consolerait " mais " offrirait simplement réparation ", " entendons : un lieu et un temps pour se refaire des forces ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 163  pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.0cmx19.4cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Circé Paru le
  • Collection : Penser le théâtre
  • ISBN :  2842420861
  • EAN13 :  9782842420864
  • Classe Dewey :  792
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre Sarrazac

Jeux de rêves et autres détours

" Le théâtre peut-il rendre compte du monde dans lequel nous vivons ? " : Jean-Pierre Sarrazac reprend ici la vieille interrogation brechtienne, mais lui apporte des développements et des réponses inédits. Dans la suite de son essai sur la Parabole, il creuse cette question des détours qui per...

Je vais au théâtre voir le monde

Le théâtre - le mot signifie " le lieu où l'on regarde " - n'est pas un simple lieu de divertissement. On s'y rend pour ressentir des émotions esthétiques variées, mais aussi pour mieux comprendre le monde à travers la représentations des actions des êtes humains. L'existence même du thé...

Lexique du drame moderne et contemporain

De A comme "Action" à V comme "Voix", plus de cinquante mots-clés qui permettront d'orienter l'étude des dramaturgies modernes et contemporaines. Une plongée dans cette "crise de la forme dramatique" qui s'ouvre dans les années 1880 et se poursuit et s'accélère sous nos yeux. Un outil précie...

Voir tous les livres de Jean-Pierre Sarrazac

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La dernière idée que nous nous étions faite du théâtre et, singulièrement, de la création entre la scène et le spectateur, nous la tenions des années cinquante, de Vilar et de Brecht. La leçon de Barthes, de Dort, de la revue Théâtre populaire - d'Althusser également - nous avait convaincu que le théâtre devait assurer le " Grand commentaire " de la société... Or on entend dire que cette utopie d'un " théâtre critique " et d'un " spectateur actif " a vécu ; qu'elle est morte en même temps que la religion de la " fable " et que quelques autres croyances " modernes "... Contribution au débat actuel sur la fonction du théâtre, sa dimension civique, ses pouvoirs, sa " nécessité ", le livre de Jean-Pierre Sarrazac fait l'archéologie de cette idée d'un théâtre critique. Façon d'amorcer ce que les philosophes appellent la palinodie, l'histoire d'un changement d'idée. De choisir la contradiction plutôt que l'amnésie. De reprendre la toujours nécessaire critique du théâtre. Tout en poursuivant le rêve amoureux d'un théâtre qui " se situerait en dehors du jugement, dans le jeu des possibles ", qui " ne punirait ni ne consolerait " mais " offrirait simplement réparation ", " entendons : un lieu et un temps pour se refaire des forces ".