share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tueurs en série Les labyrinthes de la chair : Entre réalité, imaginaire et psychanalyse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tueurs en série Les labyrinthes de la chair : Entre réalité, imaginaire et psychanalyse

Tueurs en série Les labyrinthes de la chair : Entre réalité, imaginaire et psychanalyse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Tueurs en série Les labyrinthes de la chair : Entre réalité, imaginaire et psychanalyse"

Le tueur en série est une figure fascinante. L'impact qu'il exerce sur le public tient à sa faculté d'excéder les représentations : il mêle réalité et fiction, psychologie et projections imaginaires, perversité et masque de socialité. Se mesurer à cette personnalité hors normes oblige à croiser les champs de réflexion. C'est ce qu'entreprend Thierry Jandrok, alternant approches psychanalytiques (sur la grammaire de la folie et le pouvoir des pulsions, par exemple), études de cas cliniques, courts textes de fiction, analyses d'oeuvres littéraires, cinématographiques et télévisuelles. Agissant suivant des modes opératoires durables et implacables, le " serial killer " évolue entre archaïsme et modernité, civilisation et barbarie : il transforme le quotidien en terrain de chasse, dévoile l'envers des sociétés, cristallise les fantasmes les plus morbides. Pourvoyeur de cruautés radicales et ritualisées, machine animalisée dilatant les souffrances, il incarne l'horreur (Ed Gein inspirant " Psychose " et " Massacre à la tronçonneuse ", Jeffrey Dahmer surnommé " le Cannibale de Milwaukee "), combine attraction et répulsion (Hannibal Lecter et Dexter). À l'aune d'un monde régi par la surenchère des images violentes, le " management " cruel, l'angoisse sécuritaire, le tueur en série nous renvoie à deux terreurs essentielles : notre moi perçu comme gouffre psychique et l'inexorable faculté du Mal à se régénérer, à se banaliser, à faire des lieux les plus ordinaires la scène des pires atrocités.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 221  pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.4cmx21.4cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Rouge Profond Paru le
  • Collection : Débords
  • ISBN :  2915083347
  • EAN13 :  9782915083347
  • Classe Dewey :  150
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le tueur en série est une figure fascinante. L'impact qu'il exerce sur le public tient à sa faculté d'excéder les représentations : il mêle réalité et fiction, psychologie et projections imaginaires, perversité et masque de socialité. Se mesurer à cette personnalité hors normes oblige à croiser les champs de réflexion. C'est ce qu'entreprend Thierry Jandrok, alternant approches psychanalytiques (sur la grammaire de la folie et le pouvoir des pulsions, par exemple), études de cas cliniques, courts textes de fiction, analyses d'oeuvres littéraires, cinématographiques et télévisuelles. Agissant suivant des modes opératoires durables et implacables, le " serial killer " évolue entre archaïsme et modernité, civilisation et barbarie : il transforme le quotidien en terrain de chasse, dévoile l'envers des sociétés, cristallise les fantasmes les plus morbides. Pourvoyeur de cruautés radicales et ritualisées, machine animalisée dilatant les souffrances, il incarne l'horreur (Ed Gein inspirant " Psychose " et " Massacre à la tronçonneuse ", Jeffrey Dahmer surnommé " le Cannibale de Milwaukee "), combine attraction et répulsion (Hannibal Lecter et Dexter). À l'aune d'un monde régi par la surenchère des images violentes, le " management " cruel, l'angoisse sécuritaire, le tueur en série nous renvoie à deux terreurs essentielles : notre moi perçu comme gouffre psychique et l'inexorable faculté du Mal à se régénérer, à se banaliser, à faire des lieux les plus ordinaires la scène des pires atrocités.