share_book
Envoyer cet article par e-mail

Eylau (8 février 1807) : La campagne de Pologne, des boues de Pultusk aux neiges d'Eylau

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Eylau (8 février 1807) : La campagne de Pologne, des boues de Pultusk aux neiges d'Eylau

Eylau (8 février 1807) : La campagne de Pologne, des boues de Pultusk aux neiges d'Eylau

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Eylau (8 février 1807) : La campagne de Pologne, des boues de Pultusk aux neiges d'Eylau"

En 1806, Napoléon dut faire face à une nouvelle coalition des puissances européennes, la quatrième. L'Angleterre, la Suède, la Russie et la Prusse étaient bien décidées à réduire à néant l'influence française en Allemagne et, peut être, en finir avec l'empereur des Français. Dans une campagne éclair, en octobre 1806, Napoléon écrasa les troupes prussiennes, effaçant du même coup le souvenir de l'armée de Frédéric 11. Ses débris furent balayés lors d'une poursuite mémorable et la Grande Armée entra triomphalement dans Berlin. Pourtant, la guerre était loin d'être terminée. Malgré sa défaite à Austerlitz et le triste sort de son allié, la Russie était bien décidée à poursuivre la lutte. Son armée attendait les Français derrière la Vistule. Fin octobre, Napoléon décida de marcher à sa rencontre. La campagne de Pologne commençait. Celle-ci allait s'avérer être l'une des plus difficiles qu'il ait eu à mener jusqu'alors. Ses soldats connaîtraient la boue, la neige, le froid, la faim et devraient affronter un adversaire déterminé. Après plusieurs rencontres indécises, Napoléon espérait enfin remporter cette victoire décisive sur les Russes autour d'un petit village aux confins orientaux de la Prusse, Eylau. Les combats sur cette plaine enneigée et sous un ciel gris seraient bien différents de ceux des champs de bataille de Iéna et d'Auerstaedt, aux couleurs automnales.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 273  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.4cmx24.0cm
  • Poids : 499.0g
  • Editeur :   Economica Paru le
  • Collection : Campagnes & stratégies
  • ISBN :  2717854347
  • EAN13 :  9782717854343
  • Classe Dewey :  940
  • Langue : Français

D'autres livres de Frédéric Naulet

Antietam

Fin août 1862, l'armée nordiste venait de subir l'une de ses plus cuisantes défaites à Bull Run, à quelques kilomètres au sud de Washington. Pour la seconde fois depuis le début de la guerre de Sécession, la capitale fédérale était menacée par les troupes confédérées et les [....]...

Wagram (5 et 6 juillet 1809) : Le canon tonne sur les bords du Danube

" Telle est la célèbre bataille de Wagram, la plus grande bataille des temps modernes en nombre d'hommes combattant, réunis ensemble sur le même terrain à la vue de l'observateur. Il y avait trois cent mille hommes dans les deux armées et, de l'extrémité de l'autre, deux lieues et demie de d...

Wagram, 5-6 juillet 1809 : une victoire chèrement acquise

Wagram fut incontestablement l'une des grandes victoires de Napoléon Ier mais, par bien des aspects, elle se distingue des autres. Jamais auparavant autant de soldats, de chevaux et de canons n'avaient été réunis sur un champ de bataille (seule la bataille de Leipzig la dépassera dans ce domain...

Friedland (14 juin 1807) : La campagne de Pologne, de Danzig aux rives du Niémen

Le carnage d'Eylau, le 8 février 1807, avait fait naître le doute chez les Français. Napoléon n'avait pas réussi à battre, de manière incontestable, son adversaire. Pire, les Russes revendiquaient le succès de cette bataille indécise. Ils avaient mis un terme à l'offensive française et sa...

Voir tous les livres de Frédéric Naulet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 1806, Napoléon dut faire face à une nouvelle coalition des puissances européennes, la quatrième. L'Angleterre, la Suède, la Russie et la Prusse étaient bien décidées à réduire à néant l'influence française en Allemagne et, peut être, en finir avec l'empereur des Français. Dans une campagne éclair, en octobre 1806, Napoléon écrasa les troupes prussiennes, effaçant du même coup le souvenir de l'armée de Frédéric 11. Ses débris furent balayés lors d'une poursuite mémorable et la Grande Armée entra triomphalement dans Berlin. Pourtant, la guerre était loin d'être terminée. Malgré sa défaite à Austerlitz et le triste sort de son allié, la Russie était bien décidée à poursuivre la lutte. Son armée attendait les Français derrière la Vistule. Fin octobre, Napoléon décida de marcher à sa rencontre. La campagne de Pologne commençait. Celle-ci allait s'avérer être l'une des plus difficiles qu'il ait eu à mener jusqu'alors. Ses soldats connaîtraient la boue, la neige, le froid, la faim et devraient affronter un adversaire déterminé. Après plusieurs rencontres indécises, Napoléon espérait enfin remporter cette victoire décisive sur les Russes autour d'un petit village aux confins orientaux de la Prusse, Eylau. Les combats sur cette plaine enneigée et sous un ciel gris seraient bien différents de ceux des champs de bataille de Iéna et d'Auerstaedt, aux couleurs automnales.