share_book
Envoyer cet article par e-mail

La notion de dépense

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La notion de dépense

La notion de dépense

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La notion de dépense"

Publié en janvier 1933, " La notion de dépense " est le deuxième long article de Georges Bataille pour la revue de Boris Souvarine, La Critique sociale. Il y analyse cette étrange sorte de don - le " potlatch " - qui défie, qui oblige (un clan, une tribu, un rival). Ses vues sont si neuves - qu'inspire l'Essai sur le don de Marcel Mauss (1923) - que la revue prend le soin de s'en désolidariser : peut-être parce qu'elle pressent que se tient là, dans ce motif de la " dépense improductive ", la possibilité d'une autre économie générale, nettement non marxiste. Motif auquel Bataille se tiendra, qu'il travaillera pendant plus de quinze ans, jusqu'à la publication de La Part maudite (1949), qui en généralise l'apport, qui le systématise presque.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 74  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.6cmx17.4cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Nouvelles Editions Lignes Paru le
  • Collection : LIGNES
  • ISBN :  2355260788
  • EAN13 :  9782355260780
  • Classe Dewey :  190
  • Langue : Français

D'autres livres de Georges Bataille

La littérature et le mal

" La littérature est l'essentiel, ou n'est rien. Le Mal - une forme aiguë du Mal - dont elle est l'expression, a pour nous, je le crois, la valeur souveraine. Mais cette conception ne commande pas l'absence de morale, elle exige une " hypermorale ". La littérature est communication. La communicat...

L'expérience intérieure

"Expérience intérieure", paradoxalement nommée, puisqu'elle culmine dans une fusion de l'intérieur et de l'extérieur, du sujet et de l'objet, l'inconnu comme "objet" communiquant en elle avec un "sujet" abandonné au non-savoir, Bataille en décrit ainsi le mouvement : "c'est jouer l'homme [...

La Part maudite

Lors de la parution de La Part maudite, en 1949, Georges Bataille révélait qu'il travaillait depuisdix-huit ans à l'élaboration de cette représentation du monde, dont, seize ans auparavant, « Lanotion de dépense », publiée dans la revue La Critique sociale, constituait une première [......

Voir tous les livres de Georges Bataille

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Publié en janvier 1933, " La notion de dépense " est le deuxième long article de Georges Bataille pour la revue de Boris Souvarine, La Critique sociale. Il y analyse cette étrange sorte de don - le " potlatch " - qui défie, qui oblige (un clan, une tribu, un rival). Ses vues sont si neuves - qu'inspire l'Essai sur le don de Marcel Mauss (1923) - que la revue prend le soin de s'en désolidariser : peut-être parce qu'elle pressent que se tient là, dans ce motif de la " dépense improductive ", la possibilité d'une autre économie générale, nettement non marxiste. Motif auquel Bataille se tiendra, qu'il travaillera pendant plus de quinze ans, jusqu'à la publication de La Part maudite (1949), qui en généralise l'apport, qui le systématise presque.