share_book
Envoyer cet article par e-mail

Entre parenthèses : Regards sur l'univers carcéral

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Entre parenthèses : Regards sur l'univers carcéral

Entre parenthèses : Regards sur l'univers carcéral

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Entre parenthèses : Regards sur l'univers carcéral"

Dans un texte, la pose de parenthèses signifie qu'on attache une attention particulière à ce quelles enferment. Dans le titre que Klavdij Sluban donne à ce livre, il s'agit plutôt d'une mise à part, d'une sortie du champ de la normalité. Les parenthèses sont les portes de l'enfermement. Pendant des années, dans les centres de jeunes détenus de l'ex-Union soviétique ou de Serbie, Sluban a reconstitué ce qu'il avait créé avec succès en France : un atelier où il révèle aux prisonniers la magie de la photographie. Avec patience et compétence, il a montré à ces exclus du monde comment ils pouvaient prendre possession de cet univers carcéral et se l'approprier, au moins visuellement, pendant la durée de leur détention. Sluban ne porte aucun jugement sur ceux qui sont ses élèves plus que des prisonniers. Il ignore la nature de la faute. Il se contente d'assister ces jeunes délinquants dans une démarche qui les passionne et de photographier à son tour ces lieux et ces visages qu'il côtoie depuis dix ans. Cet apprentissage de l'image se fait en noir et blanc. Car le gris est la couleur de la prison. C'est aussi la couleur qu'affectionne Sluban dans ses travaux personnels ici présentés. Un gris que perce parfois un rayon de lumière, comme le signe avant-coureur d'une libération, comme le seul remède au désespoir.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 64  pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.4cmx19.2cm
  • Poids : 1220.2g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Photo poche
  • ISBN :  2742757147
  • EAN13 :  9782742757145
  • Langue : Français

D'autres livres de Klavdij Sluban

Transverses. : Photographies 1992-2002

En général, je sais longtemps à l'avance que je pars. Il y a ce désir du pays et, dans cette phase d'attente, on croise souvent quelqu'un qui est allé là-bas. Ma perception passe par la lecture, des écrits qui me feront sentir de l'intérieur. Quand j'arrive sur place, à ma manière, je suis...

Voir tous les livres de Klavdij Sluban

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans un texte, la pose de parenthèses signifie qu'on attache une attention particulière à ce quelles enferment. Dans le titre que Klavdij Sluban donne à ce livre, il s'agit plutôt d'une mise à part, d'une sortie du champ de la normalité. Les parenthèses sont les portes de l'enfermement. Pendant des années, dans les centres de jeunes détenus de l'ex-Union soviétique ou de Serbie, Sluban a reconstitué ce qu'il avait créé avec succès en France : un atelier où il révèle aux prisonniers la magie de la photographie. Avec patience et compétence, il a montré à ces exclus du monde comment ils pouvaient prendre possession de cet univers carcéral et se l'approprier, au moins visuellement, pendant la durée de leur détention. Sluban ne porte aucun jugement sur ceux qui sont ses élèves plus que des prisonniers. Il ignore la nature de la faute. Il se contente d'assister ces jeunes délinquants dans une démarche qui les passionne et de photographier à son tour ces lieux et ces visages qu'il côtoie depuis dix ans. Cet apprentissage de l'image se fait en noir et blanc. Car le gris est la couleur de la prison. C'est aussi la couleur qu'affectionne Sluban dans ses travaux personnels ici présentés. Un gris que perce parfois un rayon de lumière, comme le signe avant-coureur d'une libération, comme le seul remède au désespoir.