share_book
Envoyer cet article par e-mail

Crises politiques et démocratie en Belgique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Crises politiques et démocratie en Belgique

Crises politiques et démocratie en Belgique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Crises politiques et démocratie en Belgique"

    Les crises sont inhérentes au développement historique de la Belgique sans toutefois compromettre l'approfondissement de la représentation et de la démocratie. Cette logique paradoxale montre que la crise est un révélateur de la solidité du régime démocratique : elle peut le conforter en extériorisant ses tensions et en dénonçant ses dysfonctionnements pour autant que ces derniers trouvent une réponse. C'est pourquoi la crise est ambivalente : si elle comporte des menaces et des coûts, elle possède également un caractère positif voire créatif A partir d'une conceptualisation de la crise et de la démocratie, mais aussi de trois études de cas : la première guerre scolaire de 1874 à 1884, la question royale de 1940 à 1951 et la deuxième guerre scolaire de 1952 à 1958, se dégage une constante dans l'évolution des crises, formalisée par la construction d'échelles de mesure et de graphiques. Toute crise possède une phase de croissance au cours de laquelle se produit une escalade à la fois de la mobilisation de l'opinion publique et des tactiques des acteurs politiques et des groupes de pression en vue d'intensifier la crise, suivie d'une phase de décroissance de la crise au cours de laquelle les acteurs politiques tentent de calmer le jeu en prenant en main le traitement de la crise, le rôle de l'opinion publique se limitant à une suspension et/ou à un arrêt de la mobilisation Au cours de cette évolution, la crise apparaît tantôt comme un phénomène incertain qui dépasse la capacité des acteurs, tantôt comme un moment propice aux décisions et aux changements. La crise fait office de soupape de sûreté permettant aux acteurs d'évacuer les tensions dues à l'hétérogénéité et à la complexité sociale de la Belgique, et permettant au système politique de ne pas imploser sous la pression conjointe de tensions et de dysfonctionnements que les crises dénoncent. La crise contribue à dénoncer des problèmes relevant des intérêts considérés comme vitaux par les citoyens et, dans la mesure où ces problèmes reçoivent des solutions, elle contribue à consolider le régime démocratique. Si les acteurs politiques combinent efficacité et légitimité dans le traitement de la crise, les menaces et coûts qui lui sont inhérents se combinent à un apport innovateur

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 300  pages
    • Dimensions :  2.4cmx16.0cmx24.0cm
    • Poids : 580.6g
    • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
    • Collection : Logiques politiques
    • ISBN :  2747547558
    • EAN13 :  9782747547550
    • Classe Dewey :  943
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Les crises sont inhérentes au développement historique de la Belgique sans toutefois compromettre l'approfondissement de la représentation et de la démocratie. Cette logique paradoxale montre que la crise est un révélateur de la solidité du régime démocratique : elle peut le conforter en extériorisant ses tensions et en dénonçant ses dysfonctionnements pour autant que ces derniers trouvent une réponse. C'est pourquoi la crise est ambivalente : si elle comporte des menaces et des coûts, elle possède également un caractère positif voire créatif A partir d'une conceptualisation de la crise et de la démocratie, mais aussi de trois études de cas : la première guerre scolaire de 1874 à 1884, la question royale de 1940 à 1951 et la deuxième guerre scolaire de 1952 à 1958, se dégage une constante dans l'évolution des crises, formalisée par la construction d'échelles de mesure et de graphiques. Toute crise possède une phase de croissance au cours de laquelle se produit une escalade à la fois de la mobilisation de l'opinion publique et des tactiques des acteurs politiques et des groupes de pression en vue d'intensifier la crise, suivie d'une phase de décroissance de la crise au cours de laquelle les acteurs politiques tentent de calmer le jeu en prenant en main le traitement de la crise, le rôle de l'opinion publique se limitant à une suspension et/ou à un arrêt de la mobilisation Au cours de cette évolution, la crise apparaît tantôt comme un phénomène incertain qui dépasse la capacité des acteurs, tantôt comme un moment propice aux décisions et aux changements. La crise fait office de soupape de sûreté permettant aux acteurs d'évacuer les tensions dues à l'hétérogénéité et à la complexité sociale de la Belgique, et permettant au système politique de ne pas imploser sous la pression conjointe de tensions et de dysfonctionnements que les crises dénoncent. La crise contribue à dénoncer des problèmes relevant des intérêts considérés comme vitaux par les citoyens et, dans la mesure où ces problèmes reçoivent des solutions, elle contribue à consolider le régime démocratique. Si les acteurs politiques combinent efficacité et légitimité dans le traitement de la crise, les menaces et coûts qui lui sont inhérents se combinent à un apport innovateur