share_book
Envoyer cet article par e-mail

C'est ainsi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
C'est ainsi

C'est ainsi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "C'est ainsi"

Mécanicien de son état, Patrick Oxtoby, jeune homme taciturne et solitaire, profite d'une douloureuse rupture amoureuse pour fuir enfin un étouffant environnement familial, sa précieuse boîte à outils sous le bras. Invité par un lointain cousin garagiste à venir le seconder dans une petite ville côtière d'Irlande, il a pris une chambre avec vue sur la mer dans une pension tenue par Bridget, une jeune veuve qui entretient, avec les deux autres hommes qu'elle loge, des relations placées sous le signe d'une bonne humeur et d'un marivaudage gentiment frivoles qui suscitent chez le nouveau pensionnaire autant de jalousie que de silencieux mépris. Au garage, Patrick se montre sérieux et appliqué, donnant toute satisfaction à son cousin, un homme bienveillant quoique prompt à le mettre souvent au “chômage technique”, sans plus d'explications. Dès lors, perplexe et frustré, le jeune homme se retrouve à errer, solitaire dans un trou perdu et sinistre totalement dépourvu de distractions, à l'exception du café minable où il noue peu à peu une vague relation d'amitié avec Georgia, la jeune serveuse. C'est ce moment (de doute, d'inquiétude et, bientôt, de silencieuse déréliction) que choisit sa mère pour venir lui rendre, impromptue, une “petite visite”. Tétanisé par l'irruption dans sa nouvelle existence, tout décevante soit-elle, d'une figure maternelle dont il a honte, mais incapable d'exprimer les sentiments qui l'agitent, Oxtoby s'efforce de supporter cette intrusion du mieux qu'il peut cependant que la mère, indiscrète, encombrante, caquète et monologue, retraçant les grandes lignes d'un roman familial sur lequel on comprend aisément que le jeune homme ait désiré tirer un trait aussi définitif que possible. Sa mère enfin partie, Patrick espère retrouver ses marques mais une petite soirée festive organisée un soir par Bridget à la pension sous la pression des deux autres locataires déclenche la catastrophe : heurté dans ses sentiments inconscients pour la jeune femme, écoeuré par l'horreur de la vulgarité masculine et l'accablante veulerie féminine dont il croit découvrir un édifiant aperçu ce soir-là, le mutique exilé opère un tragique passage à l'acte. Dans la cellule où il attend son procès, il a pour compagnon un certain Gardam, criminel endurci qui, se sachant “condamné à tuer”, se laisse obséder par l'idée du suicide. Gardam, le dur, considère “Ox” comme un assassin-amateur et se moque des craintes que celui-ci exprime quant au verdict qui va être prononcé à son encontre, incitant le jeune homme à mettre sa foi dans une relative et probable clémence des jurés. Mais, au moment du procès, le jeune homme se voit lâché par ses parents (notamment par son père) qui portent contre lui le plus accablant des témoignages et l'abandonnent à sa descente aux enfers dans l'univers carcéral. Récit bouleversant de l'échec infligé à un individu dans sa tentative désespérée pour changer de vie, C'est ainsi est un roman aussi puissant que perturbant où M. J. Hyland, dans le style épuré et percutant qui caractérise son écriture, met brillamment à contribution l'expérience de juriste et d'avocate qui a été la sienne. Fidèle à l'exploration des territoires de la solitude et de l'inadaptation déjà à l'oeuvre dans ses deux premiers romans (Le Voyage de Lou et Dans tes yeux, finaliste du Man Booker Prize 2006) également publiés chez Actes Sud, M.J. Hyland brosse, à travers son protagoniste, le portrait d'une société impitoyable à l'égard des individus dont une longue indigence affective a rendu le langage inaudible, et qu'elle a durablement privés de toute possibilité de rencontrer enfin l'Autre, d'assouvir quelque aspiration que ce soit à faire communauté faute de savoir créer un lien avec leurs semblables.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 431  pages
  • Dimensions :  3.2cmx11.4cmx21.6cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Actes Sud Editions Paru le
  • Collection : Lettres anglo-américaines
  • ISBN :  2330002475
  • EAN13 :  9782330002473
  • Langue : Français

D'autres livres de M. J. Hyland

Le voyage de Lou

Issue d'une famille défavorisée de Sydney, Louise Connor, une adolescente de seize ans surdouée et mal dans sa peau, a la chance inespérée de pouvoir, dans le cadre d'un programme d'échanges scolaires, passer sa dernière année de lycée aux Etats-Unis, dans une banlieue aisée de Chicago. Lo...

Voir tous les livres de M. J. Hyland

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mécanicien de son état, Patrick Oxtoby, jeune homme taciturne et solitaire, profite d'une douloureuse rupture amoureuse pour fuir enfin un étouffant environnement familial, sa précieuse boîte à outils sous le bras. Invité par un lointain cousin garagiste à venir le seconder dans une petite ville côtière d'Irlande, il a pris une chambre avec vue sur la mer dans une pension tenue par Bridget, une jeune veuve qui entretient, avec les deux autres hommes qu'elle loge, des relations placées sous le signe d'une bonne humeur et d'un marivaudage gentiment frivoles qui suscitent chez le nouveau pensionnaire autant de jalousie que de silencieux mépris. Au garage, Patrick se montre sérieux et appliqué, donnant toute satisfaction à son cousin, un homme bienveillant quoique prompt à le mettre souvent au “chômage technique”, sans plus d'explications. Dès lors, perplexe et frustré, le jeune homme se retrouve à errer, solitaire dans un trou perdu et sinistre totalement dépourvu de distractions, à l'exception du café minable où il noue peu à peu une vague relation d'amitié avec Georgia, la jeune serveuse. C'est ce moment (de doute, d'inquiétude et, bientôt, de silencieuse déréliction) que choisit sa mère pour venir lui rendre, impromptue, une “petite visite”. Tétanisé par l'irruption dans sa nouvelle existence, tout décevante soit-elle, d'une figure maternelle dont il a honte, mais incapable d'exprimer les sentiments qui l'agitent, Oxtoby s'efforce de supporter cette intrusion du mieux qu'il peut cependant que la mère, indiscrète, encombrante, caquète et monologue, retraçant les grandes lignes d'un roman familial sur lequel on comprend aisément que le jeune homme ait désiré tirer un trait aussi définitif que possible. Sa mère enfin partie, Patrick espère retrouver ses marques mais une petite soirée festive organisée un soir par Bridget à la pension sous la pression des deux autres locataires déclenche la catastrophe : heurté dans ses sentiments inconscients pour la jeune femme, écoeuré par l'horreur de la vulgarité masculine et l'accablante veulerie féminine dont il croit découvrir un édifiant aperçu ce soir-là, le mutique exilé opère un tragique passage à l'acte. Dans la cellule où il attend son procès, il a pour compagnon un certain Gardam, criminel endurci qui, se sachant “condamné à tuer”, se laisse obséder par l'idée du suicide. Gardam, le dur, considère “Ox” comme un assassin-amateur et se moque des craintes que celui-ci exprime quant au verdict qui va être prononcé à son encontre, incitant le jeune homme à mettre sa foi dans une relative et probable clémence des jurés. Mais, au moment du procès, le jeune homme se voit lâché par ses parents (notamment par son père) qui portent contre lui le plus accablant des témoignages et l'abandonnent à sa descente aux enfers dans l'univers carcéral. Récit bouleversant de l'échec infligé à un individu dans sa tentative désespérée pour changer de vie, C'est ainsi est un roman aussi puissant que perturbant où M. J. Hyland, dans le style épuré et percutant qui caractérise son écriture, met brillamment à contribution l'expérience de juriste et d'avocate qui a été la sienne. Fidèle à l'exploration des territoires de la solitude et de l'inadaptation déjà à l'oeuvre dans ses deux premiers romans (Le Voyage de Lou et Dans tes yeux, finaliste du Man Booker Prize 2006) également publiés chez Actes Sud, M.J. Hyland brosse, à travers son protagoniste, le portrait d'une société impitoyable à l'égard des individus dont une longue indigence affective a rendu le langage inaudible, et qu'elle a durablement privés de toute possibilité de rencontrer enfin l'Autre, d'assouvir quelque aspiration que ce soit à faire communauté faute de savoir créer un lien avec leurs semblables.