share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le rêve de Marigny

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le rêve de Marigny

Le rêve de Marigny

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le rêve de Marigny"

    Peut-on imaginer Paris sans la place de la Concorde (et l’hôtel de la Marine) ? Sans le Panthéon ? La Madeleine ? La grande percée des Champs-Élysées de la Concorde à Neuilly ? Sans le théâtre de l’Odéon ? Tout cela, nous le devons à Marigny. On l’a pourtant oublié, conservant seulement pour une mémoire très vague le carré Marigny, l’avenue Marigny, le théâtre Marigny, l’hôtel Marigny.  Alors qui était Marigny ? Lorsqu’il découvre la cour, c’est un jeune provincial, sans titre, sans terre et sans soutien, si ce n’est l’amour inconditionnel de sa sœur, la favorite du roi, la marquise de Pompadour. Elle a de grands projets pour lui. Grace à elle, il s’instruit, voyage en Italie, s’entoure des esprits les plus brillants qui deviendront ses plus fidèles amis : le graveur Charles Nicolas Cochin et l’architecte Jacques Germain Soufflot. À 23 ans, il est promu directeur des bâtiments du roi, charge écrasante. Vingt-deux ans plus tard, lorsqu’il quitte son ministère, Paris est transformé. Il a aimé, soutenu et protégé les arts et les artistes, apporté un goût nouveau, malgré les jalousies et ses nombreux ennemis.  Dans ce roman passionnant, Monique Demagny raconte l’homme, le visionnaire sensible, l’amoureux de l’Italie, des actrices, le « petit frère » de la marquise de Pompadour à qui il devait tant.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 343  pages
    • Dimensions :  2.9cmx14.1cmx22.5cm
    • Poids : 444.5g
    • Editeur :   Jc Lattès Paru le
    • Collection : Romans historiques
    • ISBN :  2709638274
    • EAN13 :  9782709638272
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Peut-on imaginer Paris sans la place de la Concorde (et l’hôtel de la Marine) ? Sans le Panthéon ? La Madeleine ? La grande percée des Champs-Élysées de la Concorde à Neuilly ? Sans le théâtre de l’Odéon ? Tout cela, nous le devons à Marigny. On l’a pourtant oublié, conservant seulement pour une mémoire très vague le carré Marigny, l’avenue Marigny, le théâtre Marigny, l’hôtel Marigny.  Alors qui était Marigny ? Lorsqu’il découvre la cour, c’est un jeune provincial, sans titre, sans terre et sans soutien, si ce n’est l’amour inconditionnel de sa sœur, la favorite du roi, la marquise de Pompadour. Elle a de grands projets pour lui. Grace à elle, il s’instruit, voyage en Italie, s’entoure des esprits les plus brillants qui deviendront ses plus fidèles amis : le graveur Charles Nicolas Cochin et l’architecte Jacques Germain Soufflot. À 23 ans, il est promu directeur des bâtiments du roi, charge écrasante. Vingt-deux ans plus tard, lorsqu’il quitte son ministère, Paris est transformé. Il a aimé, soutenu et protégé les arts et les artistes, apporté un goût nouveau, malgré les jalousies et ses nombreux ennemis.  Dans ce roman passionnant, Monique Demagny raconte l’homme, le visionnaire sensible, l’amoureux de l’Italie, des actrices, le « petit frère » de la marquise de Pompadour à qui il devait tant.