share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les anges dinent au Ritz

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les anges dinent au Ritz

Les anges dinent au Ritz

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les anges dinent au Ritz"

Derrière la porte de la respectabilité petite-bourgeoise, des hommes et des femmes, seuls ou en couple, tentent de dissimuler leurs pauvres secrets. On repeint le décor en rose pour tenter de cacher qu'on a raté sa vie, on boit des cocktails, on célèbre des anniversaires - et l'on marche sans moufter vers la mort grise. Onze nouvelles composées pour l'essentiel dans la tonalité d'En lisant Tourgueniev, marquées par un désespoir tranquille, paisible presque, et d'autant plus terrifiant. Autant de drames qui refusent toute grandeur, mais non toute horreur. Trevor une fois de plus ne nous donne pas de bonnes nouvelles de l'humanité, et s'arrange d'assez diabolique façon pour nous intéresser à ses tristes héros comme s'ils étaient nos frères, nos soeurs. Comme s'ils étaient d'autres nous-mêmes. "Le plus grand auteur de nouvelles de langue anglaise" ("NEW YORK TIMES" dixit), dans son registre le plus angoissant.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 256  pages
  • Dimensions :  1.6cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Phébus Paru le
  • Collection : Littérature étrangère
  • ISBN :  2859409831
  • EAN13 :  9782859409838
  • Classe Dewey :  823.914

D'autres livres de William Trevor

After Rain: Stories

A remarkable collection of twelve new stories,mostly set in Ireland,which was greeted with universal acclamation when published in hardcover in 1996. The title story is a small, sad masterpiece, about a woman holidaying alone in an Italian hotel. "A dazzling collection of short stories" SUNDAY TIMES...

Cet été-là

Nous sommes à Tathmoye, petite ville d Irlande, dans les années 1950. Lors des obsèques de la vieille et riche Mrs Connulty, Ellie, seconde épouse du fermier Dillahan, rencontre Florian Kilderry. Il photographie les endeuillés, les femmes, le cimetière, la ville. L amour s empare d eux. Ellie ...

Voir tous les livres de William Trevor

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Derrière la porte de la respectabilité petite-bourgeoise, des hommes et des femmes, seuls ou en couple, tentent de dissimuler leurs pauvres secrets. On repeint le décor en rose pour tenter de cacher qu'on a raté sa vie, on boit des cocktails, on célèbre des anniversaires - et l'on marche sans moufter vers la mort grise. Onze nouvelles composées pour l'essentiel dans la tonalité d'En lisant Tourgueniev, marquées par un désespoir tranquille, paisible presque, et d'autant plus terrifiant. Autant de drames qui refusent toute grandeur, mais non toute horreur. Trevor une fois de plus ne nous donne pas de bonnes nouvelles de l'humanité, et s'arrange d'assez diabolique façon pour nous intéresser à ses tristes héros comme s'ils étaient nos frères, nos soeurs. Comme s'ils étaient d'autres nous-mêmes. "Le plus grand auteur de nouvelles de langue anglaise" ("NEW YORK TIMES" dixit), dans son registre le plus angoissant.