share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire des révolutions

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire des révolutions

Histoire des révolutions

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Histoire des révolutions"

    Livre testament d'un des plus grands historiens du XXe siècle, Histoire des révolutions (History's Locomotives. Revolutions and the Making of the Modern World) fait figure de classique depuis sa parution en anglais, à la fin de 2006. On l'a comparé sans abus à Tocqueville (L'Ancien régime et la Révolution) ou à Max Weber (L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme); il est la synthèse d'une vie de recherches pluridisciplinaires. Un exceptionnel récit d'histoire comparée, limpide, sans artifice, où le modèle théorique est toujours strictement subordonné à l'exposé préalable des faits. Tout commence par la révolution hussite qui ensanglante la Bohême (1415-1436) et ouvre la voie à la Réforme. C'est le premier ébranlement de la chrétienté romaine. Suivront, dans un enchaînement logique : le séisme du luthéranisme (1517-1555), l'insurrection huguenote (1559-1598), la révolte des Pays-Bas (1566-1609), la révolution britannique (1640-1688), la guerre d'Indépendance américaine (1776-1787) et la Révolution française (1789-1799) qui inaugure le principe d'égalité. Dès lors, il ne s'agit plus simplement de corriger ou de réformer l'ordre existant mais de créer un monde neuf. Le rêve millénariste se renforce de raison, la révolution devient une science, une religion, avec sa loi et ses prophètes. Ainsi, 1848, la Commune de Paris puis la IIe Internationale prépareront l'avènement paradoxal d'une autre révolution, " Octobre rouge ", qui contrevient en tout point aux " lois de l'histoire ", promulguées dans Le Capital, et dont Malia suit le déroulement jusqu'à l'effondrement du communisme. Cette onzième révolution, qui devait mettre fin à toutes les autres, était-elle réellement la dernière ? L'auteur se garde bien de trancher. Son propos est à la fois plus modeste et plus sérieux. Plus inquiétant.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 462  pages
    • Dimensions :  3.6cmx14.6cmx21.0cm
    • Poids : 621.4g
    • Editeur :   Tallandier Paru le
    • Collection : APPROCHES
    • ISBN :  2847344950
    • EAN13 :  9782847344950
    • Langue : Français

    D'autres livres de Martin Malia

    Histoire des révolutions

    De la révolution hussite au XVe siècle jusqu'à la Révolution française et aux débordements totalitaires de la révolution d'Octobre, le monde occidental est façonné par une série de révolutions, religieuses d'abord, puis qui gagnent les domaines social et politique à mesure que le process...

    Voir tous les livres de Martin Malia

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Livre testament d'un des plus grands historiens du XXe siècle, Histoire des révolutions (History's Locomotives. Revolutions and the Making of the Modern World) fait figure de classique depuis sa parution en anglais, à la fin de 2006. On l'a comparé sans abus à Tocqueville (L'Ancien régime et la Révolution) ou à Max Weber (L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme); il est la synthèse d'une vie de recherches pluridisciplinaires. Un exceptionnel récit d'histoire comparée, limpide, sans artifice, où le modèle théorique est toujours strictement subordonné à l'exposé préalable des faits. Tout commence par la révolution hussite qui ensanglante la Bohême (1415-1436) et ouvre la voie à la Réforme. C'est le premier ébranlement de la chrétienté romaine. Suivront, dans un enchaînement logique : le séisme du luthéranisme (1517-1555), l'insurrection huguenote (1559-1598), la révolte des Pays-Bas (1566-1609), la révolution britannique (1640-1688), la guerre d'Indépendance américaine (1776-1787) et la Révolution française (1789-1799) qui inaugure le principe d'égalité. Dès lors, il ne s'agit plus simplement de corriger ou de réformer l'ordre existant mais de créer un monde neuf. Le rêve millénariste se renforce de raison, la révolution devient une science, une religion, avec sa loi et ses prophètes. Ainsi, 1848, la Commune de Paris puis la IIe Internationale prépareront l'avènement paradoxal d'une autre révolution, " Octobre rouge ", qui contrevient en tout point aux " lois de l'histoire ", promulguées dans Le Capital, et dont Malia suit le déroulement jusqu'à l'effondrement du communisme. Cette onzième révolution, qui devait mettre fin à toutes les autres, était-elle réellement la dernière ? L'auteur se garde bien de trancher. Son propos est à la fois plus modeste et plus sérieux. Plus inquiétant.