share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire des idées politiques : De l'Antiquité à la fin du XVIIIe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire des idées politiques : De l'Antiquité à la fin du XVIIIe siècle

Histoire des idées politiques : De l'Antiquité à la fin du XVIIIe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Histoire des idées politiques : De l'Antiquité à la fin du XVIIIe siècle"

    Depuis toujours les hommes se sont interrogés sur l'organisation de la société et la nature du pouvoir politique. Les théories ou doctrines politiques passées ont durablement marqué l'histoire des idées. Les textes de l'Antiquité ont inspiré les hommes de la révolution américaine, ou ceux de 1789. Byzance, qui domina un empire plus de 1 000 ans, permet de comprendre les rapports entre le prince et l'Église. Le pape, l'empereur et les rois se sont disputé le titre de souverain. L'Arabie ouvre une nouvelle civilisation avec le Coran. La Réforme divise la chrétienté et le pouvoir des monarques est contesté. Machiavel propose une conception pragmatique du pouvoir : le politique se sépare de la morale et ses idées prospéreront. L'absolutisme royal triomphe pour un temps mais il est remis en cause par la philosophie des Lumières. Le contrat passé avec les gouvernants pouvait conduire soit à un pouvoir totalitaire avec Hobbes soit à un pouvoir limité avec Locke ou Montesquieu. Rousseau, défenseur de la souveraineté populaire, préconise l'établissement d'un pouvoir absolu de la majorité. Une nouvelle légitimité politique conduit aux révolutions américaine et française mais la pensée contre-révolutionnaire résiste. Les oeuvres les plus anciennes ne sont pas démodées. C'est dans ce fond commun de la pensée jusqu'au XIXe siècle que se trouve l'origine de tous les débats actuels.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 154  pages
    • Dimensions :  0.8cmx15.4cmx23.8cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   Dalloz-Sirey Paru le
    • Collection : Mementos droit public
    • ISBN :  2247074871
    • EAN13 :  9782247074877
    • Classe Dewey :  320.5
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Depuis toujours les hommes se sont interrogés sur l'organisation de la société et la nature du pouvoir politique. Les théories ou doctrines politiques passées ont durablement marqué l'histoire des idées. Les textes de l'Antiquité ont inspiré les hommes de la révolution américaine, ou ceux de 1789. Byzance, qui domina un empire plus de 1 000 ans, permet de comprendre les rapports entre le prince et l'Église. Le pape, l'empereur et les rois se sont disputé le titre de souverain. L'Arabie ouvre une nouvelle civilisation avec le Coran. La Réforme divise la chrétienté et le pouvoir des monarques est contesté. Machiavel propose une conception pragmatique du pouvoir : le politique se sépare de la morale et ses idées prospéreront. L'absolutisme royal triomphe pour un temps mais il est remis en cause par la philosophie des Lumières. Le contrat passé avec les gouvernants pouvait conduire soit à un pouvoir totalitaire avec Hobbes soit à un pouvoir limité avec Locke ou Montesquieu. Rousseau, défenseur de la souveraineté populaire, préconise l'établissement d'un pouvoir absolu de la majorité. Une nouvelle légitimité politique conduit aux révolutions américaine et française mais la pensée contre-révolutionnaire résiste. Les oeuvres les plus anciennes ne sont pas démodées. C'est dans ce fond commun de la pensée jusqu'au XIXe siècle que se trouve l'origine de tous les débats actuels.