share_book
Envoyer cet article par e-mail

Hilarion : L'énigme des fontaines mortes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Hilarion : L'énigme des fontaines mortes

Hilarion : L'énigme des fontaines mortes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Hilarion : L'énigme des fontaines mortes"

Automne 1776, Aix s'anime : ces Messieurs du Parlement font leur rentrée, après avoir passé les mois d'été dans leur villégiature. Le chevalier Hilarion, envoyé en mission par le jeune Roi Louis XVI pour rétablir son autorité dans la province, retrouve avec plaisir la marquise d'Espinouse, sa vieille tante. Le roi, en signe d'apaisement, vient de rétablir les parlements du royaume. Les salons, de nouveau, ouvrent leur porte à une jeunesse que l'on dit plus dissipée, plus insolente, plus violente que jamais. Ce n'est pas le vicomte Hercule de Rognac, qui affiche ouvertement son arrogante supériorité, qui démentira la rumeur. Ce n'est pas non plus la belle Diane de Loubières : cette jeune femme est si libre ! Mais bien vite, le temps n'est plus aux réjouissances ni aux plaisirs mondains. De la scène de théâtre où triomphe la Vitali, le drame se déplace dans les rues les plus sordides de la cité : le corps de l'amant de la séduisante comédienne, fils d'un parlementaire influent, est découvert dans une impasse où l'assassin s'est plu à une mise en scène particulièrement odieuse. Crime crapuleux ? Vengeance ? Règlement de comptes ? Et si la réponse se trouvait à Toulon, d'où arrive le bruit des frasques des fils de bonne famille qui servent le roi dans les Gardes-marines ? Tandis que la noblesse d'Aix enterre ses morts, Hilarion chargé officieusement de l'enquête, doit affronter un monstre qui le défie en signant ses crimes : les corps sont tous abandonnés dans les lieux les plus répugnants. Néanmoins, le jeune chevalier Hilarion peut-il compter sur le lieutenant criminel Lebrest, si soucieux de défendre ses prérogatives face à une noblesse qui n'a que mépris pour lui ? La vérité, au demeurant, intéresse-t-elle ce bourgeois à qui ces messieurs du Parlement ferment leurs portes ? Après tout, l'assassin ne paraît s'en prendre qu'à ces “aristos”, auxquels Pierre, nouveau domestique du Chevalier, semble vouer une haine farouche. Un valet rebelle qu'il faudra mettre au pas ! Fort de sa réputation d'investigateur et de duelliste, Hilarion, tout à la fois cruel et précieux, est un personnage bien déconcertant. Dans l'ombre du vieux palais comtal, il découvrira la corruption des coeurs et devra faire face à ses propres démons. L'enquête policière qui se développe au sein de la noblesse d'Aix met en scène un jeune aristocrate provençal, le chevalier Hilarion, chargé par l'Intendant de Provence, M. de La Tour, d'enquêter sur une série de meurtres : trois fils de parlementaires sont assassinés dans des conditions particulièrement odieuses - corps retrouvés sodomisés et émasculés. Ces meurtres, par leur caractère scandaleux et si contraires aux moeurs, choquent “la bonne société” et confirment les rivalités en son sein. Ils renvoient l'image d'une noblesse à la fois libertine, violente, sûre de son bon droit et en fin de compte très divisée, ayant perdu une partie de son prestige auprès du peuple. Le personnage d'Hilarion permet de glisser d'un plan historique général - avènement du jeune Louis XVI deux ans auparavant, rétablissement par le souverain des Cours de parlement exilées jusqu'en 1774, etc. - à une histoire plus locale - l'abandon du Palais Comtal, affaire des Jésuites, etc. - qui éclaire certains fonctionnements institutionnels : parlement d'Aix (équivalent de notre cour d'appel), sénéchaussée (équivalent de notre tribunal de première instance), arsenal de Toulon aux mains de “la Royale”, sources d'incessantes rivalités. Le roman saisit un quotidien (sonore, olfactif, effet de foule, processions, etc.) qui tranche, par sa brutalité, avec l'image un peu conventionnelle que nous avons du XVIIIe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 437  pages
  • Dimensions :  3.6cmx14.6cmx24.0cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Actes Sud Editions Paru le
  • Collection : ROMANS, NOUVELL
  • ISBN :  2330002122
  • EAN13 :  9782330002121
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Automne 1776, Aix s'anime : ces Messieurs du Parlement font leur rentrée, après avoir passé les mois d'été dans leur villégiature. Le chevalier Hilarion, envoyé en mission par le jeune Roi Louis XVI pour rétablir son autorité dans la province, retrouve avec plaisir la marquise d'Espinouse, sa vieille tante. Le roi, en signe d'apaisement, vient de rétablir les parlements du royaume. Les salons, de nouveau, ouvrent leur porte à une jeunesse que l'on dit plus dissipée, plus insolente, plus violente que jamais. Ce n'est pas le vicomte Hercule de Rognac, qui affiche ouvertement son arrogante supériorité, qui démentira la rumeur. Ce n'est pas non plus la belle Diane de Loubières : cette jeune femme est si libre ! Mais bien vite, le temps n'est plus aux réjouissances ni aux plaisirs mondains. De la scène de théâtre où triomphe la Vitali, le drame se déplace dans les rues les plus sordides de la cité : le corps de l'amant de la séduisante comédienne, fils d'un parlementaire influent, est découvert dans une impasse où l'assassin s'est plu à une mise en scène particulièrement odieuse. Crime crapuleux ? Vengeance ? Règlement de comptes ? Et si la réponse se trouvait à Toulon, d'où arrive le bruit des frasques des fils de bonne famille qui servent le roi dans les Gardes-marines ? Tandis que la noblesse d'Aix enterre ses morts, Hilarion chargé officieusement de l'enquête, doit affronter un monstre qui le défie en signant ses crimes : les corps sont tous abandonnés dans les lieux les plus répugnants. Néanmoins, le jeune chevalier Hilarion peut-il compter sur le lieutenant criminel Lebrest, si soucieux de défendre ses prérogatives face à une noblesse qui n'a que mépris pour lui ? La vérité, au demeurant, intéresse-t-elle ce bourgeois à qui ces messieurs du Parlement ferment leurs portes ? Après tout, l'assassin ne paraît s'en prendre qu'à ces “aristos”, auxquels Pierre, nouveau domestique du Chevalier, semble vouer une haine farouche. Un valet rebelle qu'il faudra mettre au pas ! Fort de sa réputation d'investigateur et de duelliste, Hilarion, tout à la fois cruel et précieux, est un personnage bien déconcertant. Dans l'ombre du vieux palais comtal, il découvrira la corruption des coeurs et devra faire face à ses propres démons. L'enquête policière qui se développe au sein de la noblesse d'Aix met en scène un jeune aristocrate provençal, le chevalier Hilarion, chargé par l'Intendant de Provence, M. de La Tour, d'enquêter sur une série de meurtres : trois fils de parlementaires sont assassinés dans des conditions particulièrement odieuses - corps retrouvés sodomisés et émasculés. Ces meurtres, par leur caractère scandaleux et si contraires aux moeurs, choquent “la bonne société” et confirment les rivalités en son sein. Ils renvoient l'image d'une noblesse à la fois libertine, violente, sûre de son bon droit et en fin de compte très divisée, ayant perdu une partie de son prestige auprès du peuple. Le personnage d'Hilarion permet de glisser d'un plan historique général - avènement du jeune Louis XVI deux ans auparavant, rétablissement par le souverain des Cours de parlement exilées jusqu'en 1774, etc. - à une histoire plus locale - l'abandon du Palais Comtal, affaire des Jésuites, etc. - qui éclaire certains fonctionnements institutionnels : parlement d'Aix (équivalent de notre cour d'appel), sénéchaussée (équivalent de notre tribunal de première instance), arsenal de Toulon aux mains de “la Royale”, sources d'incessantes rivalités. Le roman saisit un quotidien (sonore, olfactif, effet de foule, processions, etc.) qui tranche, par sa brutalité, avec l'image un peu conventionnelle que nous avons du XVIIIe siècle.