share_book
Envoyer cet article par e-mail

La femme aux pieds nus

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La femme aux pieds nus

La femme aux pieds nus

  (Auteur)


Prix : 63,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La femme aux pieds nus"

    Cette femme aux pieds nus qui donne le titre à mon livre, c'est ma mère, Stefania. Lorsque nous étions enfants, au Rwanda, mes soeurs et moi, maman nous répétait souvent : 3Quand je mourrai, surtout recouvrez mon corps avec mon pagne, personne ne doit voir le corps d'une Mère." Ce livre est le linceul dont je n'ai pu parer ma mère. c'est aussi le devoir de piété filiale de faire revivre, grâce à l'écriture, les travaux et les jours, les traditions ancestrales d'une communauté obstinée à survivre mais qui se sait vouée à une extermination programmée. C'est, au seuil du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, son histoire, c'est notre histoire.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 170  pages
    • Dimensions :  1.4cmx10.8cmx17.6cm
    • Poids : 117.9g
    • Editeur :   Gallimard Paru le
    • Collection : Folio
    • ISBN :  2070446662
    • EAN13 :  9782070446667
    • Langue : Français

    D'autres livres de  Scholastique Mukasonga

    Sentiers urbains

    La périphérie des villes n'est présentée qu'au moment où elle est le lieu de violences. Ces moments ne sont pas représentatifs du quotidien qui s'y vit chaque jour. Ce temps, plus long révèle des lieux de vie, de promenade, comme partout dans le monde, avec des gens qui circulent dans des...

    Prix : 250 DH

    Voir tous les livres de  Scholastique Mukasonga

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Cette femme aux pieds nus qui donne le titre à mon livre, c'est ma mère, Stefania. Lorsque nous étions enfants, au Rwanda, mes soeurs et moi, maman nous répétait souvent : 3Quand je mourrai, surtout recouvrez mon corps avec mon pagne, personne ne doit voir le corps d'une Mère." Ce livre est le linceul dont je n'ai pu parer ma mère. c'est aussi le devoir de piété filiale de faire revivre, grâce à l'écriture, les travaux et les jours, les traditions ancestrales d'une communauté obstinée à survivre mais qui se sait vouée à une extermination programmée. C'est, au seuil du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, son histoire, c'est notre histoire.