share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tomi Ungerer et ses maîtres : Inspirations et dialogues, Exposition présentée au Musée Tomi Ungerer du 18 novembre au 19 février 2011

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tomi Ungerer et ses maîtres : Inspirations et dialogues, Exposition présentée au Musée Tomi Ungerer du 18 novembre au 19 février 2011

Tomi Ungerer et ses maîtres : Inspirations et dialogues, Exposition présentée au Musée Tomi Ungerer du 18 novembre au 19 février 2011

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Tomi Ungerer et ses maîtres : Inspirations et dialogues, Exposition présentée..."

    Le dessin d'illustration et son inscription dans le champ de l'histoire de l'art ne font encore que rarement l'objet d'expositions et d'analyses critiques. Ces connexions sont pourtant particulièrement intéressantes à étudier, notamment dans l'oeuvre de Tomi Ungerer, où les influences entre dessinateur et artistes sont multiples et complexes. Friedrich Dürrenmatt, dans sa préface pour Babylon, ne s'y est pas trompé et a souligné que celui-ci « n'imitait personne, mais utilisait beaucoup ». Le catalogue Tomi Ungerer, inspirations et dialogues propose un parcours thématique de trois cents pièces où se côtoient oeuvres graphiques de Tomi Ungerer et chefs- d'oeuvre de l'histoire de l'art. Le contexte franco-allemand dans lequel Tomi Ungerer a grandi lui a permis de découvrir les gravures majeures des maîtres rhénans du Moyen Âge et de la Renaissance, tels Dürer, Grünewald, Baldung Grien, lui apportant des « leçons graphiques » auxquelles il rend hommage dans ses premières compositions ; tout comme plus tardivement, les oeuvres de Doré et les premières lithographies alsaciennes, qui lui ont transmis un goût du détail (Tomi Ungerers Märchenbuch) et des paysages pittoresques. Dans certains albums de Tomi Ungerer (La Grosse Bête de Monsieur Racine, Les Histoires farfelues de Papaski) ce sont le trait acéré, les scènes de foule et l'accumulation de détails grotesques qui sont empruntés aux dessins satiriques du XIXe et début XXe siècles, notamment de Wilhelm Busch, Daumier ou Albert Dubout. Le départ de Tomi Ungerer à New York et ses rencontres avec les directeurs artistiques des agences et des principales revues (Village Voice, New York Times etc.) l'ont amené à regarder Savignac, André François et les cartoonists du New Yorker, dont on décèle l'influence dans l'utilisation de ses aplats colorés, dans l'efficacité des slogans de ses affiches publicitaires ou dans ses dessins satiriques qui critiquent la société américaine (The Party, etc.). D'autres filiations sont enfin à relever, Ungerer citant des oeuvres de ses aînés (les Poupées de Bellmer), s'appropriant des techniques de certains (collages de Ernst ou Heartfield), détournant des sujets (Grandville, Steinberg). Différents essais montrent comment Ungerer explore toutes les voies tracées par ses prédécesseurs et revisite l'histoire de l'art.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 240  pages
    • Dimensions :  2.0cmx20.0cmx25.8cm
    • Poids : 920.8g
    • Editeur :   Editions Des Musées De Strasbourg Paru le
    • Collection : HORS COLLEC
    • ISBN :  235125094X
    • EAN13 :  9782351250945
    • Langue : Français

    D'autres livres de  Michel Melot

    Beautés monstres, curiosités, prodiges, phénomènes

    En Occident, le monstre constitue une source d'inspiration artistique inépuisable, aussi bien dans la peinture religieuse que dans la satire graphique et la caricature. Formidables outils de pédagogie morale, certaines représentations monstrueuses comme le griffon ou le dragon ont servi à orner ...

    Albert Dubout : Le Fou dessinant

    La rétrospective du travail de ce très grand humoriste, présentée à la Bibliothèque nationale de France, est l'occasion pour le public de redécouvrir un monde renversé, un monde déglingué les deux notions sont corollaires. Dubout use et abuse du rafistolage, et ce n'est pas seulement un fi...

    Voir tous les livres de  Michel Melot

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Le dessin d'illustration et son inscription dans le champ de l'histoire de l'art ne font encore que rarement l'objet d'expositions et d'analyses critiques. Ces connexions sont pourtant particulièrement intéressantes à étudier, notamment dans l'oeuvre de Tomi Ungerer, où les influences entre dessinateur et artistes sont multiples et complexes. Friedrich Dürrenmatt, dans sa préface pour Babylon, ne s'y est pas trompé et a souligné que celui-ci « n'imitait personne, mais utilisait beaucoup ». Le catalogue Tomi Ungerer, inspirations et dialogues propose un parcours thématique de trois cents pièces où se côtoient oeuvres graphiques de Tomi Ungerer et chefs- d'oeuvre de l'histoire de l'art. Le contexte franco-allemand dans lequel Tomi Ungerer a grandi lui a permis de découvrir les gravures majeures des maîtres rhénans du Moyen Âge et de la Renaissance, tels Dürer, Grünewald, Baldung Grien, lui apportant des « leçons graphiques » auxquelles il rend hommage dans ses premières compositions ; tout comme plus tardivement, les oeuvres de Doré et les premières lithographies alsaciennes, qui lui ont transmis un goût du détail (Tomi Ungerers Märchenbuch) et des paysages pittoresques. Dans certains albums de Tomi Ungerer (La Grosse Bête de Monsieur Racine, Les Histoires farfelues de Papaski) ce sont le trait acéré, les scènes de foule et l'accumulation de détails grotesques qui sont empruntés aux dessins satiriques du XIXe et début XXe siècles, notamment de Wilhelm Busch, Daumier ou Albert Dubout. Le départ de Tomi Ungerer à New York et ses rencontres avec les directeurs artistiques des agences et des principales revues (Village Voice, New York Times etc.) l'ont amené à regarder Savignac, André François et les cartoonists du New Yorker, dont on décèle l'influence dans l'utilisation de ses aplats colorés, dans l'efficacité des slogans de ses affiches publicitaires ou dans ses dessins satiriques qui critiquent la société américaine (The Party, etc.). D'autres filiations sont enfin à relever, Ungerer citant des oeuvres de ses aînés (les Poupées de Bellmer), s'appropriant des techniques de certains (collages de Ernst ou Heartfield), détournant des sujets (Grandville, Steinberg). Différents essais montrent comment Ungerer explore toutes les voies tracées par ses prédécesseurs et revisite l'histoire de l'art.