share_book
Envoyer cet article par e-mail

Vivre sans violences ? : Dans les couples, les institutions, les écoles

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Vivre sans violences ? : Dans les couples, les institutions, les écoles

Vivre sans violences ? : Dans les couples, les institutions, les écoles

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Vivre sans violences ? : Dans les couples, les institutions, les écoles"

    Depuis la parution de cet ouvrage en 2004, les violences conjugales ont été mises sur le devant de la scène : affaire Trintignant, campagnes de communication... Ce n'est pas pour autant que les réponses à ces violences ont progressé. Malgré les lois, les circulaires qui peuvent faire penser que les violences (conjugales) sont une cause nationale, l'Etat ne cesse de se désengager (suppression de crédits aux associations de prévention et de traitement, aux centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) augmentation du niveau d'incohérence due au fonctionnement de la Justice...) La réédition des travaux menés par une équipe de thérapeutes familiaux de Marseille s'est alors imposée, d'autant qu'elle bénéficie du bilan qu'ils ont tiré de leur expérience. Ils nous incitent à penser la complexité des phénomènes violents pour ne pas céder au manichéisme qu'il soit individuel, familial, social, politique ou scientifique et qui engendre lui-même les violences.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 228  pages
    • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx23.2cm
    • Poids : 340.2g
    • Editeur :   Erès Paru le
    • Collection : Relations
    • ISBN :  2749212162
    • EAN13 :  9782749212166
    • Langue : Français

    D'autres livres de  Michel Silvestre

    La communication : De l'éthologie à la pathologie, des neurosciences à la thérapie

    La Zoopsychiatrie est la partie de la médecine vétérinaire visant à traiter les troubles du comportement des animaux. Fille de la médecine et de l'éthologie, elle permet d'aborder chaque cas de manière globale. Des déterminants génétiques aux causes relationnelles, de la neurotransmission ...

    Voir tous les livres de  Michel Silvestre

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Depuis la parution de cet ouvrage en 2004, les violences conjugales ont été mises sur le devant de la scène : affaire Trintignant, campagnes de communication... Ce n'est pas pour autant que les réponses à ces violences ont progressé. Malgré les lois, les circulaires qui peuvent faire penser que les violences (conjugales) sont une cause nationale, l'Etat ne cesse de se désengager (suppression de crédits aux associations de prévention et de traitement, aux centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) augmentation du niveau d'incohérence due au fonctionnement de la Justice...) La réédition des travaux menés par une équipe de thérapeutes familiaux de Marseille s'est alors imposée, d'autant qu'elle bénéficie du bilan qu'ils ont tiré de leur expérience. Ils nous incitent à penser la complexité des phénomènes violents pour ne pas céder au manichéisme qu'il soit individuel, familial, social, politique ou scientifique et qui engendre lui-même les violences.