share_book
Envoyer cet article par e-mail

Economie du droit, tome 2 : Les personnes et les choses

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Economie du droit, tome 2 : Les personnes et les choses

Economie du droit, tome 2 : Les personnes et les choses

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Economie du droit, tome 2 : Les personnes et les choses"

    L'économie mondiale est à la recherche d'une régulation. Pourrait-elle la trouver dans le droit romain ancien, qui a fécondé la première mondialisation et assuré son succès économique ? Oui, répond Philippe Simonnot dans le second tome de son Économie du droit. En fait, la remontée de sève du droit romain date de la Révolution française, et on la retrouve dans l'actualité la plus brûlante concernant l'immigration, la bioéthique, le droit du travail, le droit de la famille, le droit pénal, entre autres. Cette remontée a une raison toute simple : le droit romain est efficient au sens économique du terme. Le plus étonnant est que l'on retrouve cette efficience dans le Nouveau Testament. Dans L'Invention de l'État, premier tome de l'Économie du droit, Philippe Simonnot avait présenté les outils que l'économiste utilise pour analyser le droit, puis montré comment fut inventé le premier mode d'exploitation de l'homme par l'homme, à savoir l'État. Dans ce deuxième tome, l'auteur observe qu'il n'y a pas de solution de continuité entre l'esclavage et le salariat et que la distinction entre les personnes et les choses, inventée par le droit romain, continue à faire problème.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 428  pages
    • Dimensions :  3.2cmx13.4cmx20.6cm
    • Poids : 499.0g
    • Editeur :   Belles Lettres Paru le
    • Collection : HORS COLLECTION
    • ISBN :  2251442731
    • EAN13 :  9782251442730
    • Langue : Français

    D'autres livres de Philippe Simonnot

    39 lecons d'économie contemporaine

    Dans la vaste production d'ouvrages d'initiation à l'économie, ces 39 leçons proposées par le chroniqueur du Monde constituent une tentative originale de présentation des principaux apports de la théorie économique. Écrites sous forme de dialogues souvent savoureux entre le professeur [.....

    L'erreur économique : Comment économistes et politiques se trompent et nous trompent

    Les économistes et les politiques sont peu portés à l'autocritique. Pourtant, la liste de leurs erreurs en matière économique est édifiante. Et l'impact de ces erreurs souvent considérable. Huit jours avant l'effondrement de Wall Street en octobre 1929, le célèbre économiste Irving Fischer...

    Le jour où la France sortira de l'Euro

    Le 14 juillet 2012, Dominique Strauss-Kahn, président de la République, annonce que la France sort de l'euro. Depuis son élection triomphale en mai 2012, le nouvel élu n'avait rien laissé transpirer de ses intentions dans ce domaine - pour des raisons évidentes : la moindre allusion, le plus p...

    Enquête sur l'antisemitisme musulman. De ses origines à nos jours

    On assiste depuis plusieurs années à l'explosion de ce qu'il faut bien appeler de l'antisémitisme dans les media du monde arabe et musulman. Ce phénomène largement ignoré en Occident demande à être reconnu et expliqué. Or les méandres de la culpabilité occidentale tant à l'égard des jui...

    Voir tous les livres de Philippe Simonnot

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'économie mondiale est à la recherche d'une régulation. Pourrait-elle la trouver dans le droit romain ancien, qui a fécondé la première mondialisation et assuré son succès économique ? Oui, répond Philippe Simonnot dans le second tome de son Économie du droit. En fait, la remontée de sève du droit romain date de la Révolution française, et on la retrouve dans l'actualité la plus brûlante concernant l'immigration, la bioéthique, le droit du travail, le droit de la famille, le droit pénal, entre autres. Cette remontée a une raison toute simple : le droit romain est efficient au sens économique du terme. Le plus étonnant est que l'on retrouve cette efficience dans le Nouveau Testament. Dans L'Invention de l'État, premier tome de l'Économie du droit, Philippe Simonnot avait présenté les outils que l'économiste utilise pour analyser le droit, puis montré comment fut inventé le premier mode d'exploitation de l'homme par l'homme, à savoir l'État. Dans ce deuxième tome, l'auteur observe qu'il n'y a pas de solution de continuité entre l'esclavage et le salariat et que la distinction entre les personnes et les choses, inventée par le droit romain, continue à faire problème.