share_book
Envoyer cet article par e-mail

Miró

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Miró

Miró

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Miró"

    L'oeuvre de Miro, essentiellement entre 1920 et 1942, a pris feu dans les ruines de la tradition de la représentation en Occident. Comment comprendre l'extraordinaire énergie qui s'est déployée au cours de cette période, coïncidant avec les allées et venues de l'artiste entre les deux lieux revêtus à ses yeux d'une aura sacrée: Paris et sa Catalogne natale ? Une première approche consiste à replacer Miro dans le vaste contexte des pensées et des poétiques du mythe, contemporaines de son oeuvre. En sympathie avec le surréalisme et avec d'autres sensibilités proches (celles d'André Masson, de Michel Leiris et de Georges Bataille, en particulier), Miro a passionnément désiré faire retentir une vibration qui fût celle des origines, par grandes concrétions d'images sauvages, irriguées d'une violence archaïque, secouées d'un rire métaphysique. Tous les récits, tous les objets venus d'horizons non européens ont été aimés dans cette lumière, nouveau savoir émergeant des ruines et porté d'ailleurs à accroître la destruction pour se parfaire. C'est ainsi que le jeune peintre s'est rendu célèbre en voulant de tout son être, disait-il, " assassiner la peinture ". Une autre voix, cependant, n'a pas cessé de se faire entendre en lui cette voix n'était redevable à rien d'autre qu'à l'expérience solitaire de la campagne, au repliement méditatif dans les champs de sa ferme de Montroig. Il ne s'agissait plus alors de rebâtir des mythes embrasés sur les ruines du monde de naguère mais de rendre les images, dans leur fragilité et leur contingence mêmes, dans leur ruine, réceptives à une résonance invisible, celle de la pure subjectivité. Entre ces deux postulations-le mythe collectif et la vie intérieure -, l'oeuvre a maintenu pendant un peu plus de deux décennies une tension, souvent portée à un point extrême d'incandescence, qui a fait sa singulière grandeur et sa gravité. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Cartonné
    • 94  pages
    • Editeur :   Flammarion Paru le
    • Collection : Les Maîtres de la peinture
    • ISBN :  2080115510
    • EAN13 :  9782080115515

    D'autres livres de  Joan Miro

    Miró: 6 juin au 11 novembre 1997

    L'œuvre de Miro, essentiellement entre 1920 et 1942, a pris feu dans les ruines de la tradition de la représentation en Occident. Comment comprendre l'extraordinaire énergie qui s'est déployée au cours de cette période, coïncidant avec les allées et venues de l'artiste entre les deux lieux r...

    Voir tous les livres de  Joan Miro

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    L'oeuvre de Miro, essentiellement entre 1920 et 1942, a pris feu dans les ruines de la tradition de la représentation en Occident. Comment comprendre l'extraordinaire énergie qui s'est déployée au cours de cette période, coïncidant avec les allées et venues de l'artiste entre les deux lieux revêtus à ses yeux d'une aura sacrée: Paris et sa Catalogne natale ? Une première approche consiste à replacer Miro dans le vaste contexte des pensées et des poétiques du mythe, contemporaines de son oeuvre. En sympathie avec le surréalisme et avec d'autres sensibilités proches (celles d'André Masson, de Michel Leiris et de Georges Bataille, en particulier), Miro a passionnément désiré faire retentir une vibration qui fût celle des origines, par grandes concrétions d'images sauvages, irriguées d'une violence archaïque, secouées d'un rire métaphysique. Tous les récits, tous les objets venus d'horizons non européens ont été aimés dans cette lumière, nouveau savoir émergeant des ruines et porté d'ailleurs à accroître la destruction pour se parfaire. C'est ainsi que le jeune peintre s'est rendu célèbre en voulant de tout son être, disait-il, " assassiner la peinture ". Une autre voix, cependant, n'a pas cessé de se faire entendre en lui cette voix n'était redevable à rien d'autre qu'à l'expérience solitaire de la campagne, au repliement méditatif dans les champs de sa ferme de Montroig. Il ne s'agissait plus alors de rebâtir des mythes embrasés sur les ruines du monde de naguère mais de rendre les images, dans leur fragilité et leur contingence mêmes, dans leur ruine, réceptives à une résonance invisible, celle de la pure subjectivité. Entre ces deux postulations-le mythe collectif et la vie intérieure -, l'oeuvre a maintenu pendant un peu plus de deux décennies une tension, souvent portée à un point extrême d'incandescence, qui a fait sa singulière grandeur et sa gravité. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.