share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Insensé photo, N° 8 : British photographers

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Insensé photo, N° 8 : British photographers

L'Insensé photo, N° 8 : British photographers

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Insensé photo, N° 8 : British photographers"

Les Beatles et les Rolling Stones, Oxford et Cambridge, Shakespeare et Agatha Christie, qui dit mieux ? Conduite à gauche, première femme Premier ministre, non à l'euro..., oui à la différence ! Alors, la photo dans tout ça, tradition ou nouvelle donne ? Même s'il est audacieux et vain de vouloir désigner un style photographique anglais, il se dégage à travers ce choix d'images que nous publions comme un parfum culturel des plus anglais. Nous retrouvons les thématiques britanniques que l'on si connaît si bien : ce goût raffiné pour la nature, le théâtre, les mises en scène élaborées, l'humour, la critique sociale... Ainsi, en ouverture de la revue, Tim Walker nous donne à voir les délices et les délires d'une fantaisie proprement anglaise ! Succédant à la période Thatcher qui vit la formidable éclosion d'un style documentaire mettant en lumière l'intimité d'une réalité sociale difficile (et qui a impressionné les générations de photographes à venir), les années 2000 inaugurent celle d'une photographie plus expérimentale tout en continuant à affirmer son sens critique. Approche documentaire plus distanciée ? Plus que jamais dans le malicieux regard d'un Martin Parr qui, au fil du temps, a constitué une véritable mosaïque de la société contemporaine, dans celui de Richard Billingham, habité par son passé familial, mais aussi chez Leonie Purchas, Michael Grieve ou Paul Graham qui, à travers une grande réussite formelle, révèlent, entre autres, le désarroi des laissés-pour-compte de la société. La nature ? Elle s'immisce chez certains, comme dans les Fables de Karen Knorr, par l'intrusion du monde animal et s'impose comme sujet inépuisable chez d'autres, support d'une réflexion sur les paysages devenus lieux de mémoire chez Simon Norfolk ou saisie dans sa beauté brute et poétique par Susan Derges ou Sophie Rickett. Alors, oui, les Anglais continuent encore et encore à cultiver leur différence, mais toujours dans la tradition.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 153  pages
  • Dimensions :  1.0cmx27.0cmx36.6cm
  • Poids : 1020.6g
  • Editeur :   Editions Du Regard Paru le
  • Collection : PHOTOGRAPHIE
  • ISBN :  2841052559
  • EAN13 :  9782841052554
  • Classe Dewey :  770
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les Beatles et les Rolling Stones, Oxford et Cambridge, Shakespeare et Agatha Christie, qui dit mieux ? Conduite à gauche, première femme Premier ministre, non à l'euro..., oui à la différence ! Alors, la photo dans tout ça, tradition ou nouvelle donne ? Même s'il est audacieux et vain de vouloir désigner un style photographique anglais, il se dégage à travers ce choix d'images que nous publions comme un parfum culturel des plus anglais. Nous retrouvons les thématiques britanniques que l'on si connaît si bien : ce goût raffiné pour la nature, le théâtre, les mises en scène élaborées, l'humour, la critique sociale... Ainsi, en ouverture de la revue, Tim Walker nous donne à voir les délices et les délires d'une fantaisie proprement anglaise ! Succédant à la période Thatcher qui vit la formidable éclosion d'un style documentaire mettant en lumière l'intimité d'une réalité sociale difficile (et qui a impressionné les générations de photographes à venir), les années 2000 inaugurent celle d'une photographie plus expérimentale tout en continuant à affirmer son sens critique. Approche documentaire plus distanciée ? Plus que jamais dans le malicieux regard d'un Martin Parr qui, au fil du temps, a constitué une véritable mosaïque de la société contemporaine, dans celui de Richard Billingham, habité par son passé familial, mais aussi chez Leonie Purchas, Michael Grieve ou Paul Graham qui, à travers une grande réussite formelle, révèlent, entre autres, le désarroi des laissés-pour-compte de la société. La nature ? Elle s'immisce chez certains, comme dans les Fables de Karen Knorr, par l'intrusion du monde animal et s'impose comme sujet inépuisable chez d'autres, support d'une réflexion sur les paysages devenus lieux de mémoire chez Simon Norfolk ou saisie dans sa beauté brute et poétique par Susan Derges ou Sophie Rickett. Alors, oui, les Anglais continuent encore et encore à cultiver leur différence, mais toujours dans la tradition.