share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Portes de Québec, Tome 2 : La Belle Epoque

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Portes de Québec, Tome 2 : La Belle Epoque

Les Portes de Québec, Tome 2 : La Belle Epoque

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Portes de Québec, Tome 2 : La Belle Epoque"

Dans le Québec de la Belle Époque, en 1907, la population fait l'expérience d'une prospérité nouvelle et l'avenir paraît radieux malgré l'effondrement du pont de Québec. Toutes les attentions se portent sur les grandes fêtes prévues pour le tricentenaire de 1908, un événement en compétition avec l'Église, qui de son côté entend célébrer avec faste le bicentenaire de la mort de Monseigneur de Laval. Les deux familles Picard poursuivent leur quête de bonheur. Alfred s'exerce au délicat métier de père tandis que sa femme Marie souffre d'avoir un époux qui préfère des bras masculins aux siens. Quant à Thomas, les félicités de ses secondes épousailles résistent à l'usure du temps. Élisabeth assume ses rôles d'épouse et de belle-mère à la perfection. Édouard, lui, montre de belles dispositions à reprendre plus tard la gouverne du magasin Picard. Tout serait parfait si sa soeur Eugénie cessait de faire une vie impossible à ses parents, tout particulièrement sa belle-mère, qu'elle tient toujours pour responsable de la mort de sa mère.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 578  pages
  • Dimensions :  4.6cmx12.7cmx19.1cm
  • Poids : 499.0g
  • Editeur :   Hurtubise Editions Hmh Paru le
  • Collection : Hurtubise compact
  • ISBN :  2896475109
  • EAN13 :  9782896475100
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre Charland

Les élèves, l'histoire et la citoyenneté

Il est de bon ton d'évoquer de temps en temps dans les médias l'ignorance " abyssale " des jeunes en histoire, et de se lamenter sur les conséquences politiques de celle-ci. Au-delà des copies-et des credos politiques-à vendre, l'histoire enseignée dans nos écoles permet-elle de former des ci...

Les Portes de Québec, Tome 4 : La mort bleue

Après les émeutes de Pâques 1918, la majorité des Canadiens français accepte la conscription. Une minorité préfère se dérober, cherchant le salut dans la désertion, un mariage hâtif (comme Édouard l'a fait) ou une vocation sacerdotale opportune. Pendant ce temps, Mathieu Picard combat va...

Les Portes de Québec, Tome 3 : Le prix du sang

Le roman s'ouvre sur le naufrage de l'Empress of Ireland, le 29 mai 1914, dont Alfred Picard est l'une des nombreuses victimes. Avec l'aide de ses enfants, Marie assumera l'avenir du commerce. Maintenant adolescente, Thalie désire devenir médecin, un rêve presque impossible pour une Canadienne fr...

Voir tous les livres de Jean-Pierre Charland

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans le Québec de la Belle Époque, en 1907, la population fait l'expérience d'une prospérité nouvelle et l'avenir paraît radieux malgré l'effondrement du pont de Québec. Toutes les attentions se portent sur les grandes fêtes prévues pour le tricentenaire de 1908, un événement en compétition avec l'Église, qui de son côté entend célébrer avec faste le bicentenaire de la mort de Monseigneur de Laval. Les deux familles Picard poursuivent leur quête de bonheur. Alfred s'exerce au délicat métier de père tandis que sa femme Marie souffre d'avoir un époux qui préfère des bras masculins aux siens. Quant à Thomas, les félicités de ses secondes épousailles résistent à l'usure du temps. Élisabeth assume ses rôles d'épouse et de belle-mère à la perfection. Édouard, lui, montre de belles dispositions à reprendre plus tard la gouverne du magasin Picard. Tout serait parfait si sa soeur Eugénie cessait de faire une vie impossible à ses parents, tout particulièrement sa belle-mère, qu'elle tient toujours pour responsable de la mort de sa mère.