share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cuba, les chemins du hasard

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cuba, les chemins du hasard

Cuba, les chemins du hasard

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Cuba, les chemins du hasard"

« Les souvenirs de Karla Suárez nourrissent des chroniques sensibles, accompagnées des magnifiques photos en noir et blanc de Francesco Gattoni. » --Ulysse « Un magnifique récit autobiographique plein de sensibilité, agrémenté des photographies de Francesco Gattoni en noir et blanc, nous plonge agréablement dans un prolongement littéraire insolite à la découverte de Cuba. » --Paula Jacques, France Inter, Cosmopolitaine « (...) Les superbes photographies noir et blanc de Francesco Gattoni font la part belle aux habitants de l'île : scènes domestiques, clichés pris sur le vif dans des ruelles, dans le train ou sur les bords de mer, portraits insolites non dénués d'humour ... On sent la connivence du photographe avec les humbles cubains, dont il sait rendre le goût de la vie chevillé au corps, malgré la pénurie et les vicissitudes d'un quotidien qu'on devine difficile. (...) On retrouve l'amour du pays natal, la joie de vivre envers et contre tout, dans les chroniques de Karla Suarez. L'exilée jette un regard attendri sur ses années de jeunesse, lorsqu'elle sillonnait son île en tous sens, avec ses parents, puis pendant les camps de travail aux champs, et plus tard avec des amis, lors de ce qu on appelait les « guérillas d'été ». Car il n était pas aisé de voyager, déjà à l'époque et les virées estivales prenaient souvent l'allure d'expéditions hasardeuses. A la vue des photographies, les souvenirs reviennent, relatés de façon légère, joyeuse, comme si la narratrice n'en retenait que le meilleur, comme si elle ne voulait surtout pas laisser la nostalgie plomber son périple littéraire. (...) » --Fred Robert, « Un même amour de l'île », Zibeline, n°10 (juil..-sep. 2009).

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.2cmx20.0cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Le Bec En L Air Editions Paru le
  • Collection : Collatéral
  • ISBN :  2916073264
  • EAN13 :  9782916073262
  • Langue : Français

D'autres livres de Karla Suarez

La Voyageuse

Deux jeunes Cubaines décident de faire leur vie hors de Cuba. Lucia se marie à un homme d'affaires italien et s'installe à Rome, tandis que Circé part dans le monde à la recherche de " sa " ville et ne se manifeste que par des cartes postales. Des années plus tard, Circé arrive chez Lucia et ...

Tropique des silences

À La Havane, une petite fille aux yeux clairs et aux cheveux crépus négocie le difficile tournant de l'enfance à l'adolescence, dans une famille condamnée à la cohabitation par les conditions sociales du pays : un père, officier de toutes les guerres de la Révolution, une mère argentine dro...

La Havane année zéro

Cuba, 1993. C'est la crise, on ne trouve plus grand-chose à manger, et faute de carburant tout le monde roule à vélo. Julia, la narratrice, est une jeune prof de maths, qui enseigne dans un lycée technologique. Elle navigue entre trois hommes, trois histoires, toutes différentes, et qui vont se...

Tropique des Silences

A la Havane, une petite fille aux cheveux crépus négocie le difficile tournant de l'enfance à l'adolescence, dans une famille condamnée à la cohabitation par les conditions sociales du pays : un père officier de toutes les guerres de la Révolution, une mère argentine droguée au tango, une t...

Voir tous les livres de Karla Suarez

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

« Les souvenirs de Karla Suárez nourrissent des chroniques sensibles, accompagnées des magnifiques photos en noir et blanc de Francesco Gattoni. » --Ulysse « Un magnifique récit autobiographique plein de sensibilité, agrémenté des photographies de Francesco Gattoni en noir et blanc, nous plonge agréablement dans un prolongement littéraire insolite à la découverte de Cuba. » --Paula Jacques, France Inter, Cosmopolitaine « (...) Les superbes photographies noir et blanc de Francesco Gattoni font la part belle aux habitants de l'île : scènes domestiques, clichés pris sur le vif dans des ruelles, dans le train ou sur les bords de mer, portraits insolites non dénués d'humour ... On sent la connivence du photographe avec les humbles cubains, dont il sait rendre le goût de la vie chevillé au corps, malgré la pénurie et les vicissitudes d'un quotidien qu'on devine difficile. (...) On retrouve l'amour du pays natal, la joie de vivre envers et contre tout, dans les chroniques de Karla Suarez. L'exilée jette un regard attendri sur ses années de jeunesse, lorsqu'elle sillonnait son île en tous sens, avec ses parents, puis pendant les camps de travail aux champs, et plus tard avec des amis, lors de ce qu on appelait les « guérillas d'été ». Car il n était pas aisé de voyager, déjà à l'époque et les virées estivales prenaient souvent l'allure d'expéditions hasardeuses. A la vue des photographies, les souvenirs reviennent, relatés de façon légère, joyeuse, comme si la narratrice n'en retenait que le meilleur, comme si elle ne voulait surtout pas laisser la nostalgie plomber son périple littéraire. (...) » --Fred Robert, « Un même amour de l'île », Zibeline, n°10 (juil..-sep. 2009).