share_book
Envoyer cet article par e-mail

Horsita

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Horsita

Horsita

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Horsita"

    "L'Allemagne est habitée par une culpabilité collective qui n'existe pas en France où la majorité s'est fabriqué une bonne conscience sur la minorité des résistants." Il existe de fait un courant littéraire allemand où les fils s'interrogent sur ce que faisaient les pères pendant la guerre. C'est ce "certain regard" sur soi-même dont la littérature française a cru bon de faire l'économie que ravive Horsita. Hortense cherche à savoir la vérité sur son père qui avait vingt ans en 1940, aimait par-dessus tout l'ordre, les soldats de plomb bien alignés et possédait un couteau dans sa gaine de cuir noir. Enquête d'une fille sur son père, réflexion sur l'Histoire mais surtout sur la culpabilité collective, "parce que nous portons les traces des crimes qui ont été commis, nous portons tous inconsciemment cette mémoire, parce que nous faisons tous partie de l'espèce humaine, celle qui n'a pas su empêcher Auschwitz", le troisième roman de Lorette Nobécourt, écrit dans une langue violente et superbe, est à la fois un cri de révolte contre la bonne conscience somnolente et un cri d'amour, celui de l'amour impossible d'une fille pour son père. --Gérard Meudal

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 215  pages
    • Dimensions :  1.4cmx11.1cmx17.8cm
    • Poids : 108.9g
    • Editeur :   Lgf - Livre De Poche Paru le
    • ISBN :  225315024X
    • EAN13 :  9782253150244
    • Classe Dewey :  843
    • Langue : Français

    D'autres livres de Lorette Nobécourt

    Grâce leur soit rendue

    "Il faut pardonner à la vie de n'être que ce qu'elle est, car ce qui manque d'absolu à la vie est en nous", écrit Roberto à son fils Kola. Roberto est écrivain, comme sa femme Unica. Tous deux ont fui le Chili. Il se rencontrent dans la Barcelone bohème des années 1980. Liés par une [......

    En nous la vie des morts

    Après le suicide de son ami d'enfance, Nortatem se retire en ermite dans une cabane du Vermont. Loin de tout, il fume, boit, marche et se souvient. Ce travail de deuil l'ouvre peu à peu au monde sensible. Il rencontre des êtres qu'il ne voyait pas jusqu'alors : une vieille Indienne énigmatique e...

    L'usure des jours

    Une femme décide de quitter Paris avec les siens et de s'installer dans un village du Sud. Pendant l'hiver qui suit, elle s'effondre. Le froid vient jusque dans ses os. Dans le creux de ses mains qui tremblent. Le miroir ne lui renvoie plus son visage, mais des éclats de tôle. Peut-on revenir de ...

    Horsita

    "L'Allemagne est habitée par une culpabilité collective qui n'existe pas en France où la majorité s'est fabriqué une bonne conscience sur la minorité des résistants." Il existe de fait un courant littéraire allemand où les fils s'interrogent sur ce que faisaient les pères pendant la guerre...

    Voir tous les livres de Lorette Nobécourt

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    "L'Allemagne est habitée par une culpabilité collective qui n'existe pas en France où la majorité s'est fabriqué une bonne conscience sur la minorité des résistants." Il existe de fait un courant littéraire allemand où les fils s'interrogent sur ce que faisaient les pères pendant la guerre. C'est ce "certain regard" sur soi-même dont la littérature française a cru bon de faire l'économie que ravive Horsita. Hortense cherche à savoir la vérité sur son père qui avait vingt ans en 1940, aimait par-dessus tout l'ordre, les soldats de plomb bien alignés et possédait un couteau dans sa gaine de cuir noir. Enquête d'une fille sur son père, réflexion sur l'Histoire mais surtout sur la culpabilité collective, "parce que nous portons les traces des crimes qui ont été commis, nous portons tous inconsciemment cette mémoire, parce que nous faisons tous partie de l'espèce humaine, celle qui n'a pas su empêcher Auschwitz", le troisième roman de Lorette Nobécourt, écrit dans une langue violente et superbe, est à la fois un cri de révolte contre la bonne conscience somnolente et un cri d'amour, celui de l'amour impossible d'une fille pour son père. --Gérard Meudal