share_book
Envoyer cet article par e-mail

La déraison poétique des philosophes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La déraison poétique des philosophes

La déraison poétique des philosophes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La déraison poétique des philosophes"

    Qu’est-ce qui différencie une pensée philosophique d’une pensée poétique ? En quoi ces deux sortes d’écriture et de vie se distinguent-elles ? De telles questions ne se poseraient pas si nombre de philosophes ne nous donnaient le sentiment tantôt heureux, tantôt périlleux, de les convoquer ensemble. C’est Nietzsche, dans Ainsi parlait Zarathoustra ; c’est Descartes, rêvant sur ses propres rêves ; Heidegger commentant Hölderlin ou Trakl ; Platon lui-même, recourant au mythe pour expliquer sa République…  La déraison poétique des philosophes évoque ces moments où les images, les sons, les rythmes prennent part à la logique de l’argumentation. Ces moments, aussi, où le discours philosophique tente par réduction de venir à bout de l’inquiétante étrangeté du poème.  Chacun de ces chapitres est centré sur l’oeuvre d’un philosophe : Platon, Vico, Descartes, Kant, Leopardi… Une place non négligeable est réservée aux philosophies contemporaines : celles de Martin Heidegger, de Jacques Rancière, d’Alain Badiou, de Michel Deguy ou de Jacques Derrida. L’ensemble s’achève par une évocation rêvée (pour cause : elle fut sans témoin) de la fameuse rencontre entre le poète Paul Celan et le philosophe Martin Heidegger dans la hutte de Todtnauberg, en 1967. Il se dit là « des choses terribles » qui, on peut l’imaginer, touchent de près à la relation à l’avenir de notre temps. Il y va du statut de ce qu’on nomme la « raison », sa constitution et ses usages. Sa folie aussi.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 320  pages
    • Dimensions :  2.0cmx12.0cmx19.8cm
    • Poids : 299.4g
    • Editeur :   Stock Paru le
    • Collection : Essais - Documents
    • ISBN :  2234063841
    • EAN13 :  9782234063846
    • Classe Dewey :  194
    • Langue : Français

    D'autres livres de Christian Doumet

    Faut-il comprendre la poésie ?

    La poésie suscite toujours deux réactions contradictoires : alors que d'un côté on dénonce volontiers son hermétisme et son élitisme, de l'autre, on révère ses pouvoirs émotionnels et on la croit même parente de quelque vérité. Ambiguïté qui traverse nos relations avec tout le domaine...

    Grand art avec fausses notes : Alfred Cortot, Piano

    C'est en juin 1962. Alfred Cortot le pianiste se fraie un chemin vers l'ultime coma. Il a pour seul viatique la bénédiction des mourants. Il interroge alors très faiblement, mais très distinctement : La salle est-elle pleine ? Tel sera pour lui le mot de la fin. Parler d'un homme, c'est redire a...

    Poète, moeurs et confins

    « Ce livre est le fruit d'un travail d'atelier. Il se présente sous la forme libre d'une suite de notes prises, pendant deux ans environ, en marge de l'écriture de poèmes destinés ou non à la publication. Ces notes se fixent comme objet commun d'interroger le faire du poème – sa genèse comm...

    Voir tous les livres de Christian Doumet

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Qu’est-ce qui différencie une pensée philosophique d’une pensée poétique ? En quoi ces deux sortes d’écriture et de vie se distinguent-elles ? De telles questions ne se poseraient pas si nombre de philosophes ne nous donnaient le sentiment tantôt heureux, tantôt périlleux, de les convoquer ensemble. C’est Nietzsche, dans Ainsi parlait Zarathoustra ; c’est Descartes, rêvant sur ses propres rêves ; Heidegger commentant Hölderlin ou Trakl ; Platon lui-même, recourant au mythe pour expliquer sa République…  La déraison poétique des philosophes évoque ces moments où les images, les sons, les rythmes prennent part à la logique de l’argumentation. Ces moments, aussi, où le discours philosophique tente par réduction de venir à bout de l’inquiétante étrangeté du poème.  Chacun de ces chapitres est centré sur l’oeuvre d’un philosophe : Platon, Vico, Descartes, Kant, Leopardi… Une place non négligeable est réservée aux philosophies contemporaines : celles de Martin Heidegger, de Jacques Rancière, d’Alain Badiou, de Michel Deguy ou de Jacques Derrida. L’ensemble s’achève par une évocation rêvée (pour cause : elle fut sans témoin) de la fameuse rencontre entre le poète Paul Celan et le philosophe Martin Heidegger dans la hutte de Todtnauberg, en 1967. Il se dit là « des choses terribles » qui, on peut l’imaginer, touchent de près à la relation à l’avenir de notre temps. Il y va du statut de ce qu’on nomme la « raison », sa constitution et ses usages. Sa folie aussi.