share_book
Envoyer cet article par e-mail

Rêve et cinéma - Mouvances théoriques autour d'un champ créatif

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Rêve et cinéma - Mouvances théoriques autour d'un champ créatif

Rêve et cinéma - Mouvances théoriques autour d'un champ créatif

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Rêve et cinéma - Mouvances théoriques autour d'un champ créatif"

En juxtaposant les réflexions de chercheurs préoccupés par les puissances poétiques et réflexives du cinéma, cette publication ouvre une profonde et très libre dynamique de recherche qui, d'un texte à l'autre, prend la forme d'un dialogue implicite. Le rêve est moins affaire de contenu, de sens et de diagnostic que foyer réaffirmé d' « intense activité plastique ». Les films conduisent à expérimenter les problèmes oniriques en termes de corps et d'énergie, de pulsions et de désir, à la fois du côté des créateurs et des spectateurs. Pour autant, la question du désir, si elle tend parfois à se fondre voire à disparaître au profit d'une célébration des processus créatifs mémoriels, n'en reste pas moins l'un des pôles majeurs de la réflexion d' ensemble. Dans les questions qui restent en suspens, il y a celle de la part originaire et créatrice que le désir introduit au sein de l' oeuvre, et de la conjonction qu'il noue entre film et spectateur. Et celle de l' « impérieux besoin d' images » qu'évoque Francis Vanoye et auquel s' abandonne « l' homme ordinaire du cinéma » qui est peut-être moins strictement un penseur qu' un rêveur. Parmi les voies qui se trouvent ici ouvertes dans cet ouvrage, la psychanalyse est présente. Elle est saisie dans une dynamique de dépassement qui propose de nouvelles références (César et Sarah Botella, Ernst Kris entre autres, et aussi la pensée pré-freudienne de l' hystérie mobilisée par Emmanuelle André), elle indique d' autres cadres de la réflexion esthétique : l' Asie est l' horizon du curieux film de Bill Viola Hatssu Yume, Premier rêve (1981) que Rose-Marie Godier analyse à la lumière de l 'expérience du boudhisme zen ; le vaudou est un des horizons ouverts par Maya Deren, qu évoque Anita Trivelli. Autant de films, et de voies, qui empruntent au rêve l' expérience d' une « dilution du moi » rationnel et de son « activité discriminante » pour atteindre au terme d' une expérience temporelle et psychique une ressaisie du regard et de la réciprocité du regard entre le moi et le monde chez Straub-Huillet (G. De Vincenti) aussi bien que chez Bela Tarr et Bill Viola.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 350  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.8cmx21.0cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : L'oeil du cinéma
  • ISBN :  2840161036
  • EAN13 :  9782840161035

D'autres livres de  Marie Martin

L'Equitation pour les Nuls

L'Equitation pour les Nuls va vous mettre le pied à l'étrier ! Cavalier débutant ou occasionnel, vous apprendrez avec cet ouvrage à comprendre votre compagnon à sabots et à en prendre soin. Vous saurez comment trouver le centre équestre le plus adapté à vos besoins, comment vous mettre en c...

Prix : 286 DH

Voir tous les livres de  Marie Martin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

En juxtaposant les réflexions de chercheurs préoccupés par les puissances poétiques et réflexives du cinéma, cette publication ouvre une profonde et très libre dynamique de recherche qui, d'un texte à l'autre, prend la forme d'un dialogue implicite. Le rêve est moins affaire de contenu, de sens et de diagnostic que foyer réaffirmé d' « intense activité plastique ». Les films conduisent à expérimenter les problèmes oniriques en termes de corps et d'énergie, de pulsions et de désir, à la fois du côté des créateurs et des spectateurs. Pour autant, la question du désir, si elle tend parfois à se fondre voire à disparaître au profit d'une célébration des processus créatifs mémoriels, n'en reste pas moins l'un des pôles majeurs de la réflexion d' ensemble. Dans les questions qui restent en suspens, il y a celle de la part originaire et créatrice que le désir introduit au sein de l' oeuvre, et de la conjonction qu'il noue entre film et spectateur. Et celle de l' « impérieux besoin d' images » qu'évoque Francis Vanoye et auquel s' abandonne « l' homme ordinaire du cinéma » qui est peut-être moins strictement un penseur qu' un rêveur. Parmi les voies qui se trouvent ici ouvertes dans cet ouvrage, la psychanalyse est présente. Elle est saisie dans une dynamique de dépassement qui propose de nouvelles références (César et Sarah Botella, Ernst Kris entre autres, et aussi la pensée pré-freudienne de l' hystérie mobilisée par Emmanuelle André), elle indique d' autres cadres de la réflexion esthétique : l' Asie est l' horizon du curieux film de Bill Viola Hatssu Yume, Premier rêve (1981) que Rose-Marie Godier analyse à la lumière de l 'expérience du boudhisme zen ; le vaudou est un des horizons ouverts par Maya Deren, qu évoque Anita Trivelli. Autant de films, et de voies, qui empruntent au rêve l' expérience d' une « dilution du moi » rationnel et de son « activité discriminante » pour atteindre au terme d' une expérience temporelle et psychique une ressaisie du regard et de la réciprocité du regard entre le moi et le monde chez Straub-Huillet (G. De Vincenti) aussi bien que chez Bela Tarr et Bill Viola.