share_book
Envoyer cet article par e-mail

La mémoire courte

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La mémoire courte

La mémoire courte

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La mémoire courte"

    Un macchabée sur le trottoir tous les samedis, et méchamment arrangé : pour faire bonne mesure - et brouiller les pistes sans doute -, le tueur, chaque fois, a pris soin d'arracher au pauvre zigue la peau du visage. L'inspecteur Francis Zondi est dans le noir : il a l'habitude, c'est la couleur de sa peau - on est à Soweto (Afrique du Sud), un endroit où ont toujours rôdé d'inquiétants fantômes. Un endroit, surtout, où il faut beaucoup d'astuce ou des poings solides pour s'en tirer. Mais où, comme partout ailleurs, le combat pour survivre a ses règles : d'accord pour cogner, puisqu'il faut bien finir par monter sur le ring, mais pas trop au-dessous de la ceinture - et en évitant si possible de lester le cuir de ses gants de méchants renforts de ferraille, histoire de faire mal... vraiment très mal.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 214  pages
    • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx19.8cm
    • Poids : 662.2g
    • Editeur :   Phébus Paru le
    • Collection : Littérature Française
    • ISBN :  2752901607
    • EAN13 :  9782752901606
    • Classe Dewey :  843.92
    • Langue : Français

    D'autres livres de Louis-Ferdinand Despreez

    La mémoire courte

    En pleine période électorale, une série de meurtres déstabilise l'Afrique du Sud. Chaque samedi matin, un homme est retrouvé dans une poubelle, sur le siège d'un train, dans un parc ou devant le palais présidentiel. Les corps sont violemment mutilés et la peau des visages a été [....]...

    Le noir qui marche à pied

    Un cinquième gamin blanc disparaît à Pretoria en trois semaines. Toujours le même scénario: les parents ne retrouvent pas leur enfant à la sortie de l'école. Pas d'indice, ni de demande de rançon, pas l'ombre d'une piste. L'inspecteur Zondi se sent impuissant face à la colère et au désesp...

    Le noir qui marche à pied

    L'inspecteur Zondi, surnommé " Bronx " par ses collègues à cause de son bref passage au FBI, a commencé sa carrière en coursant la racaille de Johannesburg et des townships du Gauteng. Lui qui s'est toujours conduit en profiler, qui a toujours cherché à comprendre ce qui pouvait bien se passe...

    Voir tous les livres de Louis-Ferdinand Despreez

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Un macchabée sur le trottoir tous les samedis, et méchamment arrangé : pour faire bonne mesure - et brouiller les pistes sans doute -, le tueur, chaque fois, a pris soin d'arracher au pauvre zigue la peau du visage. L'inspecteur Francis Zondi est dans le noir : il a l'habitude, c'est la couleur de sa peau - on est à Soweto (Afrique du Sud), un endroit où ont toujours rôdé d'inquiétants fantômes. Un endroit, surtout, où il faut beaucoup d'astuce ou des poings solides pour s'en tirer. Mais où, comme partout ailleurs, le combat pour survivre a ses règles : d'accord pour cogner, puisqu'il faut bien finir par monter sur le ring, mais pas trop au-dessous de la ceinture - et en évitant si possible de lester le cuir de ses gants de méchants renforts de ferraille, histoire de faire mal... vraiment très mal.