share_book
Envoyer cet article par e-mail

Faulkner. Le roman de la détresse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Faulkner. Le roman de la détresse

Faulkner. Le roman de la détresse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Faulkner. Le roman de la détresse"

William Faulkner s'est proclamé créateur et seul propriétaire du comté de Yoknapatawpha. De ce comté imaginaire du Mississippi, l'écrivain trace la géographie et conte les légendes au fil de récits " apocryphes " des textes qui ne cherchent pas à reconstituer l'histoire de la société sudiste, mais plutôt à scruter la transformation de cette histoire collective en hantise personnelle chez des personnages dont les monologues intérieurs captent les rêveries et les ressassements secrets. Le personnage moderniste est ici une chambre d'échos où resurgissent des bribes du discours d'autrui, mais aussi des fragments des mythes et récits dont l'histoire collective est tissée. Chez Faulkner, ce personnage est une créature essentiellement enfantine ; en effet, souvent il se laisse séduire à la manière d'un enfant qui n'est pas encore maître du langage et qui est néanmoins exposé aux discours d'autrui. Sensible au pouvoir de ces mots, il les reprend et leur fait écho, se laisse prendre dans des programmes narratifs tout faits au lieu de se constituer en auteur de ses propres actions et de ses propres paroles. Ce type de personnage est un lieu idéal pour l'observation de l'état d'enfance, conçue ici comme état de faiblesse originelle et de dépendance à autrui quine cessera de transparaître dans le rapport de l'être adulte au pouvoir. Faulkner s'attarde sur des états de détresse infantile et montre comment ce premier état muet ne cesse de hanter le langage. C'est pourquoi dans cette étude, William Faulkner est rapproché d'écrivains tels que Sigmund Freud ; en effet les textes faulknériens, tout comme les études de cas freudiennes, établissent des liens entre la détresse première de l'enfant et toutes les réactions défensives que l'animal humain sait élaborer pour prévenir le retour de cet état. Les romans de Faulkner prennent donc rang parmi toutes les réflexions anthropologiques où l'être humain est défini comme cet animal singulier qui doit se forger ses propres défenses, du fait même qu'il traverse un état d'enfance. C'est ainsi que les romans de Faulkner esquissent une définition très large de l'art : en effet, toute réaction d'autodéfense y est susceptible de se transformer en compétence, en habileté, en art de dire ou de faire. Le blues sera le type le plus simple de l'art selon Faulkner, un art né du combat entre l'animal humain et la mélancolie, une lutte qui est à la fois son fardeau et son privilège.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 294  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.4cmx20.2cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Interférences
  • ISBN :  2868477585
  • EAN13 :  9782868477583
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

William Faulkner s'est proclamé créateur et seul propriétaire du comté de Yoknapatawpha. De ce comté imaginaire du Mississippi, l'écrivain trace la géographie et conte les légendes au fil de récits " apocryphes " des textes qui ne cherchent pas à reconstituer l'histoire de la société sudiste, mais plutôt à scruter la transformation de cette histoire collective en hantise personnelle chez des personnages dont les monologues intérieurs captent les rêveries et les ressassements secrets. Le personnage moderniste est ici une chambre d'échos où resurgissent des bribes du discours d'autrui, mais aussi des fragments des mythes et récits dont l'histoire collective est tissée. Chez Faulkner, ce personnage est une créature essentiellement enfantine ; en effet, souvent il se laisse séduire à la manière d'un enfant qui n'est pas encore maître du langage et qui est néanmoins exposé aux discours d'autrui. Sensible au pouvoir de ces mots, il les reprend et leur fait écho, se laisse prendre dans des programmes narratifs tout faits au lieu de se constituer en auteur de ses propres actions et de ses propres paroles. Ce type de personnage est un lieu idéal pour l'observation de l'état d'enfance, conçue ici comme état de faiblesse originelle et de dépendance à autrui quine cessera de transparaître dans le rapport de l'être adulte au pouvoir. Faulkner s'attarde sur des états de détresse infantile et montre comment ce premier état muet ne cesse de hanter le langage. C'est pourquoi dans cette étude, William Faulkner est rapproché d'écrivains tels que Sigmund Freud ; en effet les textes faulknériens, tout comme les études de cas freudiennes, établissent des liens entre la détresse première de l'enfant et toutes les réactions défensives que l'animal humain sait élaborer pour prévenir le retour de cet état. Les romans de Faulkner prennent donc rang parmi toutes les réflexions anthropologiques où l'être humain est défini comme cet animal singulier qui doit se forger ses propres défenses, du fait même qu'il traverse un état d'enfance. C'est ainsi que les romans de Faulkner esquissent une définition très large de l'art : en effet, toute réaction d'autodéfense y est susceptible de se transformer en compétence, en habileté, en art de dire ou de faire. Le blues sera le type le plus simple de l'art selon Faulkner, un art né du combat entre l'animal humain et la mélancolie, une lutte qui est à la fois son fardeau et son privilège.