share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cézanne et Pissarro : 1865-1885

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cézanne et Pissarro : 1865-1885

Cézanne et Pissarro : 1865-1885

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Cézanne et Pissarro : 1865-1885"

    Rares sont les artistes à avoir eu une relation aussi intense et prolongée que Camille Pissarro (1830-1903) et Paul Cézanne (1839-1906). Après leur rencontre à Paris au cours de leurs études, dans les années 1860, ils nouèrent une amitié qui dura près d'un quart de siècle. Contrairement à Monet et Sisley, peintres de l'eau, Cézanne et Pissarro s'attachèrent à peindre la terre. Toute l'intensité de leur dialogue artistique se révèle dans leurs ouvres des années 1865 à 1885, donnant lieu à l'un des échanges artistiques les plus fascinants du dix-neuvième siècle. "Ce fut aussi cette année-là [1863] que je connus Cézanne. J'avais alors, aux Batignolles, [...] un petit atelier que je partageais avec Bazille. Celui-ci arriva, un jour, accompagné de deux jeunes gens : "Je t'amène deux fameuses recrues!" C'étaient Cézanne et Pissarro... " Auguste Renoir (selon Ambroise Vollard, Auguste Renoir, 1920) "Cézanne [...] a subi mon influence à Pontoise et moi la sienne. [...] Ce qu'il y a de curieux, c'est [...] la parenté qu'il y a dans certains paysages d'Auvers, Pontoise et les miens. Parbleu, nous étions toujours ensemble! mais ce qu'il y a de certain, chacun gardait la seule chose qui compte, "sa sensation"... ce serait facile à démontrer..." Pissarro à son fils Lucien, 22 novembre 1895

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 254  pages
    • Dimensions :  2.2cmx24.2cmx28.6cm
    • Poids : 1401.6g
    • Editeur :   Rmn Paru le
    • ISBN :  2711850439
    • EAN13 :  9782711850433
    • Langue : Français

    D'autres livres de Sylvie Patin

    Regards sur les Nymphéas : De Paul Claudel à André Masson

    Cet ouvrage analyse les regards, le plus souvent admiratifs, portés sur les Nymphéas de Claude Monet, dès leur création, par des écrivains, des critiques, des peintres, des philosophes, de Paul Claudel à André Masson, en passant par Clemenceau, André Lhote, Gaston Bachelard, Michel Butor... ...

    Monet : Album de l'exposition

    Monet dédia l'essentiel de sa longue carrière au paysage. Dès ses débuts réalistes pendant les années 1860, en forêt de Fontainebleau, il choisit des sujets assez traditionnels. Dans. la Normandie de son enfance où Boudin puis Jongkind l'avaient initié à la peinture de plein air, le jeune ...

    Monet

    En 1874, Impression, soleil levant déchaîne la critique. Les impressionnistes, ces " malades de la rétine bouleverseront pourtant la peinture. Touche et couleurs sont fragmentées pour traduire les vibrations de la lumière, jusqu'à cette étape ultime, les Nymphéas, qui font de Monet l'un des ...

    Monet : "Un oeil... mais, bon Dieu, quel oeil !"

    En 1874, Impression, soleil levant déchaîne la critique. Les impressionnistes, ces " malades de la rétine ", bouleverseront pourtant la peinture. Touche et couleurs sont fragmentées pour traduire les vibrations de la lumière, jusqu'à cette étape ultime, les Nymphéas, qui font d'un Monet pres...

    Voir tous les livres de Sylvie Patin

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Rares sont les artistes à avoir eu une relation aussi intense et prolongée que Camille Pissarro (1830-1903) et Paul Cézanne (1839-1906). Après leur rencontre à Paris au cours de leurs études, dans les années 1860, ils nouèrent une amitié qui dura près d'un quart de siècle. Contrairement à Monet et Sisley, peintres de l'eau, Cézanne et Pissarro s'attachèrent à peindre la terre. Toute l'intensité de leur dialogue artistique se révèle dans leurs ouvres des années 1865 à 1885, donnant lieu à l'un des échanges artistiques les plus fascinants du dix-neuvième siècle. "Ce fut aussi cette année-là [1863] que je connus Cézanne. J'avais alors, aux Batignolles, [...] un petit atelier que je partageais avec Bazille. Celui-ci arriva, un jour, accompagné de deux jeunes gens : "Je t'amène deux fameuses recrues!" C'étaient Cézanne et Pissarro... " Auguste Renoir (selon Ambroise Vollard, Auguste Renoir, 1920) "Cézanne [...] a subi mon influence à Pontoise et moi la sienne. [...] Ce qu'il y a de curieux, c'est [...] la parenté qu'il y a dans certains paysages d'Auvers, Pontoise et les miens. Parbleu, nous étions toujours ensemble! mais ce qu'il y a de certain, chacun gardait la seule chose qui compte, "sa sensation"... ce serait facile à démontrer..." Pissarro à son fils Lucien, 22 novembre 1895