share_book
Envoyer cet article par e-mail

Revue d'histoire de la Shoah, N° 185 Juillet-Décem : Les Conseils juifs dans l'Europe allemande

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Revue d'histoire de la Shoah, N° 185 Juillet-Décem : Les Conseils juifs dans l'Europe allemande

Revue d'histoire de la Shoah, N° 185 Juillet-Décem : Les Conseils juifs dans l'Europe allemande

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Revue d'histoire de la Shoah, N° 185 Juillet-Décem : Les Conseils juifs dans..."

Souvent confondus sous le terme polémique de Judenrat, les conseils placés par les Allemands à la tête des communautés juives de l'ensemble de l'Europe occupée ont-ils été des machineries impeccables autant qu'implacables, transposables dans tous les pays avec la même efficacité ? Précocement expérimenté à Vienne en 1938, le modèle autrichien du Judenrat domine les localités juives de Pologne où les situations sont cependant diverses. Ce modèle du Judenrat est ensuite transposé par les Allemands en 1941 aux communautés juives de Salonique, des pays baltes et des territoires soviétiques envahis, puis, en mars 1944 aux communautés juives de Budapest quand s'enclenche l'extermination des Juifs de Hongrie. Mais ce modèle ne correspond pas à la situation qui prévaut en Europe occidentale, si l'on excepte le cas d'Amsterdam. Depuis plus d'un demi-siècle, le sujet est un enjeu de mémoires, souvent relayé par des articles, des ouvrages polémiques, voire des procès. Ils visent des " notables " juifs présumés " collaborateurs " : mais ce terme, qui implique un choix idéologique et une marge de négociation entre vainqueurs et vaincus, est-il pertinent quand il s'agit des Juifs ? Ces dirigeants étaient-ils étrangers à leurs communautés, étaient-ils " créatures " des nazis ? Placés à la tête des oeuvres d'assistance, avaient-ils un programme ? Pouvaient-ils être accusés d'avoir sciemment aveuglé leurs coreligionnaires au sujet des préparatifs de l'extermination, voire, pour prix de leur propre survie, de les avoir livrés ? Après guerre, de nombreux jurys d'honneur ont mis en cause des dirigeants de Conseils juifs (Amsterdam, Bruxelles, Paris, Europe centrale et Israël, même lors du procès Kasztner de 1955). Périodiquement relancées, ces accusations portent la marque d'un débat éthique dont la philosophe Hannah Arendt s'était fait l'écho au moment du procès Eichmann en 1961.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 576  pages
  • Dimensions :  3.8cmx15.2cmx24.0cm
  • Poids : 1020.6g
  • Editeur :   Centre De Documentation Juive Contemporaine Paru le
  • Collection : C-LEVY AUT.DIFF
  • ISBN :  2952440921
  • EAN13 :  9782952440929
  • Langue : Français

D'autres livres de Georges Bensoussan

Revue d'histoire de la Shoah, N° 191, Juillet-Déce : La Shoah dans la littérature nord-américaine

La multiplication des lieux mémoriels érigés sur le territoire des Etats-Unis dans les récentes décennies a fait du génocide des Juifs une " douleur américaine ". L'oeuvre de mémoire y semble désormais assumée par les espaces commémoratifs et les filières universitaires spécialisées. L...

Histoire de la Shoah

Entre 1939 et 1945, l'Allemagne nazie, secondée par de nombreuses complicités, a assassiné entre 5 et 6 millions de Juifs européens dans le silence quasi complet du monde. Telle est la réalité brute du génocide juif, la Shoah. La décision de « faire disparaître » le peuple juif de la ter...

Histoire de la Shoah

L'étude historienne de la Shoah met en avant la préparation administrative et technique du meurtre de masse. Le crime a été perpétré par une société tout entière. Par ses racines, par ses exécutants, par la géographie même du massacre, la destruction des Juifs d'Europe ne relève pas de ...

Voir tous les livres de Georges Bensoussan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Souvent confondus sous le terme polémique de Judenrat, les conseils placés par les Allemands à la tête des communautés juives de l'ensemble de l'Europe occupée ont-ils été des machineries impeccables autant qu'implacables, transposables dans tous les pays avec la même efficacité ? Précocement expérimenté à Vienne en 1938, le modèle autrichien du Judenrat domine les localités juives de Pologne où les situations sont cependant diverses. Ce modèle du Judenrat est ensuite transposé par les Allemands en 1941 aux communautés juives de Salonique, des pays baltes et des territoires soviétiques envahis, puis, en mars 1944 aux communautés juives de Budapest quand s'enclenche l'extermination des Juifs de Hongrie. Mais ce modèle ne correspond pas à la situation qui prévaut en Europe occidentale, si l'on excepte le cas d'Amsterdam. Depuis plus d'un demi-siècle, le sujet est un enjeu de mémoires, souvent relayé par des articles, des ouvrages polémiques, voire des procès. Ils visent des " notables " juifs présumés " collaborateurs " : mais ce terme, qui implique un choix idéologique et une marge de négociation entre vainqueurs et vaincus, est-il pertinent quand il s'agit des Juifs ? Ces dirigeants étaient-ils étrangers à leurs communautés, étaient-ils " créatures " des nazis ? Placés à la tête des oeuvres d'assistance, avaient-ils un programme ? Pouvaient-ils être accusés d'avoir sciemment aveuglé leurs coreligionnaires au sujet des préparatifs de l'extermination, voire, pour prix de leur propre survie, de les avoir livrés ? Après guerre, de nombreux jurys d'honneur ont mis en cause des dirigeants de Conseils juifs (Amsterdam, Bruxelles, Paris, Europe centrale et Israël, même lors du procès Kasztner de 1955). Périodiquement relancées, ces accusations portent la marque d'un débat éthique dont la philosophe Hannah Arendt s'était fait l'écho au moment du procès Eichmann en 1961.