share_book
Envoyer cet article par e-mail

Physiologie de la Veuve : Une histoire médicale de la guillotine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Physiologie de la Veuve : Une histoire médicale de la guillotine

Physiologie de la Veuve : Une histoire médicale de la guillotine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Description de "Physiologie de la Veuve : Une histoire médicale de la guillotine"

Conçue par un médecin et par un chirurgien, la guillotine succède aux supplices d'Ancien Régime et invente la mort pénale idéale : prompte et douce. Mais des doutes surgissent très vite sur son instantanéité. Comment concevoir qu'une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ? Et si la mort infligée n'est pas immédiate, quelle souffrance le décapité n'endure-t-il pas. Cette possibilité physiologique, discutée très tôt par les médecins, envahit l'art, l'imaginaire et les débats autour de la peine de mort tout au long du XIXe siècle. Elle alimente un dialogue entre la société et ces experts autour de l'humanité de la guillotine et ses alternatives possibles. Mais elle offre aussi aux médecins, partagés entre le désir de rassurer leurs contemporains et celui d'assouvir leur curiosité de physiologistes, des conditions d'expérimentation proches de la vivisection, qu'il s'agisse de vérifier la survie éventuelle au pied de l'échafaud ou de tenter de transfuser les têtes exsangues au laboratoire. Se pose alors la question du corps du condamné, de ses usages, de sa dignité au regard de la médecine et de la société, et des pouvoirs qui s'exercent sur lui ; un corps dont les condamnés n'affirmeront que tardivement le droit à disposer post mortem, à la fin du XIXe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 308  pages
  • Dimensions :  2.4cmx14.0cmx21.8cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Editions Champ Vallon Paru le
  • Collection : La chose publique
  • ISBN :  2876735822
  • EAN13 :  9782876735828
  • Langue : Français

D'autres livres de Anne Carol

Histoire Géographie 4e

Prix : 303 DH
Histoire-Géographie 4e éd 2011 - Manuel de l'élève

• Un nouveau manuel qui laisse une large place aux dossiers faisant sens pour les élèves. L’Histoire des arts est représentée aussi bien en Histoire qu’en Géographie.• Dans ces deux disciplines, des pages « Méthode » et des pages « Exercices » mettent en œuvre les [....]...

Histoire-Géographie et Education civique 4e éd. 2011 format compact - Manuel de l'élève

Histoire-Géographie :• Une large place aux dossiers faisant sens pour les élèves. L’Histoire des arts est représentée aussi bien en Histoire qu’en Géographie.• Dans ces deux disciplines, des pages « Méthode » et des pages « Exercices » mettent en œuvre les connaissances et [....

Histoire-Géographie 4e éd 2011 - Manuel de l'élève (format compact)

• Un nouveau manuel qui laisse une large place aux dossiers faisant sens pour les élèves.  L’Histoire des arts est représentée aussi bien en Histoire qu’en Géographie. • Dans ces deux disciplines, des pages « Méthode » et des pages « Exercices » mettent en œuvre les connaissances...

Voir tous les livres de Anne Carol

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Conçue par un médecin et par un chirurgien, la guillotine succède aux supplices d'Ancien Régime et invente la mort pénale idéale : prompte et douce. Mais des doutes surgissent très vite sur son instantanéité. Comment concevoir qu'une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ? Et si la mort infligée n'est pas immédiate, quelle souffrance le décapité n'endure-t-il pas. Cette possibilité physiologique, discutée très tôt par les médecins, envahit l'art, l'imaginaire et les débats autour de la peine de mort tout au long du XIXe siècle. Elle alimente un dialogue entre la société et ces experts autour de l'humanité de la guillotine et ses alternatives possibles. Mais elle offre aussi aux médecins, partagés entre le désir de rassurer leurs contemporains et celui d'assouvir leur curiosité de physiologistes, des conditions d'expérimentation proches de la vivisection, qu'il s'agisse de vérifier la survie éventuelle au pied de l'échafaud ou de tenter de transfuser les têtes exsangues au laboratoire. Se pose alors la question du corps du condamné, de ses usages, de sa dignité au regard de la médecine et de la société, et des pouvoirs qui s'exercent sur lui ; un corps dont les condamnés n'affirmeront que tardivement le droit à disposer post mortem, à la fin du XIXe siècle.