share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le soleil en face : Rapport sur les calamités de l'industrie solaire et des prétendues énergies alternatives

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le soleil en face : Rapport sur les calamités de l'industrie solaire et des prétendues énergies alternatives

Le soleil en face : Rapport sur les calamités de l'industrie solaire et des prétendues énergies alternatives

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le soleil en face : Rapport sur les calamités de l'industrie solaire et des..."

Depuis le "choc pétrolier" de 1973, et plus encore depuis les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, les énergumènes qui nous gouvernent sont à la recherche "d'énergies alternatives": géothermie, biomasse, éolien, hydrogène, etc. Mais le véritable Graal de cette quête d'un combustible inépuisable et à vil prix reste l'énergie solaire qui, sauf imprévu, nous alimente pour encore 4,5 milliards d'années. Le complexe scientifico-industriel s'est lancé dans une course éperdue aux technologies solaires les plus puissantes, les plus rentables, les plus complexes, les plus centralisées, les plus destructrices. En France, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA-EA) mène cette course. Et voilà comment les pillards de pétrole et d'uranium s'accaparent maintenant le soleil. C'est dire que les rêves d'énergie solaire artisanale et individuelle, à la mode de L'an 01 sont déjà cuits. Le soleil ne brillera pas pour tout le monde. Après les sacrifiés à l'idole nucléaire, voici ceux du nouveau culte solaire: expropriés des "terres rares", des terres agricoles, des steppes et déserts réquisitionnés pour les centrales solaires, victimes des ravages environnementaux de cette nouvelle industrie. Les cobayes du laboratoire planétaire, eux, devront toujours leur énergie à une techno-caste spécialisée et toute-puissante.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 160  pages
  • Dimensions :  1.4cmx12.0cmx18.4cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions L'échappée Paru le
  • Collection : Négatif
  • ISBN :  2915830657
  • EAN13 :  9782915830651

D'autres livres de Frédéric Gaillard

L'industrie de la contrainte

IBM, Thalès, Clinatec : un filet global de capteurs électroniques, des outils informatiques pour traiter des myriades de données, un laboratoire pour "nous mettre des nanos dans la tête". Nous entrons dans la société de contrainte. Au-delà de ce que la loi, les normes sociales et la force bru...

Voir tous les livres de Frédéric Gaillard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis le "choc pétrolier" de 1973, et plus encore depuis les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, les énergumènes qui nous gouvernent sont à la recherche "d'énergies alternatives": géothermie, biomasse, éolien, hydrogène, etc. Mais le véritable Graal de cette quête d'un combustible inépuisable et à vil prix reste l'énergie solaire qui, sauf imprévu, nous alimente pour encore 4,5 milliards d'années. Le complexe scientifico-industriel s'est lancé dans une course éperdue aux technologies solaires les plus puissantes, les plus rentables, les plus complexes, les plus centralisées, les plus destructrices. En France, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA-EA) mène cette course. Et voilà comment les pillards de pétrole et d'uranium s'accaparent maintenant le soleil. C'est dire que les rêves d'énergie solaire artisanale et individuelle, à la mode de L'an 01 sont déjà cuits. Le soleil ne brillera pas pour tout le monde. Après les sacrifiés à l'idole nucléaire, voici ceux du nouveau culte solaire: expropriés des "terres rares", des terres agricoles, des steppes et déserts réquisitionnés pour les centrales solaires, victimes des ravages environnementaux de cette nouvelle industrie. Les cobayes du laboratoire planétaire, eux, devront toujours leur énergie à une techno-caste spécialisée et toute-puissante.