share_book
Envoyer cet article par e-mail

Passage du Mékong au Tonkin (1887-1888) : Exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Passage du Mékong au Tonkin (1887-1888) : Exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam

Passage du Mékong au Tonkin (1887-1888) : Exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Passage du Mékong au Tonkin (1887-1888) : Exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam"

La passion du voyage et de la découverte, voilà ce qui poussa Auguste Pavie (1847-1925) de Dinan vers l'exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Recruté en 1869 comme agent des Télégraphes de Cochinchine, il est nommé vingt ans plus tard ministre résident à Bangkok. A son arrivée à Saigon, ville française depuis dix ans, il est chargé de reconnaître les régions reculées pour en faire le relevé cartographique. En pirogue, à pied ou à dos d'éléphant, Auguste Pavie sillonne ainsi fleuves et forêts d'Indochine pendant un quart de siècle. Marchant pieds nus, se nourrissant de riz, il adopte les usages locaux, persuadé qu'ils sont les mieux adaptés à la vie en jungle. Topographe, il se fait aussi naturaliste, et à la pratique des sciences de la nature il ajoute celle des sciences humaines, notamment l'ethnographie. Il se montre curieux des peuples qu'il rencontre et dont il a appris la langue, recueille leurs légendes, observe leurs coutumes. Pour compléter ses observations, il traduit les textes anciens et emporte avec lui son encombrant appareil photographique. Pourtant, l'ambition de ses voyages est diplomatique. Nommé consul à Luang Prabang en 1885, il doit regagner son poste puis rayonner vers les confins. Sa mission est double : faire valoir les droits de la France sur le Laos contre les prétentions du Siam, et garantir le passage du Laos au Tonkin. Lorsqu'il se met en route pour les " douze cantons thaïs u en 1887, c'est avec la certitude qu'il pourra les rallier à la France, même seul et sans escorte. Ni la surveillance des commissaires siamois, ni les incursions des bandes chinoises ne le détournent de son but et, un an plus tard, il rejoint à Diên Biên Phu la colonne française partie de Hanoi. Libre-penseur charmé par la sagesse des bonzes, jeune républicain séduit par le vieux roi de Luang Prabang, Auguste Pavie s'aventure dans des contrées quasiment inconnues des Européens de son époque. Si l'histoire officielle retient qu'il contribua à faire reculer l'influence siamoise sur les rives du Mékong et ajouta le protectorat du Laos à l'Indochine française, le lecteur contemporain se délectera surtout des paysages et des personnages que cet homme d'action et de convictions dessina avec bonheur au cours de ses immenses pérégrinations.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 381  pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.2cmx23.4cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Transboréal Paru le
  • Collection : Le génie des lieux
  • ISBN :  2913955207
  • EAN13 :  9782913955202
  • Classe Dewey :  959
  • Langue : Français

D'autres livres de  Henri Eckert

Pour une sociologie des rapports sociaux : L'enseignement de Michel Arliaud

Rigueur méthodologique et passion pédagogique caractérisent l'enseignement de Michel Arliaud (1942-2004). Rédigé par de proches collègues à partir d'enregistrement de ses cours, ce livre restitue au mieux à la fois l'ossature d'une pensée exigeante et son expression orale riche, inventive, ...

Voir tous les livres de  Henri Eckert

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La passion du voyage et de la découverte, voilà ce qui poussa Auguste Pavie (1847-1925) de Dinan vers l'exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Recruté en 1869 comme agent des Télégraphes de Cochinchine, il est nommé vingt ans plus tard ministre résident à Bangkok. A son arrivée à Saigon, ville française depuis dix ans, il est chargé de reconnaître les régions reculées pour en faire le relevé cartographique. En pirogue, à pied ou à dos d'éléphant, Auguste Pavie sillonne ainsi fleuves et forêts d'Indochine pendant un quart de siècle. Marchant pieds nus, se nourrissant de riz, il adopte les usages locaux, persuadé qu'ils sont les mieux adaptés à la vie en jungle. Topographe, il se fait aussi naturaliste, et à la pratique des sciences de la nature il ajoute celle des sciences humaines, notamment l'ethnographie. Il se montre curieux des peuples qu'il rencontre et dont il a appris la langue, recueille leurs légendes, observe leurs coutumes. Pour compléter ses observations, il traduit les textes anciens et emporte avec lui son encombrant appareil photographique. Pourtant, l'ambition de ses voyages est diplomatique. Nommé consul à Luang Prabang en 1885, il doit regagner son poste puis rayonner vers les confins. Sa mission est double : faire valoir les droits de la France sur le Laos contre les prétentions du Siam, et garantir le passage du Laos au Tonkin. Lorsqu'il se met en route pour les " douze cantons thaïs u en 1887, c'est avec la certitude qu'il pourra les rallier à la France, même seul et sans escorte. Ni la surveillance des commissaires siamois, ni les incursions des bandes chinoises ne le détournent de son but et, un an plus tard, il rejoint à Diên Biên Phu la colonne française partie de Hanoi. Libre-penseur charmé par la sagesse des bonzes, jeune républicain séduit par le vieux roi de Luang Prabang, Auguste Pavie s'aventure dans des contrées quasiment inconnues des Européens de son époque. Si l'histoire officielle retient qu'il contribua à faire reculer l'influence siamoise sur les rives du Mékong et ajouta le protectorat du Laos à l'Indochine française, le lecteur contemporain se délectera surtout des paysages et des personnages que cet homme d'action et de convictions dessina avec bonheur au cours de ses immenses pérégrinations.