share_book
Envoyer cet article par e-mail

Auneau (Documents Historiques et Statistiques Sur les Communes du Canton d'). Tome I

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Auneau (Documents Historiques et Statistiques Sur les Communes du Canton d'). Tome I

Auneau (Documents Historiques et Statistiques Sur les Communes du Canton d'). Tome I

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Auneau (Documents Historiques et Statistiques Sur les Communes du Canton d'). Tome I"

Extrait du quatrième de couverture Á l'origine, le berceau d'Auneau paraît avoir été situé à Saint-Rémy, où s'éleva une église sur la fontaine sacrée des druides, primitif baptistère des néophytes chrétiens. Quand le château fut construit, les habitants vinrent chercher aide et protection sous les murs du donjon ; les habitations se groupèrent et donnèrent ainsi naissance à la commune. Vers 1100, Hugues, seigneur de Gallardon, Auneau et autres lieux, donna plusieurs biens aux religieux de Bonneval, et en particulier, la chapelle de Saint-Nicolas, qui était située dans l'enceinte du château et qui fut à l'origine du prieuré d'Auneau. Á la fin du XVe siècle, la contrée était ravagée tout autant par la rigueur extrême des hivers, par la pluie qui empêchait les récoltes, et la lourdeur des impôts, que par la soldatesque barbare. Devant la bonté de Charles VIII et la constante sollicitude de Louis XII pour le bonheur des classes inférieures, le peuple se rattacha résolument à une royauté protectrice, au point qu'Henri IV, au c?ur des troubles de la Ligue, dira plus tard en parlant d'Auneau : « Il n'y a rien a craindre ici pour moi ». Mais bientôt, sous François Ier, s'ajoutèrent aux misères de la famine, de la peste et de la gabelle, celles causées par de nouvelles levées de francs-archers. Chaque paroisse devait équiper et entretenir un homme qui souvent se transformait en bandit dès qu'il devenait soldat et pillait les pauvres gens. Le monarque, dont la captivité ruina la France, jeta un regard bienveillant sur la Beauce, cherchant à réparer les... © Micberth

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Editeur :   Livre Histoire Paru le
  • Collection : MVVF
  • ISBN :  2758604787
  • EAN13 :  9782758604785
  • Classe Dewey :  944

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Extrait du quatrième de couverture Á l'origine, le berceau d'Auneau paraît avoir été situé à Saint-Rémy, où s'éleva une église sur la fontaine sacrée des druides, primitif baptistère des néophytes chrétiens. Quand le château fut construit, les habitants vinrent chercher aide et protection sous les murs du donjon ; les habitations se groupèrent et donnèrent ainsi naissance à la commune. Vers 1100, Hugues, seigneur de Gallardon, Auneau et autres lieux, donna plusieurs biens aux religieux de Bonneval, et en particulier, la chapelle de Saint-Nicolas, qui était située dans l'enceinte du château et qui fut à l'origine du prieuré d'Auneau. Á la fin du XVe siècle, la contrée était ravagée tout autant par la rigueur extrême des hivers, par la pluie qui empêchait les récoltes, et la lourdeur des impôts, que par la soldatesque barbare. Devant la bonté de Charles VIII et la constante sollicitude de Louis XII pour le bonheur des classes inférieures, le peuple se rattacha résolument à une royauté protectrice, au point qu'Henri IV, au c?ur des troubles de la Ligue, dira plus tard en parlant d'Auneau : « Il n'y a rien a craindre ici pour moi ». Mais bientôt, sous François Ier, s'ajoutèrent aux misères de la famine, de la peste et de la gabelle, celles causées par de nouvelles levées de francs-archers. Chaque paroisse devait équiper et entretenir un homme qui souvent se transformait en bandit dès qu'il devenait soldat et pillait les pauvres gens. Le monarque, dont la captivité ruina la France, jeta un regard bienveillant sur la Beauce, cherchant à réparer les... © Micberth