share_book
Envoyer cet article par e-mail

Beat generation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Beat generation

Beat generation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Beat generation"

Nous sommes en 1957, Dwight D. Eisenhower est président des Etats-Unis avec Richard M. Nixon pour vice-président. La politique intérieure est encore aux prises avec le problème de la déségrégation des écoles. Pendant ce temps les Russes ont lancé leur premier Spoutnik, l'Ere de l'Espace a commencé. Beat Generation est une pièce de son temps : d'où l'importance du contexte. A cette époque, Kerouac et sa horde de scribes ne parlent que d'adopter et de célébrer la vie "beat". Kerouac aurait fabriqué le terme, dès 1948 selon certains, pour qualifier des conventions sociales périmées, éculées, finies. Les "beats" sont en fait des hommes qui ont reçu la lumière, ils sont "béats", à la confluence entre les philosophies catholique et bouddhiste, primordiales pour Kerouac. Tournés vers la métaphysique et la méditation, aux antipodes du matérialisme ambiant, ils étaient le parfait négatif photographique du petit cadre dans l'entreprise. Kerouac et sa confrérie expérimentale aspiraient à autre chose, une forme de liberté. Ils voulaient prendre leur essor, s'envoler, briser leurs chaînes pour traverser l'espace et le temps. Ils cherchaient la spiritualité et la délivrance parmi les démunis. Beat Generation commence un matin de bonne heure, dans un appartement de la Bowery, par des libations, et des rêveries sur le premier verre. C'est un univers masculin ; un univers d'ouvriers, de cheminots, de poivrots, qui passent leur jour de congé à jouer aux courses, qui disent "flûte" ou "mince", des hommes qui ont une fille pour les servir, leur réchauffer le café. La pièce se passe dans un New York aujourd'hui disparu : odeur de tabac omniprésente, joueurs d'échecs, bruit de ferraille du métro aérien, sensation d'une vie un peu marginale, où tout est "beat". Et la musique de fond de cette pièce, c'est la conversation. Kerouac travaillait par à-coups, et il a craché cette "prose bop spontanée", cette poésie jazzy. C'est un jeu de massacre en accéléré où les mots prennent de la vitesse et percutent, un dialogue d'autos tamponneuses. Il est question d'amitié, de révolte, de la grande affaire qu'est l'existence. Kerouac et ses personnages taillés à l'emporte- pièce, très proches des clochards, veulent savoir comment et pourquoi nous sommes au monde, et c'est ainsi que, par une espèce de combustion spontanée, ils en viennent à découvrir qu'au bout du compte, il n'y a pas de réponse, seul existe l'instant, et ceux qui le partagent. A l'époque, la pièce suscita un vrai enthousiasme, qui ne déboucha sur rien de concret. La pièce n'a jamais été montée. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Josée Kamoun.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 121  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Du monde entier
  • ISBN :  2070125521
  • EAN13 :  9782070125524
  • Langue : Français

D'autres livres de Jack Kerouac

Sur la route

" Avec l'arrivée de Neal a commencé cette partie de ma vie qu'on pourrait appeler ma vie sur la route. Neal, c'est le type idéal, pour la route, parce que lui, il y est né, sur la route... " Neal Cassady, chauffard génial, prophète gigolo à la bisexualité triomphale, pique-assiette inspiré ...

Prix : 284 DH
Livre des esquisses

Entre 1952 et 1954, Jack Kerouac sillonne les Etats-Unis, de New York à San Francisco, et s'échappe au Mexique, au Maroc, ou encore à Londres et Paris. Ses notes, prises sur le vif, s'accumulent dans des carnets. La vie quotidienne en Caroline du Nord, le travail du serre-freins dans les dépôts...

Prix : 273 DH

Big Sur

Le héros de ce roman, Jack Duluoz ou Ti jean, n'est autre que Jack Kerouac, l'auteur de Sur la route. Au bord de la folie, le Roi des Beatniks cherche à fuir l'existence de cinglé qu'il a menée pendant trois ans et part pour San Francisco. Il se réfugie au bord de la mer, à Big Sur, dans [....

Satori à Paris

De retour d'un France, à la recherche de ses origines, Jean Louis Lebris de Kerouac, le chef de file du mouvement beat, s'aperçoit qu'il a reçu une sorte d'illumination, un satori. Ne sachant à quel épisode précis attribuer cette révélation, il décide de revivre avec le lecteur ces dix [...

Voir tous les livres de Jack Kerouac

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Nous sommes en 1957, Dwight D. Eisenhower est président des Etats-Unis avec Richard M. Nixon pour vice-président. La politique intérieure est encore aux prises avec le problème de la déségrégation des écoles. Pendant ce temps les Russes ont lancé leur premier Spoutnik, l'Ere de l'Espace a commencé. Beat Generation est une pièce de son temps : d'où l'importance du contexte. A cette époque, Kerouac et sa horde de scribes ne parlent que d'adopter et de célébrer la vie "beat". Kerouac aurait fabriqué le terme, dès 1948 selon certains, pour qualifier des conventions sociales périmées, éculées, finies. Les "beats" sont en fait des hommes qui ont reçu la lumière, ils sont "béats", à la confluence entre les philosophies catholique et bouddhiste, primordiales pour Kerouac. Tournés vers la métaphysique et la méditation, aux antipodes du matérialisme ambiant, ils étaient le parfait négatif photographique du petit cadre dans l'entreprise. Kerouac et sa confrérie expérimentale aspiraient à autre chose, une forme de liberté. Ils voulaient prendre leur essor, s'envoler, briser leurs chaînes pour traverser l'espace et le temps. Ils cherchaient la spiritualité et la délivrance parmi les démunis. Beat Generation commence un matin de bonne heure, dans un appartement de la Bowery, par des libations, et des rêveries sur le premier verre. C'est un univers masculin ; un univers d'ouvriers, de cheminots, de poivrots, qui passent leur jour de congé à jouer aux courses, qui disent "flûte" ou "mince", des hommes qui ont une fille pour les servir, leur réchauffer le café. La pièce se passe dans un New York aujourd'hui disparu : odeur de tabac omniprésente, joueurs d'échecs, bruit de ferraille du métro aérien, sensation d'une vie un peu marginale, où tout est "beat". Et la musique de fond de cette pièce, c'est la conversation. Kerouac travaillait par à-coups, et il a craché cette "prose bop spontanée", cette poésie jazzy. C'est un jeu de massacre en accéléré où les mots prennent de la vitesse et percutent, un dialogue d'autos tamponneuses. Il est question d'amitié, de révolte, de la grande affaire qu'est l'existence. Kerouac et ses personnages taillés à l'emporte- pièce, très proches des clochards, veulent savoir comment et pourquoi nous sommes au monde, et c'est ainsi que, par une espèce de combustion spontanée, ils en viennent à découvrir qu'au bout du compte, il n'y a pas de réponse, seul existe l'instant, et ceux qui le partagent. A l'époque, la pièce suscita un vrai enthousiasme, qui ne déboucha sur rien de concret. La pièce n'a jamais été montée. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Josée Kamoun.