share_book
Envoyer cet article par e-mail

Herbes et golems

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Herbes et golems

Herbes et golems

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Herbes et golems"

    "Rappelons, comme c'est l'usage, les principes formels auxquels toute Shagga doit obéir : sept séquences rigoureusement comparables en volume et en intention ; un sujet qui privilégie l'incertitude, qui ne règle pas la question de l'action, accumule les ambiguïtés concernant les motifs de la prise de parole, l'identité et le statut du ou des auteurs ; et un parti-pris de détachement, d'intemporalité, de tranquillité poétique et même d'inertie." Les trois Shagga qui composent ce livre sont des sortes de réquisitoires poétiques, en forme d'inventaires et de légendes. Dans la "Shagga de la voix et des herbes", sept prisonnières prennent successivement la parole du fond de leur geôle pour articuler chacune 111 appellations d'herbes, leur rendant ainsi un hommage qui les amène à parcourir mentalement la steppe et apaise leur souffrances. Ce sont deux femmes violées et battues à mort par leurs gardiens, les valets du pouvoir militaro-industriel, qui se relayent dans la "Shagga du golem presque éternel" pour évoquer le folklore religieux de l'Europe centrale et faire revivre une figure traditionnelle du golem, un prétexte à exorciser la violence à laquelle leur corps a été soumis, les blessures les plus intimes qui ont été infligées à leur chair. La "Shagga de la révolte des humbles simples" est l'oeuvre d'un comité de soutien qui a décidé de nommer - afin d'imposer leur respect et leur reconnaissance - les ivraies inconnues qui exhalent l'odeur des saisons. Le discours de ces femmes, brisé mille fois, devient un intarissable flot poétique. Qu'elles soient vivantes ou disparues, toutes témoignent de la violence des hommes et inventent des formes littéraires pour exprimer leur rupture avec le monde qui les entoure.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 110  pages
    • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx20.0cm
    • Poids : 140.6g
    • Editeur :   Editions De L'olivier Paru le
    • Collection : OLIV. LIT.FR
    • ISBN :  2879298288
    • EAN13 :  9782879298283
    • Langue : Français

    D'autres livres de Manuela Draeger

    Belle-Méduse

    Tout est calme, pour une fois. La pluie de météorites a cessé, les incendies se sont éteints, Big Katz, le crabe laineux, flotte doucement sous les nuages, en suivant les conseils de son professeur de lune. C'est la nuit noire et, sous sa couette, Bobby Potemkine aimerait goûter un repos bien m...

    Un oeuf dans la foule

    Les Josette sont des écolières qui portent toutes le même prénom : Josette. Jusqu'ici, rien de grave. Mais voilà : depuis un mois, les Josette ont cessé d'aller à l'école. Elles préfèrent errer dans les rues, se rassembler sur les bords de l'estuaire, et grignoter des œufs durs. Elles son...

    Le radeau de la sardine

    Bobby Potemkine s'était roulé sur le trottoir en compagnie de ses trompettistes préférées, deux louves arctiques au pelage immaculé. Lili Nebraska s'était mise en tenue de gala : bracelet de coquillages roses à la cheville, foulard vermillon autour du cou, et rien d'autre. Volgone Krof avait...

    Nos bébés-pélicans

    Les bébés-pélicans ressemblent à des ptérodactyles chauves avec des yeux étonnés et de petites pattes palmées un peu roses et grisâtres. On en voit de plus en plus dans le quartier de Bobby Potemkine. Ils restent plantés là, dans les rues, les magasins ou les maisons, toujours tranquilles...

    Voir tous les livres de Manuela Draeger

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    "Rappelons, comme c'est l'usage, les principes formels auxquels toute Shagga doit obéir : sept séquences rigoureusement comparables en volume et en intention ; un sujet qui privilégie l'incertitude, qui ne règle pas la question de l'action, accumule les ambiguïtés concernant les motifs de la prise de parole, l'identité et le statut du ou des auteurs ; et un parti-pris de détachement, d'intemporalité, de tranquillité poétique et même d'inertie." Les trois Shagga qui composent ce livre sont des sortes de réquisitoires poétiques, en forme d'inventaires et de légendes. Dans la "Shagga de la voix et des herbes", sept prisonnières prennent successivement la parole du fond de leur geôle pour articuler chacune 111 appellations d'herbes, leur rendant ainsi un hommage qui les amène à parcourir mentalement la steppe et apaise leur souffrances. Ce sont deux femmes violées et battues à mort par leurs gardiens, les valets du pouvoir militaro-industriel, qui se relayent dans la "Shagga du golem presque éternel" pour évoquer le folklore religieux de l'Europe centrale et faire revivre une figure traditionnelle du golem, un prétexte à exorciser la violence à laquelle leur corps a été soumis, les blessures les plus intimes qui ont été infligées à leur chair. La "Shagga de la révolte des humbles simples" est l'oeuvre d'un comité de soutien qui a décidé de nommer - afin d'imposer leur respect et leur reconnaissance - les ivraies inconnues qui exhalent l'odeur des saisons. Le discours de ces femmes, brisé mille fois, devient un intarissable flot poétique. Qu'elles soient vivantes ou disparues, toutes témoignent de la violence des hommes et inventent des formes littéraires pour exprimer leur rupture avec le monde qui les entoure.