share_book
Envoyer cet article par e-mail

Combattre et mourir pendant la grande guerre (1914-1925)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Combattre et mourir pendant la grande guerre (1914-1925)

Combattre et mourir pendant la grande guerre (1914-1925)

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Combattre et mourir pendant la grande guerre (1914-1925)"

Première guerre moderne, la guerre de 14-18 connut sans conteste un degré de violence jamais atteint. La volonté de destruction massive et planifiée de l'adversaire s'appuya sans compter sur des armes tout à la fois classiques et nouvelles et la mort régna partout dans la tranchée, à l'arrière, mort immédiate, mort lente après plusieurs jours d'agonie, mort héroïque pendant la charge ou moins "glorieuse" par suicide ou exécution pour l'exemple... S'appuyant sur un très riche travail d'archives françaises et allemandes, Thierry Hardier et Jean-François Jagielski restituent ici les causes et les circonstances du décès des combattants et étudient la perception de la mort pendant et après la guerre. Ils décrivent les grandes difficultés qui survinrent face à l'ampleur du massacre localisation et ramassage des cadavres, inhumations, commerce autour de la mort, organisation du souvenir et du culte des morts... - et soulignent que la mort fut peut-être plus présente dans l'après-guerre que durant le conflit lui-même : les innombrables monuments commémoratifs de nos villes et de nos villages en témoignent et montrent assez que cette terrible guerre appartient bien à un "passé qui ne passe pas".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 375  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx22.6cm
  • Poids : 499.0g
  • Editeur :   Imago Paru le
  • ISBN :  2911416562
  • EAN13 :  9782911416569
  • Classe Dewey :  944.0814
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Première guerre moderne, la guerre de 14-18 connut sans conteste un degré de violence jamais atteint. La volonté de destruction massive et planifiée de l'adversaire s'appuya sans compter sur des armes tout à la fois classiques et nouvelles et la mort régna partout dans la tranchée, à l'arrière, mort immédiate, mort lente après plusieurs jours d'agonie, mort héroïque pendant la charge ou moins "glorieuse" par suicide ou exécution pour l'exemple... S'appuyant sur un très riche travail d'archives françaises et allemandes, Thierry Hardier et Jean-François Jagielski restituent ici les causes et les circonstances du décès des combattants et étudient la perception de la mort pendant et après la guerre. Ils décrivent les grandes difficultés qui survinrent face à l'ampleur du massacre localisation et ramassage des cadavres, inhumations, commerce autour de la mort, organisation du souvenir et du culte des morts... - et soulignent que la mort fut peut-être plus présente dans l'après-guerre que durant le conflit lui-même : les innombrables monuments commémoratifs de nos villes et de nos villages en témoignent et montrent assez que cette terrible guerre appartient bien à un "passé qui ne passe pas".