share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Voyage en Espagne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Voyage en Espagne

Le Voyage en Espagne

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Voyage en Espagne"

Pour la plupart des Français, l'Espagne est une découverte récente : elle date du romantisme. Ce sont Mérimée, Gautier, Dumas, Victor Hugo, George Sand qui ont mis à la mode le pays de Goya et de Carmen, pays des passions dévorantes et des vengeances implacables. Certes, il y avait eu Corneille et son Cid : la France d'Anne d'Autriche s'était volontiers inspirée de l'héroïsme espagnol. Mais les philosophes du siècle des Lumières regardaient avec suspicion et parfois avec horreur le royaume de l'Inquisition, bastion de l'obscurantisme et de la superstition. C'est la résistance farouche aux armées napoléoniennes qui révéla à l'Europe tout entière la fierté du peuple espagnol, son attachement profond à son sol, son amour de la liberté, sa quête d'une identité nationale, son culte idolâtre des traditions. Les voyageurs français sont d'abord sensibles à la différence des moeurs espagnoles, voire à leur exotisme : fêtes religieuses et profanes hautes en couleurs, vie austère de la Cour, charme des villes de province. Les récits des voyageurs sont peuplés d'étudiants, de gitans, de danseuses, de toréadors, de marchands, de soldats, d'artistes. Tout un monde tenait dans ces textes empruntés à une centaine d'auteurs, contemporains de Cervantès et de Calderán, mais aussi de Velázquez, de Zurbarán ou de Unamuno. GUY SCHOELLER

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 1312  pages
  • Dimensions :  3.0cmx13.4cmx19.8cm
  • Poids : 698.5g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • Collection : Bouquins
  • ISBN :  2221080785
  • EAN13 :  9782221080788
  • Langue : Français

D'autres livres de Bartolomé Bennassar

Histoire des Espagnols

Œuvre collective sous la direction de Bartolomé Bennassar, cette Histoire des Espagnols donne auxacteurs, hommes et femmes, le premier rôle, etréduit à l'indispensable la part des institutions et des événements. Il n'est pas question d'en ignorer les temps forts, par exemple [....]...

L'inquisition espagnole

Tortures, bûchers, sorcières et fanatisme sont les images que l'Inquisition espagnole (1479-1834) a laissées dans les consciences. Créée pour combattre les conversos ou les morisques, qui s'obstinaient à rester secrètement juifs ou musulmans, elle s'empara ensuite du peuple chrétien pour ...

La Guerre d'Espagne

Bartolomé Bennassar retrace l'émergence de deux mondes antagonistes - républicains contre franquistes-, les interventions militaires étrangères, les affrontements et l'immense écho du conflit dans toute l'Europe. Il exhume des archives le sort des vaincus, des prisonniers, des exilés, leur...

Voir tous les livres de Bartolomé Bennassar

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pour la plupart des Français, l'Espagne est une découverte récente : elle date du romantisme. Ce sont Mérimée, Gautier, Dumas, Victor Hugo, George Sand qui ont mis à la mode le pays de Goya et de Carmen, pays des passions dévorantes et des vengeances implacables. Certes, il y avait eu Corneille et son Cid : la France d'Anne d'Autriche s'était volontiers inspirée de l'héroïsme espagnol. Mais les philosophes du siècle des Lumières regardaient avec suspicion et parfois avec horreur le royaume de l'Inquisition, bastion de l'obscurantisme et de la superstition. C'est la résistance farouche aux armées napoléoniennes qui révéla à l'Europe tout entière la fierté du peuple espagnol, son attachement profond à son sol, son amour de la liberté, sa quête d'une identité nationale, son culte idolâtre des traditions. Les voyageurs français sont d'abord sensibles à la différence des moeurs espagnoles, voire à leur exotisme : fêtes religieuses et profanes hautes en couleurs, vie austère de la Cour, charme des villes de province. Les récits des voyageurs sont peuplés d'étudiants, de gitans, de danseuses, de toréadors, de marchands, de soldats, d'artistes. Tout un monde tenait dans ces textes empruntés à une centaine d'auteurs, contemporains de Cervantès et de Calderán, mais aussi de Velázquez, de Zurbarán ou de Unamuno. GUY SCHOELLER