share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un tribunal au garde-à-vous : Le procès de Pierre Mendès France

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un tribunal au garde-à-vous : Le procès de Pierre Mendès France

Un tribunal au garde-à-vous : Le procès de Pierre Mendès France

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un tribunal au garde-à-vous : Le procès de Pierre Mendès France"

Pierre Mendès France est le symbole même de ces Juifs qui ont identifié leur destin avec celui de la République. Né en 1907, ce jeune homme pétri de dons, sous-sécretaire d'Etat au Trésor dans le second cabinet Blum (1938), est dès septembre 1939 volontaire dans l'aviation. Faisant partie des députés qui refusent l'idée d'un armistice, il s'embarque pour le Maroc à bord du Massilia (juillet 1940). Sous le prétexte qu'il n'est pas démobilisé, Vichy le fait arrêter pour désertion, le fait interner et juger à Riom parmi les responsables de la défaite. Le procès, sans fondement juridique, finira par être suspendu, mais il donnera l'occasion à Vichy de donner libre cours à l'antisémitisme le plus grossier. Mendès France sera de tous les accusés de Riom celui qui se défendra avec le plus d'ardeur et de conviction. Jusqu'à la fin des années 1950, il se battra juridiquement pour sa réhabilitation avec panache et ténacité, tant il croit aux principes républicains.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 400  pages
  • Dimensions :  2.4cmx15.2cmx23.2cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • ISBN :  2213608733
  • EAN13 :  9782213608730
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Denis Bredin

Encore un peu de temps

" Il eût aimé être Dieu. Il eût fait le monde autrement. L'homme n'eût pas été si malheureux, ni si bête. La vie n'eût pas été si courte. S'il avait été Dieu, personnage n'eût souffert, personne n'eût vieilli, surtout personne n'eût embêté personne. Dieu n'aurait toléré ni ...

Prix : 69 DH
Joseph Caillaux

Prix : 86 DH

Convaincre. Dialogue sur l'éloquence

Ce dialogue, à la fois féroce et brillant, met en scène, mais aussi aux prises, deux des plus célèbres avocats du barreau parisien. Tous ceux que l'éloquence fascine, que l'histoire judiciaire passionne, que les secrets de la rhétorique intriguent pourront, grâce à ce livre, satisfaire [...

L'Affaire

L'affaire ne cesse pas de nous parler. Le sentiment national, le culte des hiérarchies, la peur des étrangers, la soif de sécurité, ce sont des permanences de la mentalité française que le XXe siècle n'a pas effacées. Il n'est pas exagéré de dire que le sentiment national a même gagné si...

Voir tous les livres de Jean-Denis Bredin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pierre Mendès France est le symbole même de ces Juifs qui ont identifié leur destin avec celui de la République. Né en 1907, ce jeune homme pétri de dons, sous-sécretaire d'Etat au Trésor dans le second cabinet Blum (1938), est dès septembre 1939 volontaire dans l'aviation. Faisant partie des députés qui refusent l'idée d'un armistice, il s'embarque pour le Maroc à bord du Massilia (juillet 1940). Sous le prétexte qu'il n'est pas démobilisé, Vichy le fait arrêter pour désertion, le fait interner et juger à Riom parmi les responsables de la défaite. Le procès, sans fondement juridique, finira par être suspendu, mais il donnera l'occasion à Vichy de donner libre cours à l'antisémitisme le plus grossier. Mendès France sera de tous les accusés de Riom celui qui se défendra avec le plus d'ardeur et de conviction. Jusqu'à la fin des années 1950, il se battra juridiquement pour sa réhabilitation avec panache et ténacité, tant il croit aux principes républicains.