share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le fait religieux : Une approche de la chrétienté médiévale

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le fait religieux : Une approche de la chrétienté médiévale

Le fait religieux : Une approche de la chrétienté médiévale

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le fait religieux : Une approche de la chrétienté médiévale"

Ce ne sont pas les histoires de l'Eglise au Moyen Age qui manquent. Mais, loin de faire double emploi avec elles, ce manuel très dense et bien informé s'avère indispensable aux historiens comme aux autres étudiants désireux de conforter leur culture religieuse. II leur permettra, entre autres, d'interpréter correctement une bonne partie du patrimoine culturel occidental. Que recouvre le concept anachronique de " fait religieux " à l'époque médiévale? La gamme actuelle des attitudes envers la religion ne se résout-elle pas alors à l'opposition entre " fidèles " et " infidèles "? Une mise au point sur la doctrine chrétienne montre comment son élaboration définitive (ou presque) a nécessité l'élimination d'un nombre impressionnant de courants hérétiques. A juste titre, l'auteur insiste ici sur le culte des saints, nettement distingués des héros du paganisme antique. Le rôle éminent du Livre dans la tradition, l'omniprésence du latin dans l'Eglise occidentale, les mécanismes subtils de l'exégèse allégorique font l'objet d'exposés pertinents. La présentation de l'institution ecclésiastique permet d'éclairer la cohabitation souvent conflictuelle entre clercs et laïques ainsi que la distinction entre séculiers et réguliers. Le propos est tout aussi limpide quand il concerne la liturgie qui actualise la rédemption par la médiation des sacrements. L'accent porté sur la conception chrétienne du temps constitue la clé de voûte de ce manuel qui souscrit délibérément à la définition par Marc Bloch du christianisme comme une " religion d'historiens ". A ce sujet, l'opposition devenue classique entre le " temps de l'Eglise " et le " temps du marchand " reçoit les nuances qui s'imposent. Confronté, dans ses propres recherches sur l'hagiographie médiévale, à la prolifération et à la concurrence de sanctuaires rivaux, l'auteur est bien placé pour présenter les principaux acquis des thèses les plus récentes sur la territorialisation et la spatialisation du sacré (paroisses, cimetières ou centres de pèlerinage). Enfin l'essai d'anthropologie chrétienne qui conclut l'ouvrage propose une série de développements bien venus sur l'antijudaïsme, l'idéologie de croisade, le statut de la femme, la corrélation entre macrocosme et microcosme, voire la contribution de l'Eglise à l'avènement des institutions démocratiques.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 189  pages
  • Dimensions :  1.2cmx15.4cmx23.8cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Didact Histoire
  • ISBN :  2753508798
  • EAN13 :  9782753508798
  • Classe Dewey :  270.3
  • Langue : Français

D'autres livres de Bernard Merdrignac

Le monde au Moyen Age

L'expression de " Moyen Age ", au sens de période intermédiaire, n'a véritablement de signification (et encore !) qu'en ce qui concerne l'Europe occidentale. Toutefois, durant le millénaire qui s'étend du Ve au XVe siècle, celle-ci a entretenu des échanges incessants avec les mondes musulman ...

Voir tous les livres de Bernard Merdrignac

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce ne sont pas les histoires de l'Eglise au Moyen Age qui manquent. Mais, loin de faire double emploi avec elles, ce manuel très dense et bien informé s'avère indispensable aux historiens comme aux autres étudiants désireux de conforter leur culture religieuse. II leur permettra, entre autres, d'interpréter correctement une bonne partie du patrimoine culturel occidental. Que recouvre le concept anachronique de " fait religieux " à l'époque médiévale? La gamme actuelle des attitudes envers la religion ne se résout-elle pas alors à l'opposition entre " fidèles " et " infidèles "? Une mise au point sur la doctrine chrétienne montre comment son élaboration définitive (ou presque) a nécessité l'élimination d'un nombre impressionnant de courants hérétiques. A juste titre, l'auteur insiste ici sur le culte des saints, nettement distingués des héros du paganisme antique. Le rôle éminent du Livre dans la tradition, l'omniprésence du latin dans l'Eglise occidentale, les mécanismes subtils de l'exégèse allégorique font l'objet d'exposés pertinents. La présentation de l'institution ecclésiastique permet d'éclairer la cohabitation souvent conflictuelle entre clercs et laïques ainsi que la distinction entre séculiers et réguliers. Le propos est tout aussi limpide quand il concerne la liturgie qui actualise la rédemption par la médiation des sacrements. L'accent porté sur la conception chrétienne du temps constitue la clé de voûte de ce manuel qui souscrit délibérément à la définition par Marc Bloch du christianisme comme une " religion d'historiens ". A ce sujet, l'opposition devenue classique entre le " temps de l'Eglise " et le " temps du marchand " reçoit les nuances qui s'imposent. Confronté, dans ses propres recherches sur l'hagiographie médiévale, à la prolifération et à la concurrence de sanctuaires rivaux, l'auteur est bien placé pour présenter les principaux acquis des thèses les plus récentes sur la territorialisation et la spatialisation du sacré (paroisses, cimetières ou centres de pèlerinage). Enfin l'essai d'anthropologie chrétienne qui conclut l'ouvrage propose une série de développements bien venus sur l'antijudaïsme, l'idéologie de croisade, le statut de la femme, la corrélation entre macrocosme et microcosme, voire la contribution de l'Eglise à l'avènement des institutions démocratiques.