share_book
Envoyer cet article par e-mail

Rassurer et protéger : Le Sentiment de sécurité dans l'Occident d'autrefois

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Rassurer et protéger : Le Sentiment de sécurité dans l'Occident d'autrefois

Rassurer et protéger : Le Sentiment de sécurité dans l'Occident d'autrefois

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Rassurer et protéger : Le Sentiment de sécurité dans l'Occident d'autrefois"

    A l'heure de l'Etat providence, nous cherchons plus que jamais à nous mettre à l'abri de tous les dangers possibles par des assurances multirisques ". Ce comportement n'est pas fondamentalement différent de celui de nos ancêtres qui se cherchaient des saints guérisseurs pour chaque maladie et qui récitaient des prières adaptées à chaque circonstance de la vie quotidienne. C'est l'histoire de ce sentiment de sécurité que Jean Delumeau retrace ici, après ses grandes enquêtes sur les peurs dans la civilisation occidentale.Le besoin de sécurité a évolué au fil des siècles. L'homme, dans un premier temps, a demandé à Dieu de protéger sa maison, ses champs, d'éloigner les épidémies, les orages, les tempêtes. L'Eglise rassure alors ses fidèles en multipliant processions et bénédictions, le culte des saints devient de plus en plus populaire et l'image du grand manteau protecteur de la Vierge se répand largement. Puis, face à l'angoisse du salut éternel que renforcent les réformes religieuses du XVIe siècle, le protestantisme affirme la justification par la foi, tandis que Rome réactive une panoplie d'armes spirituelles _ absolution sacramentelle, rosaire, scapulaire, indulgences, etc. _ dont les actions conjuguées doivent permettre d'échapper à l'enfer et de raccourcir le temps en purgatoire.Avec les Lumières, la demande de sécurité se laïcise. Au besoin d'assurance spirituelle succède une volonté de protéger le corps. L'enfer s'éloigne en même temps que le fatalisme et l'insécurité. Individus et société se prennent davantage en charge: on lutte contre le feu, on éclaire les villes, on renforce les polices. Leibniz compare l'Etat à un navire dont les marins sont solidaires et suggère que la collectivité se porte financièrement au secours des citoyens frappés par le malheur: c'était dessiner la première politique de " sécurité sociale " et un schéma d'assurances générales.Jean Delumeau, membre de l'Institut, professeur au Collège de France, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont La Peur en Occident (Fayard, 1978) et Le Péché et la Peur (Fayard, 1983)."

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 666  pages
    • Dimensions :  4.6cmx14.8cmx23.0cm
    • Poids : 762.0g
    • Editeur :   Fayard 
    • ISBN :  2213022690
    • EAN13 :  9782213022697
    • Classe Dewey :  231.7
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean Delumeau

    La civilisation de la Renaissance

    Une redéfinition de la Renaissance, voici ce à quoi s'attèle avec brio Jean Delumeau, déjà responsable d'une histoire de La Peur en Occident qui a fait date. Pour ce faire, l'historien superpose trois angles d'approche pour restituer cette période comprise entre l'âge des cathédrales et [...

    La Peur en Occident

    L'homme, un animal qui a peur ? C'est à cette question que tente de répondre un des ouvrages majeurs consacrés à la civilisation française. Jean Delumeau, spécialiste des questions religieuses et de la Renaissance, établit ainsi une histoire inattendue des mentalités de l'Occident entre ...

    Naissance et affirmation de la Réforme

    Lorsqu'il commenta l'Épître aux Romains (1515-1516), Luther avait, semble-t-il, déjà découvert le thème central de sa théologie. Identifiant péché et tentation, il fut désormais convaincu que l'homme reste toute sa vie indigne du salut. Le péché originel a été trop profond et trop grav...

    Voir tous les livres de Jean Delumeau

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    A l'heure de l'Etat providence, nous cherchons plus que jamais à nous mettre à l'abri de tous les dangers possibles par des assurances multirisques ". Ce comportement n'est pas fondamentalement différent de celui de nos ancêtres qui se cherchaient des saints guérisseurs pour chaque maladie et qui récitaient des prières adaptées à chaque circonstance de la vie quotidienne. C'est l'histoire de ce sentiment de sécurité que Jean Delumeau retrace ici, après ses grandes enquêtes sur les peurs dans la civilisation occidentale.Le besoin de sécurité a évolué au fil des siècles. L'homme, dans un premier temps, a demandé à Dieu de protéger sa maison, ses champs, d'éloigner les épidémies, les orages, les tempêtes. L'Eglise rassure alors ses fidèles en multipliant processions et bénédictions, le culte des saints devient de plus en plus populaire et l'image du grand manteau protecteur de la Vierge se répand largement. Puis, face à l'angoisse du salut éternel que renforcent les réformes religieuses du XVIe siècle, le protestantisme affirme la justification par la foi, tandis que Rome réactive une panoplie d'armes spirituelles _ absolution sacramentelle, rosaire, scapulaire, indulgences, etc. _ dont les actions conjuguées doivent permettre d'échapper à l'enfer et de raccourcir le temps en purgatoire.Avec les Lumières, la demande de sécurité se laïcise. Au besoin d'assurance spirituelle succède une volonté de protéger le corps. L'enfer s'éloigne en même temps que le fatalisme et l'insécurité. Individus et société se prennent davantage en charge: on lutte contre le feu, on éclaire les villes, on renforce les polices. Leibniz compare l'Etat à un navire dont les marins sont solidaires et suggère que la collectivité se porte financièrement au secours des citoyens frappés par le malheur: c'était dessiner la première politique de " sécurité sociale " et un schéma d'assurances générales.Jean Delumeau, membre de l'Institut, professeur au Collège de France, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont La Peur en Occident (Fayard, 1978) et Le Péché et la Peur (Fayard, 1983)."