share_book
Envoyer cet article par e-mail

Petit éloge de l'ennui : Ou le slow côté psycho

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Petit éloge de l'ennui : Ou le slow côté psycho

Petit éloge de l'ennui : Ou le slow côté psycho

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Petit éloge de l'ennui : Ou le slow côté psycho"

    A force de chercher à éviter l'ennui contre vents et marées et de se programmer des occupations pour chaque heure de la journée, ne risquons-nous pas de basculer sans y penser de la frénésie à la dépression ? Car ce temps de vacuité où notre esprit peut enfin vagabonder constitue un élément clé dans la construction de notre bien-être et surtout dans l'invention de notre vie . Pas facile pourtant de rester inoccupé dans un monde qui nous incite à produire toujours davantage : comment accepter sinon de ne rien faire, au moins de ne pas toujours faire quelque chose ? Comment se laisser porter par le temps qui passe, dans une voiture, un train, voire même chez soi, sans écouter ni radio, ni musique, sans la tentation permanente de s'occuper les mains ou la tête ? Comment apprivoiser l'idée d'être désoeuvré ? Est-il possible, non seulement de ne pas craindre l'ennui mais aussi d'apprendre à l'aimer comme une chose rare, donc précieuse au coeur de nos vies si bien remplies ? Oui, un tel temps de vacuité nous est nécessaire, à nous mais aussi à nos enfants pour les aider à se construire et à apprendre à définir leurs désirs. Eviter l'ennui chez eux, c'est les couper de leur imaginaire. Et même s'il est vrai que ce sentiment est à la fois angoissant et stimulant, car il fait prendre conscience du temps qui passe, il leur apprend aussi à faire preuve de créativité pour l'apprivoiser. Le temps de l'ennui est le temps qui permet de se connecter à ce que nous portons de plus profond en nous, pour nous permettre de nous identifier enfin à ce que nous sommes et non à ce que nous faisons.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 128  pages
    • Dimensions :  1.0cmx12.4cmx17.4cm
    • Poids : 158.8g
    • Editeur :   Jouvence Paru le
    • Collection : Les maxi pratiques
    • ISBN :  2883539804
    • EAN13 :  9782883539808
    • Langue : Français

    D'autres livres de Odile Chabrillac

    Les aliments qui rendent intelligent

    Savez-vous qu'au repos, notre cerveau consomme près de 20 % des calories ingérées au cours de la journée? Qu'une déficience en cholestérol fait réfléchir au ralenti? Mémoire, concentration, apprentissage dépendent largement du contenu de notre assiette. Contre les émotions en dents de sci...

    Voir tous les livres de Odile Chabrillac

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    A force de chercher à éviter l'ennui contre vents et marées et de se programmer des occupations pour chaque heure de la journée, ne risquons-nous pas de basculer sans y penser de la frénésie à la dépression ? Car ce temps de vacuité où notre esprit peut enfin vagabonder constitue un élément clé dans la construction de notre bien-être et surtout dans l'invention de notre vie . Pas facile pourtant de rester inoccupé dans un monde qui nous incite à produire toujours davantage : comment accepter sinon de ne rien faire, au moins de ne pas toujours faire quelque chose ? Comment se laisser porter par le temps qui passe, dans une voiture, un train, voire même chez soi, sans écouter ni radio, ni musique, sans la tentation permanente de s'occuper les mains ou la tête ? Comment apprivoiser l'idée d'être désoeuvré ? Est-il possible, non seulement de ne pas craindre l'ennui mais aussi d'apprendre à l'aimer comme une chose rare, donc précieuse au coeur de nos vies si bien remplies ? Oui, un tel temps de vacuité nous est nécessaire, à nous mais aussi à nos enfants pour les aider à se construire et à apprendre à définir leurs désirs. Eviter l'ennui chez eux, c'est les couper de leur imaginaire. Et même s'il est vrai que ce sentiment est à la fois angoissant et stimulant, car il fait prendre conscience du temps qui passe, il leur apprend aussi à faire preuve de créativité pour l'apprivoiser. Le temps de l'ennui est le temps qui permet de se connecter à ce que nous portons de plus profond en nous, pour nous permettre de nous identifier enfin à ce que nous sommes et non à ce que nous faisons.