share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Chambre à deux lits et le cordonnier de Tel-Aviv

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Chambre à deux lits et le cordonnier de Tel-Aviv

La Chambre à deux lits et le cordonnier de Tel-Aviv

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Chambre à deux lits et le cordonnier de Tel-Aviv"

Les archives d'autrefois et les photographies d'aujourd'hui se cognent, se répondent, en un va-et-vient continu. Il suffit d'imaginer. Telle est l'idée (d'origine) d'Arlette Farge, historienne, spécialiste du XVIIIe siècle, qui voit dans la photographie tout ce qu'elle peut contenir du siècle des Lumières. "C'est souvent lui que j'y retrouve." La Route de Leipzig de Raymond Depardon (1994) renvoie aux errances des vagabonds du XVIIIe, La Guerre du Golfe (1991), rapportée par Sophie Ristelhueber, évoque ces fantassins, disparus loin derrière les façades de la mémoire. À ces clichés s'ajoutent encore Les Dockers faisant la sieste de Hine (1922), Le Cordonnier, faubourg de Tel-Aviv d'Izis (1953) ou Liverpool de Marc Riboud (1954)... Autant de clichés qui "palpitent des mouvements d'autrefois", confrontés au passé en quelques dérives poétiques et sensibles. Chaque photographie possède son commentaire, sa charge d'émotions, un regard peu commun, singulier, à coups de détails, d'anecdotes anciennes, de réminiscences, d'intuitions légères et délicates. Il s'agit de voir les choses derrière les choses. --Céline Darner

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 151  pages
  • Dimensions :  1.0cmx14.0cmx19.8cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Fiction & Cie
  • ISBN :  2020373491
  • EAN13 :  9782020373494
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Arlette Farge

Le goût de l'archive

Dans ce petit livre, considéré comme un classique par les historiens, Arlette Farge nous raconte sa passion des archives, et nous décrit à merveille, non sans humour et ironie, l'ambiance si particulière des bibliothèques et des salles d'archives, qui sont le lot quotidien des historiens. [...

Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

Au XVIIIe siècle, L'oralité triomphe ; la voix et son timbre sont les moyens privilégiés de la population pour être au monde. La rue, les salons résonnent des conversations, badinages, disputes, annonces royales sur jeu de trompettes, paroles du pouvoir et de L'Église, chansons à un sol, ...

Un ruban et des larmes : Un procès en adultère au XVIIIe siècle

1779. Chose peu fréquente au XVIIIe siècle un ferblantier parisien fait un procès à sa femme pour adultère. Les pièces de l'accusation dénoncent chez l'épouse des pratiques et des faits qui n'appartiennent pas à son monde. Alors qu'on est en milieu populaire, les témoignages dépeignent l'...

Voir tous les livres de Arlette Farge

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les archives d'autrefois et les photographies d'aujourd'hui se cognent, se répondent, en un va-et-vient continu. Il suffit d'imaginer. Telle est l'idée (d'origine) d'Arlette Farge, historienne, spécialiste du XVIIIe siècle, qui voit dans la photographie tout ce qu'elle peut contenir du siècle des Lumières. "C'est souvent lui que j'y retrouve." La Route de Leipzig de Raymond Depardon (1994) renvoie aux errances des vagabonds du XVIIIe, La Guerre du Golfe (1991), rapportée par Sophie Ristelhueber, évoque ces fantassins, disparus loin derrière les façades de la mémoire. À ces clichés s'ajoutent encore Les Dockers faisant la sieste de Hine (1922), Le Cordonnier, faubourg de Tel-Aviv d'Izis (1953) ou Liverpool de Marc Riboud (1954)... Autant de clichés qui "palpitent des mouvements d'autrefois", confrontés au passé en quelques dérives poétiques et sensibles. Chaque photographie possède son commentaire, sa charge d'émotions, un regard peu commun, singulier, à coups de détails, d'anecdotes anciennes, de réminiscences, d'intuitions légères et délicates. Il s'agit de voir les choses derrière les choses. --Céline Darner