share_book
Envoyer cet article par e-mail

Qui a tué Georges Mandel ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Qui a tué Georges Mandel ?

Qui a tué Georges Mandel ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Qui a tué Georges Mandel ?"

Paris, 7 juillet 1944. Georges Mandel est extrait de la prison de la Santé. Deux tractions filent sud-est. En forêt de Fontainebleau, une panne est simulée. Invité à sortir, l'ex-ministre de l'Intérieur est fauché d'une rafale de pistolet-mitrailleur, puis achevé de deux balles dans la tête. Exécuté par un milicien, Mandel n'eut-il vraiment qu'un assassin? À qui profitait donc ce crime, que nul ne revendiqua? Et pourquoi tuer si tard ce symbole de la République? Aussi sûrement qu'il prévoyait l'issue de la guerre, Mandel se savait condamné. Honni par Hitler, il s'était levé dès 1933 pour désigner le péril nazi. Incarnation du "bellicisme juif", haï par l'Action française comme par tous les champions de 1'appeasement, Mandel attirait trop de haines pour ne pas être un objet de chantage. Son exécution, un mois après le Débarquement, a valeur d'avertissement pour Pétain, que ce crime éclabousse. Au-delà de Mandel, dont de nouveaux documents viennent préciser le sang-froid et la lucidité, ce livre éclaire le sort des Reynaud, Blum et Daladier, ministres captifs dont la vie, au gré des promesses et des menaces, aura servi de monnaie d'échange entre Vichy et Berlin. Bras de fer trop inégal: à des degrés divers, juge François Delpla, tant les geôliers que leurs prisonniers furent des instruments d'Hitler. Son ombre s'étend d'un bout à l'autre de ce livre, qui s'appuie notamment sur les dossiers inédits de Charles Courrier, commissaire de police affecté à la garde de Mandel en 1940 et 1941.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 427  pages
  • Dimensions :  3.8cmx14.2cmx22.0cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   L'archipel Paru le
  • Collection : ARCHIPEL.ARCHIP
  • ISBN :  2809800758
  • EAN13 :  9782809800753
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de François Delpla

Hitler

Le grand nombre d'ouvrages qui ont été consacrés à Hitler pourrait laisser penser que cette première biographie française n'offrira guère de surprise à son lecteur. Or, il n'en est rien, car l'ouvrage de François Delpla innove radicalement, tant par sa méthode que par ses [....]...

Petit dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale

Agrégé et docteur en histoire, François Delpla est l'un des plus grands spécialistes français de la Seconde Guerre mondiale. Auteur d'une quinzaine d'ouvrages, dont la seule biographie de Hitler en langue française, il a depuis de nombreuses années pris à bras le corps un certain nombre de p...

La Face cachée de 1940 : Comment Churchill réussit à prolonger la partie

Juin 1940 : pour Hitler, la réussite totale est à portée de main. Pourtant, au bord du triomphe, il trébuche. Il va connaître encore d'autres succès mais ne rattrapera plus jamais la victoire. La compréhension de ce moment, crucial entre tous, de l'histoire contemporaine, est entravée par de...

Voir tous les livres de François Delpla

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Paris, 7 juillet 1944. Georges Mandel est extrait de la prison de la Santé. Deux tractions filent sud-est. En forêt de Fontainebleau, une panne est simulée. Invité à sortir, l'ex-ministre de l'Intérieur est fauché d'une rafale de pistolet-mitrailleur, puis achevé de deux balles dans la tête. Exécuté par un milicien, Mandel n'eut-il vraiment qu'un assassin? À qui profitait donc ce crime, que nul ne revendiqua? Et pourquoi tuer si tard ce symbole de la République? Aussi sûrement qu'il prévoyait l'issue de la guerre, Mandel se savait condamné. Honni par Hitler, il s'était levé dès 1933 pour désigner le péril nazi. Incarnation du "bellicisme juif", haï par l'Action française comme par tous les champions de 1'appeasement, Mandel attirait trop de haines pour ne pas être un objet de chantage. Son exécution, un mois après le Débarquement, a valeur d'avertissement pour Pétain, que ce crime éclabousse. Au-delà de Mandel, dont de nouveaux documents viennent préciser le sang-froid et la lucidité, ce livre éclaire le sort des Reynaud, Blum et Daladier, ministres captifs dont la vie, au gré des promesses et des menaces, aura servi de monnaie d'échange entre Vichy et Berlin. Bras de fer trop inégal: à des degrés divers, juge François Delpla, tant les geôliers que leurs prisonniers furent des instruments d'Hitler. Son ombre s'étend d'un bout à l'autre de ce livre, qui s'appuie notamment sur les dossiers inédits de Charles Courrier, commissaire de police affecté à la garde de Mandel en 1940 et 1941.