share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les guerres de religion (1559-1629)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les guerres de religion (1559-1629)

Les guerres de religion (1559-1629)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les guerres de religion (1559-1629)"

De 1559 à 1629, le royaume de France vécut une séquence historique particulièrement dramatique. Le Roi Très-Chrétien, qui s engageait lors de son sacre à défendre l Église et à exterminer les hérétiques, régnait désormais sur un pays profondément divisé par la question religieuse. Les protestants constituaient environ 10 % de la population française au début des années 1560. Les monarques étaient des jeunes gens incapables de gouverner par eux-mêmes ou des princes déconsidérés aux yeux de leurs sujets. En dépit des efforts de Catherine de Médicis et du chancelier Michel de L Hospital, qui accordèrent aux protestants la liberté de culte, le royaume sombra dans un chaos sans précédent. Les exactions se multipliaient, les batailles se succédaient et les massacres culminèrent en 1572, au moment de la Saint-Barthélemy. On assista même par deux fois à cette forme inouïe de violence qu est le régicide, avec l assassinat d Henri III en 1589 et celui d Henri IV en 1610. Grâce à l édit de Nantes, les protestants finirent par bénéficier d un régime de tolérance limitée, mais la religion de Calvin était désormais réduite à une toute petite minorité de fidèles dont le nombre ne cessa de décroître. Les troubles reprirent dans les années 1620, quand l esprit de croisade souffla de nouveau, mais l énergie de reconquête prit aussi d autres formes, moins belliqueuses, et l on assista, au cours des premières décennies du XVIIe siècle, à un renouvellement remarquable des formes de la piété catholique. Temps de crise sans précédent, les guerres de Religion constituent paradoxalement le creuset de la monarchie absolue d Ancien Régime, qui se construisit justement sur les ruines d un royaume déchiré par l intolérance. Il fallait que le pouvoir royal soit désormais investi d une puissance transcendante incontestée capable d assurer la stabilité de l État par-delà les questions confessionnelles. Henri IV était ainsi parvenu à reconstituer l unité du royaume autour de l idéal d obéissance à la figure royale, et son fils, Louis XIII, bénéficia de ses succès pour achever de créer une monarchie puissante capable de s imposer sur la scène européenne. C est l histoire de ces déchirures et de ces mutations que ce livre retrace. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 607  pages
  • Dimensions :  4.0cmx21.0cmx26.0cm
  • Poids : 2041.2g
  • Editeur :   Belin Paru le
  • Collection : Histoire de France
  • ISBN :  2701153077
  • EAN13 :  9782701153070
  • Classe Dewey :  944.03
  • Langue : Français

D'autres livres de Nicolas Le Roux

Les guerres de Religion, 1559-1629

De 1559 à 1629, le royaume de France vécut une séquence historique particulièrement dramatique.Le Roi Très-Chrétien, qui s engageait lors de son sacre à défendre l Église et à exterminer les hérétiques, régnait désormaissur un pays profondément divisé par la question religieuse. [...

Un régicide au nom de Dieu : L'assassinat d'Henri III, 1er août 1589

C'est un des rois les moins aimés de l'Ancien Régime, et l'un des plus méconnus, que le poignard de Jacques Clément fait mourir. Ayant fui sa capitale en insurrection, au milieu de ces guerres de Religion qui n'en finissent pas, Henri III succombe à l'attentat du moine régicide. Avec lui s'ét...

Voir tous les livres de Nicolas Le Roux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De 1559 à 1629, le royaume de France vécut une séquence historique particulièrement dramatique. Le Roi Très-Chrétien, qui s engageait lors de son sacre à défendre l Église et à exterminer les hérétiques, régnait désormais sur un pays profondément divisé par la question religieuse. Les protestants constituaient environ 10 % de la population française au début des années 1560. Les monarques étaient des jeunes gens incapables de gouverner par eux-mêmes ou des princes déconsidérés aux yeux de leurs sujets. En dépit des efforts de Catherine de Médicis et du chancelier Michel de L Hospital, qui accordèrent aux protestants la liberté de culte, le royaume sombra dans un chaos sans précédent. Les exactions se multipliaient, les batailles se succédaient et les massacres culminèrent en 1572, au moment de la Saint-Barthélemy. On assista même par deux fois à cette forme inouïe de violence qu est le régicide, avec l assassinat d Henri III en 1589 et celui d Henri IV en 1610. Grâce à l édit de Nantes, les protestants finirent par bénéficier d un régime de tolérance limitée, mais la religion de Calvin était désormais réduite à une toute petite minorité de fidèles dont le nombre ne cessa de décroître. Les troubles reprirent dans les années 1620, quand l esprit de croisade souffla de nouveau, mais l énergie de reconquête prit aussi d autres formes, moins belliqueuses, et l on assista, au cours des premières décennies du XVIIe siècle, à un renouvellement remarquable des formes de la piété catholique. Temps de crise sans précédent, les guerres de Religion constituent paradoxalement le creuset de la monarchie absolue d Ancien Régime, qui se construisit justement sur les ruines d un royaume déchiré par l intolérance. Il fallait que le pouvoir royal soit désormais investi d une puissance transcendante incontestée capable d assurer la stabilité de l État par-delà les questions confessionnelles. Henri IV était ainsi parvenu à reconstituer l unité du royaume autour de l idéal d obéissance à la figure royale, et son fils, Louis XIII, bénéficia de ses succès pour achever de créer une monarchie puissante capable de s imposer sur la scène européenne. C est l histoire de ces déchirures et de ces mutations que ce livre retrace. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .