share_book
Envoyer cet article par e-mail

Guerre d'Algérie : Droit et non-droit

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Guerre d'Algérie : Droit et non-droit

Guerre d'Algérie : Droit et non-droit

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Guerre d'Algérie : Droit et non-droit"

Le terme de guerre d'Algérie ne fut reconnu que très tardivement en France. C'est Jacques Chirac, qui, au cours de son premier mandat (juin 1999), a finalement employé ce terme. Cependant, si la France a reconnu la guerre, seuls ont été également reconnus officiellement les actes individuels commis par les militaires. Le caractère organisé de la répression des Algériens du FLN (tortures...) par les militaires au nom de l'État français n'a, lui, jamais été reconnu. Il n'est plus possible de punir un crime des dizaines d'années après qu'il ait été commis. Seuls les crimes contre l'humanité sont imprescriptibles. On n'a pu qualifier ainsi les crimes commis pendant la guerre d'Algérie. Il reste que, cinquante ans après, s'il n'est plus possible de punir, il est possible de reconnaître les crimes de guerre et de réparer les injustices.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 210  pages
  • Dimensions :  1.0cmx8.0cmx11.6cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Dalloz-Sirey Paru le
  • Collection : A Savoir
  • ISBN :  2247115365
  • EAN13 :  9782247115365
  • Langue : Français

D'autres livres de Arlette Heymann-Doat

Libertés publiques et droits de l'homme

L'ouvrage montre comment les libertés, en France, ont été façonnées par l'histoire, depuis la Révolution, et comment, après la descente aux enfers aboutissant à la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles garanties ont été mises en place, notamment par les traités internationaux. Ces [......

Voir tous les livres de Arlette Heymann-Doat

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le terme de guerre d'Algérie ne fut reconnu que très tardivement en France. C'est Jacques Chirac, qui, au cours de son premier mandat (juin 1999), a finalement employé ce terme. Cependant, si la France a reconnu la guerre, seuls ont été également reconnus officiellement les actes individuels commis par les militaires. Le caractère organisé de la répression des Algériens du FLN (tortures...) par les militaires au nom de l'État français n'a, lui, jamais été reconnu. Il n'est plus possible de punir un crime des dizaines d'années après qu'il ait été commis. Seuls les crimes contre l'humanité sont imprescriptibles. On n'a pu qualifier ainsi les crimes commis pendant la guerre d'Algérie. Il reste que, cinquante ans après, s'il n'est plus possible de punir, il est possible de reconnaître les crimes de guerre et de réparer les injustices.