share_book
Envoyer cet article par e-mail

La France qui tombe

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La France qui tombe

La France qui tombe

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La France qui tombe"

À l'heure où le philosophe Marcel Gauchet constate dans son nouvel essai La Condition historique "un désarroi moral, crise de la démocratie" en France, à l'heure où l'analyste politique Alain Duhamel intitule son livre Le Désarroi français pour définir dans le pays les contours d'un "désenchantement idéologique" (mais non d'un déclin...), l'historien et économiste Nicolas Baverez réfléchit, quant à lui, sur la spécificité du domaine français et s'interroge sur la part croissante et inexorable de son malaise. Dans La France qui tombe, Nicolas Baverez s'essaie à une analyse d'un quart de siècle de politique et d'économie "à la française". Pour lui "l'écart se creuse entre la rhétorique de la puissance et les moyens de son exercice". Chiffres à l'appui – ceux du chômage, des dépenses publiques, de la production et du travail – Nicolas Baverez envisage "la chronique annoncée du déclin de la France" due au fait que chaque gouvernement depuis l'après-guerre se trouve comme paralysé par l'idée d'une réforme. Et pas plus la gauche que la droite n'ont réussi à ce jour à engager le pays dans la voie d'une vraie modernité ; leur offre politique se révélant "incapable d'élaborer, d'assumer et de mettre en oeuvre un projet ambitieux et cohérent de modernisation du pays". L'essai de Nicolas Baverez pointe les dysfonctionnements du système français. Ce n'est pas, selon lui, que la France soit irréformable, c'est surtout "que le gouvernement est incapable de concevoir et réaliser les réformes". Sa charge vise tout autant un modèle culturel fondé sur un ancrage archaïque des mentalités qu'une absence de volonté d'envisager à chaque niveau un destin collectif. Baverez, à grand renfort de chiffres et d'exemples, veut parvenir à l'équation alarmiste que l'immobilisme politique, social et économique de la France a pour corrélation son avachissement intellectuel et moral. On retrouve bien là, dans la jeune garde néolibérale (Baverez s'est longtemps affiché "ségueniste"), un courant de pensée alarmiste. Par jeu d'accumulations de détails et de statistiques, Nicolas Baverez fait le portrait d'une France criblée de dettes. À tel point qu'on se demande si un portrait qui tire aussi sévèrement peut seulement viser juste. --Denis Gombert --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 134  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.6cmx16.8cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
  • Collection : Tempus
  • ISBN :  2262021635
  • EAN13 :  9782262021634
  • Classe Dewey :  330.944083
  • Langue : Français

D'autres livres de Nicolas Baverez

Raymond Aron

Raymond Aron (1905-1983) fut non seulement un spectateur engagé, témoin de l'histoire du XXe siècle, mais aussi un acteur majeur du combat qui opposa la démocratie au totalitarisme, un pédagogue de la liberté qui contribua à éclairer l'opinion française sur les dangers des idéologies. [...

Après le déluge

" L'homme est un animal raisonnable, mais les hommes le sont-ils ? " La chute de la banque Lehman Brothers, le 15 septembre 2008, et ses conséquences vérifient l'aphorisme de Raymond Aron : faillite des banques, effondrement des marchés, sidération des dirigeants politiques, panique des [.......

Après le déluge

La chute de la banque Lehman Brothers, le 15 septembre 2008, a déclenché le Pearl Harbour du capitalisme mondialisé. Elle a amorcé une révolution non pas seulement financière mais économique et intellectuelle, avec la remise en question de nombre des principes qui structurent notre monde [...

Les crises du capitalisme : Du krach de la tulipe à la récession mondiale

Depuis la spéculation sur les tulipes de Hollande au XVIIe siècle jusqu'à l'actuelle crise financière, l'histoire des économies est scandée par des soubresauts. A la demande de L'Histoire, et en association avec Marianne, les meilleurs spécialistes de chaque période proposent un décryptage ...

Voir tous les livres de Nicolas Baverez

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

À l'heure où le philosophe Marcel Gauchet constate dans son nouvel essai La Condition historique "un désarroi moral, crise de la démocratie" en France, à l'heure où l'analyste politique Alain Duhamel intitule son livre Le Désarroi français pour définir dans le pays les contours d'un "désenchantement idéologique" (mais non d'un déclin...), l'historien et économiste Nicolas Baverez réfléchit, quant à lui, sur la spécificité du domaine français et s'interroge sur la part croissante et inexorable de son malaise. Dans La France qui tombe, Nicolas Baverez s'essaie à une analyse d'un quart de siècle de politique et d'économie "à la française". Pour lui "l'écart se creuse entre la rhétorique de la puissance et les moyens de son exercice". Chiffres à l'appui – ceux du chômage, des dépenses publiques, de la production et du travail – Nicolas Baverez envisage "la chronique annoncée du déclin de la France" due au fait que chaque gouvernement depuis l'après-guerre se trouve comme paralysé par l'idée d'une réforme. Et pas plus la gauche que la droite n'ont réussi à ce jour à engager le pays dans la voie d'une vraie modernité ; leur offre politique se révélant "incapable d'élaborer, d'assumer et de mettre en oeuvre un projet ambitieux et cohérent de modernisation du pays". L'essai de Nicolas Baverez pointe les dysfonctionnements du système français. Ce n'est pas, selon lui, que la France soit irréformable, c'est surtout "que le gouvernement est incapable de concevoir et réaliser les réformes". Sa charge vise tout autant un modèle culturel fondé sur un ancrage archaïque des mentalités qu'une absence de volonté d'envisager à chaque niveau un destin collectif. Baverez, à grand renfort de chiffres et d'exemples, veut parvenir à l'équation alarmiste que l'immobilisme politique, social et économique de la France a pour corrélation son avachissement intellectuel et moral. On retrouve bien là, dans la jeune garde néolibérale (Baverez s'est longtemps affiché "ségueniste"), un courant de pensée alarmiste. Par jeu d'accumulations de détails et de statistiques, Nicolas Baverez fait le portrait d'une France criblée de dettes. À tel point qu'on se demande si un portrait qui tire aussi sévèrement peut seulement viser juste. --Denis Gombert --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.