share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande

Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les racines intellectuelles du Troisième Reich : La crise de l'idéologie allemande"

Hitler, le nazisme et le Troisième Reich ne firent pas preuve d'une grande originalité intellectuelle. C'est en étudiant les fondements idéologiques de l'hitlérisme que l'historien américain George L. Mosse a mis en lumière combien le romantisme allemand, dans son culte du Volk, de la terre et du sang, avait constitué le terreau d'une pensée raciale et ethniciste (völkisch) qui fit plus tard l'armature intellectuelle du régime national-socialiste. La foi germanique en un peuple aryen et vierge de tout héritage biblique, l'exaltation des anciens Germains, le culte de la race enfin, avaient dès la seconde moitié du XIXee siècle ouvert la voie à une idéologie d'exclusion. Bien avant 1914, la pensée völkisch avait pénétré les mouvements de jeunesse allemands comme l'essentiel du milieu universitaire. Avec le traumatisme consécutif à la défaite de 1918, elle trouve un relais parmi une fraction importante des anciens combattants comme dans une large partie de la société allemande travaillée par le ressentiment et un antijudaisme fonctionnant ici comme un code culturel et social. Le mouvement hitlérien saura canaliser cette nébuleuse idéologique et traduire ces frustrations en termes politiques. En transformant in fine l'aspiration à une révolution antibourgeoise en révolution antijuive. Enfin traduit en français, ce livre, capital, met en lumière la profondeur de l'enracinement intellectuel du Troisième Reich dans l'histoire de l'Allemagne comme dans celle, plus largement, du Vieux Continent.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 416  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.6cmx22.8cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2702137156
  • EAN13 :  9782702137154
  • Langue : Français

D'autres livres de George L. Mosse

De la Grande Guerre au totalitarisme

Le bouleversement actuel de l'historiographie de la Grande Guerre, qui fait plus de place à la barbarie qu'à l'héroïsme des combattants, doit beaucoup à l'œuvre de l'historien américain Georges Mosse. Son concept novateur de "brutalisation" met l'accent sur l'intériorisation par les [.......

Les racines intellectuelles du Troisième Reich

Hitler, le nazisme et le Troisième Reich n'ont pas fait preuve d'une très grande originalité intellectuelle. En étudiant les fondements idéologiques de l'hitlérisme, George L. Mosse montre combien le romantisme allemand du XIXe siècle, dans son culte du Volk, de la terre et du sang, avait ...

Voir tous les livres de George L. Mosse

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Hitler, le nazisme et le Troisième Reich ne firent pas preuve d'une grande originalité intellectuelle. C'est en étudiant les fondements idéologiques de l'hitlérisme que l'historien américain George L. Mosse a mis en lumière combien le romantisme allemand, dans son culte du Volk, de la terre et du sang, avait constitué le terreau d'une pensée raciale et ethniciste (völkisch) qui fit plus tard l'armature intellectuelle du régime national-socialiste. La foi germanique en un peuple aryen et vierge de tout héritage biblique, l'exaltation des anciens Germains, le culte de la race enfin, avaient dès la seconde moitié du XIXee siècle ouvert la voie à une idéologie d'exclusion. Bien avant 1914, la pensée völkisch avait pénétré les mouvements de jeunesse allemands comme l'essentiel du milieu universitaire. Avec le traumatisme consécutif à la défaite de 1918, elle trouve un relais parmi une fraction importante des anciens combattants comme dans une large partie de la société allemande travaillée par le ressentiment et un antijudaisme fonctionnant ici comme un code culturel et social. Le mouvement hitlérien saura canaliser cette nébuleuse idéologique et traduire ces frustrations en termes politiques. En transformant in fine l'aspiration à une révolution antibourgeoise en révolution antijuive. Enfin traduit en français, ce livre, capital, met en lumière la profondeur de l'enracinement intellectuel du Troisième Reich dans l'histoire de l'Allemagne comme dans celle, plus largement, du Vieux Continent.