share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Absence d'intimité : Sociologie des choses intimes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Absence d'intimité : Sociologie des choses intimes

L'Absence d'intimité : Sociologie des choses intimes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Absence d'intimité : Sociologie des choses intimes"

    L'intimité existe-t-elle vraiment ? Ou n'est-elle qu'une manière de présupposer que ce que nous ne disons pas aux autres reste le secret de nous-mêmes ? Il est vrai que l'étalage du Moi est devenu une pratique contemporaine à la mode. L'exhibition des choses intimes semble donner la preuve de notre singularité. Si la distinction entre vie privée et vie publique est repérable, l'intimité n'est pourtant pas visible, elle est notre intérieur, notre " espace du dedans ". C'est par opposition à ce qui est public que nous l'invoquons, comme une protection de nous-mêmes que nous organisons en posant des limites fictives aux autres, afin d'afficher notre liberté d'exister en dehors d'eux. Mais notre intimité, telle que nous l'imaginons, nous échappe, nous intrigue parce qu'elle est aussi l'autre de nous-même. Et si les expressions de notre corps la dévoile, souvent à notre insu, elle demeure un mystère.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 150  pages
    • Dimensions :  1.4cmx12.0cmx19.6cm
    • Poids : 158.8g
    • Editeur :   Circé Paru le
    • ISBN :  2842422295
    • EAN13 :  9782842422295
    • Langue : Français

    D'autres livres de Henri-Pierre Jeudy

    La Machinerie patrimoniale

    La conservation patrimoniale aurait-elle pour finalité secrète de nous préparer à des situations post-catastrophiques ? Des Japonais ont construit le plus grand musée de la copie. La plupart des œuvres du Louvre y sont rassemblées : la culture occidentale est prise en otage pour la [....]...

    Corps et décors urbains

    La culture est pour les villes un moyen de promouvoir leur image de marque. Les constructions architecturales, les œuvres d'art dans les rues, les festivals, les fêtes sporadiques, les lieux culturels eux-mêmes, tout concourt à mettre la ville dans une perspective d'animation culturelle qui [...

    Petit traité de scissiparité

    Le corps peut-il être vraiment monstrueux ? Les canons de la beauté imposent à notre regard les normes conventionnelles de l'harmonie, de l'unité, de l'équilibre. Mais les métamorphoses de notre corps nous acculent aussi à voir l'avènement de leurs effets internes ou externes comme des signe...

    Addiction

    " Ce matin, je me lève décidé à ne pas prendre une cigarette après mon café, comme je l'ai fait depuis une trentaine d'années. Si l'envie est trop forte, je pourrai toujours me recoucher. " Fumer tue, paraît-il. Mais vivre aussi, alors pourquoi s'en faire ? C'est que l'esprit du temps est à...

    Voir tous les livres de Henri-Pierre Jeudy

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'intimité existe-t-elle vraiment ? Ou n'est-elle qu'une manière de présupposer que ce que nous ne disons pas aux autres reste le secret de nous-mêmes ? Il est vrai que l'étalage du Moi est devenu une pratique contemporaine à la mode. L'exhibition des choses intimes semble donner la preuve de notre singularité. Si la distinction entre vie privée et vie publique est repérable, l'intimité n'est pourtant pas visible, elle est notre intérieur, notre " espace du dedans ". C'est par opposition à ce qui est public que nous l'invoquons, comme une protection de nous-mêmes que nous organisons en posant des limites fictives aux autres, afin d'afficher notre liberté d'exister en dehors d'eux. Mais notre intimité, telle que nous l'imaginons, nous échappe, nous intrigue parce qu'elle est aussi l'autre de nous-même. Et si les expressions de notre corps la dévoile, souvent à notre insu, elle demeure un mystère.