share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Rois Absolus (1630-1715) Luxe

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Rois Absolus (1630-1715) Luxe

Les Rois Absolus (1630-1715) Luxe

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Rois Absolus (1630-1715) Luxe"

Louis XIV, « roi de guerre » ? En effet, pratiquement continue des années 1630 aux années 1710, la guerre, contre les Habsbourg de Madrid et de Vienne, contre la République des bourgeois d Amsterdam et l Angleterre de Guillaume III puis contre toute l Europe ou presque, est au c ur de ce livre, son moteur, en quelque sorte. La guerre légitime l emploi de moyens exceptionnels, modifiant les structures et le fonctionnement même de la monarchie : « l administration, l armée, la justice et les finances sont ainsi placées sous le régime de la nécessité et de ses urgences ». L impérieuse raison d État est devenue moteur d action à partir des années 1630 au moment même ou, par un étrange paradoxe, triomphait la réforme catholique, ce « siècle des saints », marqué par un profond renouvellement des pratiques spirituelles et pastorales, dont Vincent de Paul est l une des figures les plus emblématiques. « Je m en vais, mais l État demeurera toujours ». Ce sont là parmi les dernières paroles prononcées par le vieux Louis XIV à la veille de sa mort, en août 1715. Elles synthétisent la révolution silencieuse qui s est opérée pendant son long règne : au-delà des clientèles et des réseaux de fidélités et des « lobbys », qui jusqu alors étaient la règle, la fin du XVIIe siècle a vu naître un « pouvoir administratif », tout à la fois civil et militaire, qui tend à devenir indépendant et autonome par rapport à ceux qui le dirigent : en résumé, les ministres passent, les bureaux restent... Le gouvernement du Roi Soleil a inauguré une longue tradition, bien française, qui mène à nos hauts fonctionnaires, placés à la charnière de l administration et de la politique, serviteurs de la « chose publique », de l État plus que du roi ou du président actuel. C est là une des multiples métamorphoses dont ce livre permet de mesurer l importance et l ampleur. Mais il apporte plus encore : à la fois si différente et si proche de nous, cette France de Louis XIII et de Louis XIV est aussi celle de Descartes et de Molière, celle de Lully et de Charles le Brun, celle de l écriture mathématique du monde et de la discipline de la langue, mais aussi celle où des centaines de milliers d anonymes meurent de misère, dans l indifférence, lors de la grande crise de subsistances des années 1693-1694. Des images magnifiques, terribles aussi parfois, accompagnent ce voyage dans ce territoire étrange où le dénuement le plus extrême voisine avec le luxe le plus ostentatoire, ce territoire où la violence la plus brutale côtoie les raffinements policés de la société de cour, ce territoire où la misère du plus grand nombre s oppose à la gloire affichée du « plus grand roi du monde ». Elles nous transportent au c ur de ce qui fut, pour la majorité des vingt millions de Français qui peuplaient le royaume des deux Louis, avant tout un « siècle de fer ».

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 600  pages
  • Dimensions :  3.8cmx21.0cmx26.8cm
  • Poids : 2141.0g
  • Editeur :   Belin Litterature Et Revues Paru le
  • Collection : Histoire de France
  • ISBN :  2701153085
  • EAN13 :  9782701153087
  • Classe Dewey :  940.2
  • Langue : Français

D'autres livres de Hervé Drévillon

Batailles

Qu'on les réduise à d'abstraites stratégies ou qu'on les attribue à l'incurable cruauté des hommes, les batailles n'en ont pas moins façonné l'histoire de France. On en retient volontiers les triomphes et l'évidence d'une nation toujours égale à elle-même, au risque d'ignorer les [.......

Les Rois absolus (1630-1715)

11 novembre 1630 : à l'issue d'une journée mouvementée, Louis XIII choisit de maintenir sa confiance à Richelieu pour s'engager, à ses côtés, dans une politique dominée par les préceptes de la raison d'État. 1er septembre 1715 : Louis XIV meurt au terme du règne le plus long et le plus...

Batailles : Scènes de guerre de la Table ronde aux Tranchées

Qu'on les réduise à d'abstraites stratégies ou qu'on les attribue à l'incurable cruauté des hommes, les batailles n'en ont pas moins façonné l'histoire de France. On en retient volontiers les triomphes et l'évidence d'une nation toujours égale à elle-même, au risque d'ignorer les incertit...

L'impôt du sang : Le métier des armes sous Louis XIV

Longtemps, le métier des armes est resté l'affaire des mercenaires et de quelques ambitieux qui, comme d'Artagnan, avaient assez de chance, de patience et de valeur pour mériter la faveur du roi. Mais lorsque Louis XIV secondé par Louvois entreprit de proportionner l'appareil militaire à ses am...

Voir tous les livres de Hervé Drévillon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Louis XIV, « roi de guerre » ? En effet, pratiquement continue des années 1630 aux années 1710, la guerre, contre les Habsbourg de Madrid et de Vienne, contre la République des bourgeois d Amsterdam et l Angleterre de Guillaume III puis contre toute l Europe ou presque, est au c ur de ce livre, son moteur, en quelque sorte. La guerre légitime l emploi de moyens exceptionnels, modifiant les structures et le fonctionnement même de la monarchie : « l administration, l armée, la justice et les finances sont ainsi placées sous le régime de la nécessité et de ses urgences ». L impérieuse raison d État est devenue moteur d action à partir des années 1630 au moment même ou, par un étrange paradoxe, triomphait la réforme catholique, ce « siècle des saints », marqué par un profond renouvellement des pratiques spirituelles et pastorales, dont Vincent de Paul est l une des figures les plus emblématiques. « Je m en vais, mais l État demeurera toujours ». Ce sont là parmi les dernières paroles prononcées par le vieux Louis XIV à la veille de sa mort, en août 1715. Elles synthétisent la révolution silencieuse qui s est opérée pendant son long règne : au-delà des clientèles et des réseaux de fidélités et des « lobbys », qui jusqu alors étaient la règle, la fin du XVIIe siècle a vu naître un « pouvoir administratif », tout à la fois civil et militaire, qui tend à devenir indépendant et autonome par rapport à ceux qui le dirigent : en résumé, les ministres passent, les bureaux restent... Le gouvernement du Roi Soleil a inauguré une longue tradition, bien française, qui mène à nos hauts fonctionnaires, placés à la charnière de l administration et de la politique, serviteurs de la « chose publique », de l État plus que du roi ou du président actuel. C est là une des multiples métamorphoses dont ce livre permet de mesurer l importance et l ampleur. Mais il apporte plus encore : à la fois si différente et si proche de nous, cette France de Louis XIII et de Louis XIV est aussi celle de Descartes et de Molière, celle de Lully et de Charles le Brun, celle de l écriture mathématique du monde et de la discipline de la langue, mais aussi celle où des centaines de milliers d anonymes meurent de misère, dans l indifférence, lors de la grande crise de subsistances des années 1693-1694. Des images magnifiques, terribles aussi parfois, accompagnent ce voyage dans ce territoire étrange où le dénuement le plus extrême voisine avec le luxe le plus ostentatoire, ce territoire où la violence la plus brutale côtoie les raffinements policés de la société de cour, ce territoire où la misère du plus grand nombre s oppose à la gloire affichée du « plus grand roi du monde ». Elles nous transportent au c ur de ce qui fut, pour la majorité des vingt millions de Français qui peuplaient le royaume des deux Louis, avant tout un « siècle de fer ».