share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le sourire de Lisa

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le sourire de Lisa

Le sourire de Lisa

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le sourire de Lisa"

    Qu'on se rassure, le roman vaut mieux qu'un simpliste polar à thèse et passe à côté des écueils de la caricature comme du vérisme. Qu'on se rassure encore: le récit n'est pas glauque. Vif, allégé par l'humour et l'ironie, il joue en décalage avec les figures imposées du genre; par exemple, la rivalité entre le privé et le flic se décline ici de manière originale. Anne Cuneo utilise ainsi les codes du polar pour poursuivre, sur un mode mineur très plaisant, son grand oeuvre d'appropriation du réel. ...Le Sourire de Lisa lui offre ainsi l'occasion, en rouvrant un dossier judiciaire vieux de vingt ans, d'explorer les mentalités et leurs changements en une génération. C'est la troisième enquête de Marie Machiavelli... Les autres enquêtes: Ame de bronze ; D'or et d'oubli ; Hôtel des coeurs brisés ; Lacunes de la mémoire. Pourtant, comme on le sait, un livre vaut non seulement pas son sujet, mais par la manière dont le traite l'auteur. Ici, à la suite de son " privé ", Anne Cuneo conduit le lecteur d'une main sûre et légère à travers la Suisse (le Lavaux, Lausanne, Soleure, Bâle), décrivant lieux et personnages avec vivacité, ménageant le suspense indispensable au "polar" dont, cela va de soi, nous ne révélerons pas la conclusion inattendue. La source essentielle où peut puiser Marie Machiavelli est naturellement la mémoire des gens qui ont vécu à l'époque du crime et dans l'entourage de la victime. Cela nous vaut de multiples rencontres, en général dans un bistrot. Il y a un vieux peintre, le père et la mère de Lisa, ses copines d'école ou du cours de danse, la propriétaire d'une galerie d'art, un policier ami qui sera discrètement mis à contribution, d'autres encore. Ces portraits, brossés avec art, font vivre le roman. En particulier, les ?gures de femmes, souvent victimes. Dans une Postface, Anne Cuneo raconte où elle a puisé l'idée centrale de l'intrigue. En voyage, comme elle rangeait ses habits dans une commode, son regard est attiré par un très vieux journal qui tapissait le fond du tiroir : l'histoire vraie d'"Yves" y était relatée. A partir de cette rencontre de hasard, elle a construit son roman.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • Dimensions :  2.0cmx12.0cmx19.0cm
    • Poids : 281.2g
    • Editeur :   Bernard Campiche Paru le
    • Collection : CamPoche
    • ISBN :  2882413092
    • EAN13 :  9782882413093
    • Langue : Français

    D'autres livres de Anne Cuneo

    Le Maître de Garamond : Antoine Augereau, graveur, imprimeur, éditeur, libraire

    Le 24 décembre 1534, place Maubert, pendant que chacun s'apprête à fêter Noël, un imprimeur, suspect d'hérésie, est pendu. Son corps et ses livres sont brûlés. Homme de lettres, érudit, Antoine Augureau a connu les intellectuels les plus brillants des débuts de la Renaissance, à Fontenay...

    Prague aux doigts de feu

    Les trouvailles heureuses abondent dans ce roman. Celle-ci me touche : Paola met au monde une fille, Francesca, en 1969. Fille de son mari ou de Stepan ? Elle ne le saura que le jour de 1989 où, retrouvant à Paris Stepan qu'elle n'a jamais revu jusque-là, il lui semble rencontrer sa Francesca, qu...

    Voir tous les livres de Anne Cuneo

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Qu'on se rassure, le roman vaut mieux qu'un simpliste polar à thèse et passe à côté des écueils de la caricature comme du vérisme. Qu'on se rassure encore: le récit n'est pas glauque. Vif, allégé par l'humour et l'ironie, il joue en décalage avec les figures imposées du genre; par exemple, la rivalité entre le privé et le flic se décline ici de manière originale. Anne Cuneo utilise ainsi les codes du polar pour poursuivre, sur un mode mineur très plaisant, son grand oeuvre d'appropriation du réel. ...Le Sourire de Lisa lui offre ainsi l'occasion, en rouvrant un dossier judiciaire vieux de vingt ans, d'explorer les mentalités et leurs changements en une génération. C'est la troisième enquête de Marie Machiavelli... Les autres enquêtes: Ame de bronze ; D'or et d'oubli ; Hôtel des coeurs brisés ; Lacunes de la mémoire. Pourtant, comme on le sait, un livre vaut non seulement pas son sujet, mais par la manière dont le traite l'auteur. Ici, à la suite de son " privé ", Anne Cuneo conduit le lecteur d'une main sûre et légère à travers la Suisse (le Lavaux, Lausanne, Soleure, Bâle), décrivant lieux et personnages avec vivacité, ménageant le suspense indispensable au "polar" dont, cela va de soi, nous ne révélerons pas la conclusion inattendue. La source essentielle où peut puiser Marie Machiavelli est naturellement la mémoire des gens qui ont vécu à l'époque du crime et dans l'entourage de la victime. Cela nous vaut de multiples rencontres, en général dans un bistrot. Il y a un vieux peintre, le père et la mère de Lisa, ses copines d'école ou du cours de danse, la propriétaire d'une galerie d'art, un policier ami qui sera discrètement mis à contribution, d'autres encore. Ces portraits, brossés avec art, font vivre le roman. En particulier, les ?gures de femmes, souvent victimes. Dans une Postface, Anne Cuneo raconte où elle a puisé l'idée centrale de l'intrigue. En voyage, comme elle rangeait ses habits dans une commode, son regard est attiré par un très vieux journal qui tapissait le fond du tiroir : l'histoire vraie d'"Yves" y était relatée. A partir de cette rencontre de hasard, elle a construit son roman.