share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Sceau de l'infamie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Sceau de l'infamie

Le Sceau de l'infamie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Sceau de l'infamie"

Parce qu'elle a voulu explorer toutes les facettes de la sexualité au milieu des années 70, alors qu'elle avait une vingtaine d'années, Sylvia Bourdon a été marquée à jamais du sceau de l'infamie. Elle révèle dans L'Amour est une fête, publié en 1976, son exploration de toutes les formes de la sexualité. Cet aveu lui ferme toutes les portes dans sa vie professionnelle et l'oblige à déployer une énergie incroyable pour arriver à combattre les préjugés qui entourent sa personnalité, quoiqu'elle entreprenne. Réduite au statut social de "porno-star" qu'elle ne fut pas, Sylvia Bourdon est agacée par les déclarations de Catherine Millet qui prétend être la première femme française a écrire son autobiographie sexuelle sans pseudonyme et qui en retire succès et estime, et non opprobre comme ce fut son cas. Dans ce pamphlet au vitriol, Sylvia Bourdon dénonce cette France et ses élites qui ne permettent pas de s'exprimer et vous reprochent en permanence ce que vous fûtes, vous rendant prisonnier de votre passé. C'est ainsi qu'elle dut batailler dix ans durant contre les institutions pour imposer son concours-citoyen consacré à la création graphique de la monnaie unique. Mais son pamphlet n'oublie personne et notamment la presse française, qui a matraqué une image réductrice d'une Européenne de conviction qui s'est toujours battue pour taire entendre la voix des peuples dans la construction européenne. Sylvia Bourdon épingle avec beaucoup d'acuité les spécificités françaises en matière de médias où coquins et aigrefins mobilisent une parole dont l'écho est de plus en plus faible en France, mais surtout à l'étranger où notre pays passe pour un donneur de leçon qui ferait mieux de s'interroger sur ses propres dérives.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 142  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Mango Paru le
  • Collection : Documents
  • ISBN :  291435326X
  • EAN13 :  9782914353267

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Parce qu'elle a voulu explorer toutes les facettes de la sexualité au milieu des années 70, alors qu'elle avait une vingtaine d'années, Sylvia Bourdon a été marquée à jamais du sceau de l'infamie. Elle révèle dans L'Amour est une fête, publié en 1976, son exploration de toutes les formes de la sexualité. Cet aveu lui ferme toutes les portes dans sa vie professionnelle et l'oblige à déployer une énergie incroyable pour arriver à combattre les préjugés qui entourent sa personnalité, quoiqu'elle entreprenne. Réduite au statut social de "porno-star" qu'elle ne fut pas, Sylvia Bourdon est agacée par les déclarations de Catherine Millet qui prétend être la première femme française a écrire son autobiographie sexuelle sans pseudonyme et qui en retire succès et estime, et non opprobre comme ce fut son cas. Dans ce pamphlet au vitriol, Sylvia Bourdon dénonce cette France et ses élites qui ne permettent pas de s'exprimer et vous reprochent en permanence ce que vous fûtes, vous rendant prisonnier de votre passé. C'est ainsi qu'elle dut batailler dix ans durant contre les institutions pour imposer son concours-citoyen consacré à la création graphique de la monnaie unique. Mais son pamphlet n'oublie personne et notamment la presse française, qui a matraqué une image réductrice d'une Européenne de conviction qui s'est toujours battue pour taire entendre la voix des peuples dans la construction européenne. Sylvia Bourdon épingle avec beaucoup d'acuité les spécificités françaises en matière de médias où coquins et aigrefins mobilisent une parole dont l'écho est de plus en plus faible en France, mais surtout à l'étranger où notre pays passe pour un donneur de leçon qui ferait mieux de s'interroger sur ses propres dérives.