share_book
Envoyer cet article par e-mail

Enquête sur le procès du roi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Enquête sur le procès du roi

Enquête sur le procès du roi

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Enquête sur le procès du roi"

    " Qu'on lui coupe le cou, le procès viendra après ", s'écrie la Reine de Coeur en montrant du doigt sa victime, dans le chef-d'oeuvre de Lewis Carroll, Alice au Pays des Merveilles. " Ici, nous sommes tous fous ! " lui répond en écho le Chat du Cheshire. C'est ce qu'illustre la couverture de ce livre, et ce que rappellent les exergues en tête de l'Introduction et des Chapitres. Quand on s'astreint, comme Paul et Pierrette Girault de Coursac, à chercher dans les divers dépôts d'archives les clefs du procès de Louis XVI, on retrouve la même impression d'absurdité, de " nonsense ", de cauchemar pour tout dire, les Jacobins de la Convention jouant le rôle de la Reine de Coeur, la Commune et son terrible maire Petion, celui du Chat si habile à tendre des pièges à la pauvre Alice. Mais l'absurdité n'a pas cessé il y a deux cents ans, elle s'est perpétuée. Les historiens héritiers spirituels des " Grands Ancêtres " ont toujours voulu, avec Robespierre, un Louis XVI coupable " ou la République n'est point absoute ". Et les historiens héritiers des princes et des émigrés ont toujours voulu un Louis XVI d'accord en secret avec ses frères, pour légitimer leur conduite. Car s'il ne l'est pas, dira Calonne leur conseiller, si ses actes publics expriment bien sa volonté, " les princes et nous avons cru devoir lui désobéir, nous sommes donc tous des rebelles ". Il fallait donc sortir du pays du " nonsense " et de celui du Miroir, et poser les bonnes questions : - que sont devenus les témoins ? pourquoi si peu d'écrits du Roi lui-même dans les pièces du procès ? quels papiers contenait l'Armoire de fer ? le Roi connaissait-il, approuvait-il la correspondance de Marie-Antoinette avec les souverains étrangers ? etc. Il fallait ouvrir les dossiers oubliés depuis si longtemps, non seulement aux Archives nationales et aux Archives des Affaires étrangères à Paris, mais aussi aux Archives départementales du Loiret à Orléans, aux Archives d'Etat d'Autriche à Vienne, aux Archives d'Etat de Prusse à Merseburg, aux Archives royales de Suède à Stockholm, au Public Record Office à Londres. Il fallait chercher la vérité sans passion autre que celle de la vérité, sans motif politique, sans avoir peur d'être gêné ou déçu. Il a fallu quatre mois aux juges de Louis XVI pour préparer l'acte énonciatif de ses " crimes ". Il a fallu deux cents ans aux historiens pour essayer de justifier ce sacrifice humain, la mise à mort d'un innocent. Il a été accordé onze jours à Louis XVI et à ses trois avocats pour préparer sa défense. Dix ans, c'est le délai qui a été nécessaire pour mener à bien l'Enquête sur le Procès du Roi, et en faire une nouvelle édition, revue, corrigée augmentée et complétée.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 717  pages
    • Dimensions :  4.6cmx15.2cmx24.0cm
    • Poids : 1120.4g
    • Editeur :   Oeil Paru le
    • ISBN :  2868392415
    • EAN13 :  9782868392411
    • Classe Dewey :  944.04
    • Langue : Français

    D'autres livres de Paul Girault de Coursac

    Derniers messages de Louis XVI aux Français: Analyse de la lettre du 3 août et du testament du 25 décembre 1792

    Le 14 juillet 1792 est un immense succès populaire pour Louis XVI, qui prend un bain de foule au Champ de Mars. Le Roi pense avoir gagné son pari politique fondé sur une attitude constante de fermeté, de loyauté et d'apaisement. C'est compter sans l'opposition déclarée des émigrés à cette ...

    Voir tous les livres de Paul Girault de Coursac

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " Qu'on lui coupe le cou, le procès viendra après ", s'écrie la Reine de Coeur en montrant du doigt sa victime, dans le chef-d'oeuvre de Lewis Carroll, Alice au Pays des Merveilles. " Ici, nous sommes tous fous ! " lui répond en écho le Chat du Cheshire. C'est ce qu'illustre la couverture de ce livre, et ce que rappellent les exergues en tête de l'Introduction et des Chapitres. Quand on s'astreint, comme Paul et Pierrette Girault de Coursac, à chercher dans les divers dépôts d'archives les clefs du procès de Louis XVI, on retrouve la même impression d'absurdité, de " nonsense ", de cauchemar pour tout dire, les Jacobins de la Convention jouant le rôle de la Reine de Coeur, la Commune et son terrible maire Petion, celui du Chat si habile à tendre des pièges à la pauvre Alice. Mais l'absurdité n'a pas cessé il y a deux cents ans, elle s'est perpétuée. Les historiens héritiers spirituels des " Grands Ancêtres " ont toujours voulu, avec Robespierre, un Louis XVI coupable " ou la République n'est point absoute ". Et les historiens héritiers des princes et des émigrés ont toujours voulu un Louis XVI d'accord en secret avec ses frères, pour légitimer leur conduite. Car s'il ne l'est pas, dira Calonne leur conseiller, si ses actes publics expriment bien sa volonté, " les princes et nous avons cru devoir lui désobéir, nous sommes donc tous des rebelles ". Il fallait donc sortir du pays du " nonsense " et de celui du Miroir, et poser les bonnes questions : - que sont devenus les témoins ? pourquoi si peu d'écrits du Roi lui-même dans les pièces du procès ? quels papiers contenait l'Armoire de fer ? le Roi connaissait-il, approuvait-il la correspondance de Marie-Antoinette avec les souverains étrangers ? etc. Il fallait ouvrir les dossiers oubliés depuis si longtemps, non seulement aux Archives nationales et aux Archives des Affaires étrangères à Paris, mais aussi aux Archives départementales du Loiret à Orléans, aux Archives d'Etat d'Autriche à Vienne, aux Archives d'Etat de Prusse à Merseburg, aux Archives royales de Suède à Stockholm, au Public Record Office à Londres. Il fallait chercher la vérité sans passion autre que celle de la vérité, sans motif politique, sans avoir peur d'être gêné ou déçu. Il a fallu quatre mois aux juges de Louis XVI pour préparer l'acte énonciatif de ses " crimes ". Il a fallu deux cents ans aux historiens pour essayer de justifier ce sacrifice humain, la mise à mort d'un innocent. Il a été accordé onze jours à Louis XVI et à ses trois avocats pour préparer sa défense. Dix ans, c'est le délai qui a été nécessaire pour mener à bien l'Enquête sur le Procès du Roi, et en faire une nouvelle édition, revue, corrigée augmentée et complétée.